Work in Progress

Kelly Oxford

2 months ago by

Kelly Oxford

Bienvenue dans Work in Progress ! Une nouvelle série dans laquelle moi-même et la spirituelle Amelia Mularz réglons nos comptes avec une chose qui nous embête dans le monde de la pop culture. Elle a été créée sous un prétexte égoïste parce que j’adore Amelia et que je voulais une excuse pour lui écrire sur Gchat pendant mes heures de travail. Est-ce que c’est complaisant ? Oui. C’est grave ? Hum, apparemment non. Et pourquoi “WIP” ? Et bien honnêtement, parce que nous essayons toujours de trouver un meilleur titre…

_______

Veronica : Bon, il m’a fallu 15 minutes pour comprendre comment Gchat fonctionne. Je suis donc apparemment un dinosaure qui est là pour parler de la pop culture. Inutile de dire que je ne me sens PAS DU TOUT préparée.

Amelia : Moi aussi !!! Bien. J’aurais dû étudier la pop culture

Veronica : Et nous voilà donc, sur ce Gchat, prêtes à parler de nos sentiments dans notre tout premier… Correspondances Pop ? C’est comme ça qu’on l’appelle ? Honnêtement, je ne suis pas fan de ce titre.

Amelia : Correspondances Pop est un Work in Progress. Nous pourrons ajuster

Veronica : Tchat Party ? Ouch. J’aime encore moins. Bon, d’accord. Correspondances Pop (WIP) Attends – et si on l’appelait juste WIP ?

Amelia : J’ai l’impression d’être moi-même un WIP le plus souvent. Et au passage, je suis déjà trop contente d’avoir une correspondante.

Veronica : Je n’en ai jamais eu !

Amelia : J’ai eu ma dernière correspondante quand j’avais 8 ans, elle vivait dans ma ville et elle allait à mon cours de danse classique. Mais dans nos lettres, nous faisions comme si nous vivions dans des pays différents. J’étais en mode “Chère Susan, quoi de neuf ? Comment va la vie ?” et ensuite, je la voyais à la danse mais nous nous ignorions mutuellement.

Veronica : AHAHAH. Il faut avoir moins de 10 ans pour s’en sortir de ce genres de trucs tarés.

Amelia : Et donc, si on se voit à cours de danse, merci de ne pas venir me parler.

Veronica : Bien noté. Je détournerai le regard. Bon, je crois qu’il faudrait que j’écrive une intro pour les gens qui sont chez eux, et pas dans ce charmant chat digital avec nous, là, tout de suite.

Amelia : D’acc

Veronica : Donc, Amelia est l’autrice de l’essai hilarant sur la manie d’accumulation des choses que vous pouvez lire ici. Nous nous sommes rencontrées dans le désert de l’Atacama où nous nous sommes rendu compte que nous partagions une obsession étrange pour une personne en particulier… Kelly Oxford. Elle est autrice et scénariste et elle écrit pour Busy Tonight de Busy Philipps… Beaucoup de succès pour un écrivain donc. Mais sa présence Instagram nous déconcerte et nous déroute, nous donne des impressions très bizarres.

Amelia : Je n’arrive pas à faire le lien entre son humour narquois et le flux régulier de selfies en pleine réflexion… le genre de selfies couchée-sur-le-lit-en-fixant-intensément-le téléphone. C’est comme si Amy Schumer se mettait à prendre des photos devant des murs où seraient peintes des ailes d’anges.

Veronica : Mais avons-nous même le droit d’être agacés par la personnalité Instagram de quelqu’un, si ça ne nous blesse pas directement ?

Amelia : Pourquoi est-ce que tu continues à la suivre ?

Veronica : Parce que c’est comme un accident de voiture, je n’arrive pas à détourner le regard.

Amelia : Exactement ! Et puis je pense aussi que ça me permet de me sentir suffisante.

Veronica : Ahhh. Je n’y avais jamais pensé. Mais est-ce que tu peux vraiment te sentir suffisante avec moins de 1 000 followers ? Est-ce que nous essayons même d’obtenir des followers ? Je crois que oui mais je ne poste jamais rien donc je n’essaie clairement pas….

