Photo May 14, 7 28 55 AM

Être Nouvelle

1 week ago by

J’en appelle à tout mon courage pour vous confier des pensées simples que j’ai en ce moment. Des détails qui ont changé. C’est différent de mon style de d’habitude, mais ça vient de mon cœur.

Le bonheur.

J’étais en train de faire mon café ce matin, quand soudain, j’ai ressenti le bonheur de vivre tellement fort qu’un grand sourire m’est monté aux oreilles. J’étais tout simplement au paradis.

Me sentant presque coupable, dans ma belle maison toute claire et toute calme. “C’est facile, d’être heureux quand on a tout ça”, s’est écriée une voix dans le fond du fond de mon esprit.
Quand une autre, plus calme, s’est élevée. “Faux, a-t-elle rétorqué. Tu pourrais aussi être en train de te plaindre.

Tu es célibataire, tu vis toute seule, et le monde part complètement en couille – ton bonheur intérieur est ton droit le plus fondamental, et il a peu à voir avec ta belle maison, et beaucoup à voir avec la paix que tu cultives. Alors autorise-toi à le ressentir.”

Faire mon lit.

Je n’ai jamais fait mon lit. J’aimais les lits défaits. J’aimais laisser quelque chose de défait derrière moi. Je me levais et je m’échappais de ma chambre pour n’y revenir que le soir. Mon lit était une explosion constante. Ma vie aussi.

Et puis j’ai commencé à méditer.
Et puis j’ai commencé à faire de petits exercices de pleine conscience. Passer une heure, quand j’étais inspirée, à vraiment être présente dans chacune de mes actions. À vraiment regarder et toucher les choses, les gens. À ressentir profondément.

Un matin, j’ai eu envie de faire mon lit. De le respecter. Oui. Comme on respecterait une personne. On ne laisserait pas une personne qui nous a porté toute la nuit sans lui