Amelia : Parce que je peux regarder une femme magnifique sur Instagram et que même si je suis assise dans mon jogging, avec des taches de sueur sur mon t-shirt et que je ne me suis pas douchée, je suis là “ENCORE UN SELFIE ?!!” Je ressemble peut-être à un troll mais au moins je ne viens pas de poster trois selfies à la suite.

Et si on est complètement honnêtes, évidemment que j’essaie d’avoir des followers. Je crois que la clé pour avoir des followers, c’est de prétendre ne pas s’en soucier. Mais je ne sais pas ce qui est pire, reconnaître honnêtement qu’on essaie ou prétendre être au-dessus de ça.

Veronica : Hummm. Ouais, je réagis de la même manière devant les selfies – mais est-ce qu’il y a une vraie différence entre un selfie évident et une obscure photo bizarre de moi en Ecosse – même sujet, stratégies différentes. Et la leur semble mieux marcher donc… est-ce qu’ils ne riront pas les derniers ?

Amelia : Ouais, c’est vrai. Et puis, on n’est pas censé pratiquer l’amour de soi en ce moment ? Donc si quelqu’un se sent bien et prend un selfie, est-ce qu’on ne devrait pas dire TANT MIEUX POUR TOI !

Veronica : Si seulement j’étais toujours aussi évidemment positive. A la place, je suis un troll de mauvaise humeur qui va attraper des rides à force de froncer les sourcils devant tous les selfies que je vois.

KO a aussi changé d’esthétique avec les années, avant c’était une fan de livres cool et un peu geek, et maintenant, ses photos, c’est un peu en mode pute à likes d’Hollywood. Et ça me fait penser, est-ce que c’est lié à son déménagement à LA ?

Amelia : Comme j’ai emménagé il n’y a pas longtemps à LA, j’ai besoin de savoir quand est-ce que je deviendrai une pute à likes.

Veronica : Je dois préciser aussi que si nous en parlons aussi longuement, c’est parce qu’elle poste à ce sujet longuement. Et donc, j’ai l’impression que nous avons le droit d’analyser ? Elle s’est créée un personnage public donc j’ai l’impression de pouvoir analyser ce personnage public dans les limites du raisonnable, non ?

Amelia : Oui, on nous gave en flux régulier de la vie de ces stars (est-ce que ce sont des stars)… la chose drôle qui leur est arrivée au travail, ce que leurs enfants fabriquent, ce qu’ils portent, là où ils partent en vacances, etc. Et ensuite, nous restons à l’analyser mais aussi à nous sentir mal d’accorder tant d’importance à la vie d’un inconnu. Mais bon, qu’est-ce que nous sommes censés faire de ces infos ? C’est comme une mauvaise émission de téléréalité et j’ADORE la téléréalité.

Veronica : Je suis aussi intriguée par le fait qu’elle poste autant sur ses enfants. J’ai déjà reconnu les enfants de blogueurs dans la rue avec leur nourrice et ça ME STRESSE.

Amelia : Oui ! Tu connais Drawbertson, l’artiste ? Il a d’adorables jumeaux et je l’ai vu faire du scooter avec eux à Venice et je me sens tellement perverse de reconnaître des gamins de 4 ans, mais je n’avais rien demandé !

Veronica : Et désolée d’être à cet âge féminin où mes ovaires sont en feu et où je retiens le visage d’un enfant très vite. Et aussi, tu sais que KO et Busy Phillips sont devenues amies sur Insta, n’est-ce pas ? KO a juste écrit un MP à Busy et a demandé si leurs filles pouvaient être amies…

Amelia : ATTENDS QUOI ?!!! C’est de la folie.

Veronica : Encore une fois, je sais trop de choses.

Amelia : Un peu comme s’elles s’étaient dit que les contenus de leurs comptes s’harmonisaient tellement que leurs enfants pouvaient jouer entre eux.

Veronica : Je crois que la fille de KO avait besoin d’amis à LA / KO a besoin d’amis.

Amelia : Je ne savais pas que certaines personnes s’inséraient dans les MPS d’autres pour convenir de rendez-vous de jeux entre enfants.

Veronica : C’EST AUSSI COMME ÇA QUE KO A RENCONTRÉ SON COPAIN ACTUEL

Amelia : Il est temps de se poser la question, que voulons-nous et à qui pouvons-nous écrire un MP ? As-tu déjà envoyé un MP à un inconnu pour lui proposer de passer du temps ensemble ?

Veronica : Non, jamais. Le simple fait de le dire me fait me sentir mal. OH ATTENDS. Une fois j’ai envoyé un mail sorti de nulle part à quelqu’un que j’avais vu sur un blog et maintenant, nous sommes amis. Est-ce qu’un mail est mieux ?

Amelia : Ouais, je crois que c’est plus classique.

Veronica : Aussi, une fois, j’ai stalké une fille que j’aimais bien dans un cours de sport et nous sommes maintenant amies. Je suis apparemment très agressive dans ma manière de me faire des amis.

Amelia : Les blogs et les mails font très ringards. Un peu comme si tu avais envoyé une lettre par la poste.

Veronica : Avec un sceau en cire et écrite à la plume.

Amelia : Il y a TRÈS longtemps, j’ai écrit un article sur les relations libres et j’ai interviewé une de mes amies qui était dans une relation libre. Et pour l’anecdote : c’était horrible parce que c’était précisé “tel que raconté à”, mais le “tel que raconté à” était écrit dans une très petite police tandis que le titre disait “Comment j’ai sauvé ma relation en couchant avec d’autres gens par Amelia Mularz” mais ce n’était pas mon histoire !!! C’était TEL QU’ON ME L’AVAIT RACONTÉ.

Veronica : AHAHAHAAHAHAH. J’ADORE. J’ADORE

Amelia : Enfin bref, l’histoire a été publiée il y a 8 ans [NOTE DE L’ÉDITEUR : en réalité, l’article a été publié il y a quatre ans mais Amelia aime être dramatique] sur YourTango et il y a quelques mois à peine une parfaite inconnue qui avait lu l’article m’a traquée et m’a envoyé un MP pour me demander si j’étais toujours dans une relation libre et j’ai répondu : alors déjà, c’était TEL QU’ON ME L’AVAIT RACONTÉ !

Veronica : Les gens ne savent pas vraiment comment fonctionne le journalisme…

Amelia : … en ensuite, non. Ils se sont séparés et ça n’a pas du tout marché. Et elle est maintenant mariée à un autre. La femme n’a jamais répondu à mon message. Je crois que je l’ai détruite en lui disant que ça n’avait pas marché. Elle voulait sans doute seulement avoir l’autorisation de coucher avec d’autres et j’ai cessé de l’intéresser quand je ne lui ai pas donnée.

Veronica : Tout le monde veut avoir le droit de tromper son partenaire.

Amelia : Est-ce qu’on ne devrait pas plutôt (comme les gens normaux qui nous ressemblent) développer notre identité de marque propre sur insta ?

Veronica : Malheureusement oui. A moins d’être Meryl Streep, c’est bizarre de ne pas définir sa marque. Et JE DETESTE AVOIR A DIRE ÇA. Et je déteste encore plus avoir à le faire… mais en fait, je ne le fais pas… je poste peut-être 6 fois par an.

Amelia : En tant que journaliste de voyage, j’ai toujours l’impression de devoir poster des beaux paysages mais ensuite, je me retrouve à poster une photo débile de mes neveux et je me dis que je ne travaillerai plus jamais de ma vie ! Mais toi, tu es un vrai mystère sur Insta. Je crois que je suis plutôt Busy Phillips et que tu es Michelle Williams dans cette relation.

Veronica : Ahah. Mais Michelle est trop mystérieuse. Je ne sais même pas comment elle rit. Est-ce qu’elle rit ?

Amelia : Elle a un rire de lutin.

Veronica : Elle vomit des paillettes dès qu’elle rit. Okay, dernier point, la question de la féminité dont nous n’avons sans doute pas encore parlé parce que nous n’en avons pas envie…

Amelia : C’est vrai.

Veronica : Avons-nous un double standard pour les femmes sur Insta ?

Amelia : Eh bien, je ne suis pas vraiment d’hommes. Enfin, ce n’est pas complètement vrai. Mais je suis plus de femmes que d’hommes.

Veronica : Enfin, je suis Khal Drogo. Et j’ai peut-être activé les notifications pour ses posts.

Amelia : BIEN JOUE. Je suis Michael Rappaport et il fait toujours des vidéos de son visage. Mais je ne m’intéresse pas vraiment à la manière dont il se présente et je ne le critique jamais pour ça.

Veronica : Les femmes en font trop ou bien n’en font pas assez, ou bien elles essaient de faire semblant de ne pas faire d’efforts quand elles en font, comme si elles essayaient trop ou pas assez. Je le fais aussi. C’est tellement mal. Je me sens si mal de les scruter, même de loin.

Amelia : J’avoue que moi aussi. Un peu comme en politique, il n’y a que les femmes candidates qui ont besoin d’être aimables.

Veronica : Et la manière dont elles se présentent / s’habillent.

Amelia : Mais Trump est peut-être la personne la moins aimable du monde (peut-être avec Poutine) et tout le monde s’en fout. Ou plutôt, beaucoup de gens s’en soucient mais sa base électorale, non. Donc pour conclure, oui nous en demandons beaucoup à nos femmes. Trop. ça ne va pas.

Veronica : Je crois que c’est ce qui me rend vraiment triste – quand je me surprends à faire pareil. Mais aussi, je ne peux pas non plus ignorer la pop culture parce que je pense que beaucoup de choses ont de l’importance à un niveau plus global pour notre culture. Même si à ce niveau plus global, je me rends compte que je suis horrible.

Amelia : En gros, je veux que les femmes que je suis soient intelligentes mais pas trop parce que c’est prétentieux, et aussi stylées mais de manière discrète parce que sinon je me sens mal, et elles devraient aussi manger les nuggets de Mcdonalds mais aussi être invitées à Cannes. Nous voulons des femmes que nous pouvons admirer mais nous nous sentons mal dans notre peau si elles sont trop parfaites.

Veronica : Pour finir, ça dépend de nous, les autres femmes.

Amelia : yep

Veronica : Okay, donc on va travailler là-dessus. J’accepte Kelly et toutes ses photos pute à likes. Je vais liker toutes ses photos pour la soutenir le mois prochain.

Amelia : Elle est belle et intelligente et cool et elle a un copain plus jeune canon et tu sais quoi, je suis très heureuse pour elle. Je promets aussi de liker toutes ses photos et de me dire à chaque selfie d’elle que je ferai TANT MIEUX POUR TOI D’ACCORD.

Veronica : Tellement contente qu’on ait réglé les problèmes du monde.

Amelia : Je crois qu’on a réparé les réseaux sociaux.

Amelia : Oh mon dieu, je viens de trouver du yaourt de trois jours incrusté dans ma bague. Je l’ai vu en tapant. Il faut vraiment que je me répare moi-même.

Veronica : WIP

3 comments

Ajouter le votre
  • This was fun – interesting conversation. I’m here for it.

  • Veronica McCarthy 7 février 2019, 9:56

    ha! so glad to hear it, L! xo V

  • oh I loved this, because I thought about her a very embarassing amount too, now I know I am not alone. I stopped following her, because she makes me feel incredibly insecure (like she looks 27? and is very thin and trendy in a cool way and also very successful, and I think she tries to humanize herself with the posts about being depressed for example ((I mean she IS a human…). but the effect of her whole presence is that she is a celebrity with an almost perfect life and in no way looks like anyone who I have ever seen in real life who is in her 40s with 3 children).
    I still check her page a couple times a month, because I can’t totally quit her. ¯\_(?)_/¯

From the Archives

Spring Trends
  • Spring Trends
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
Ganni Girls

Ganni Girls

Spring Trench Atelier Dore

The Spring Trench

embroidery atelier dore

Embroidery Details

Modern Romance

Modern Romance

The Bold Blouse

The Bold Blouse

And We’re Off!

And We’re Off!

Summer Breeze

Summer Breeze

Pajama Party

Pajama Party

Spring Whites!

Spring Whites!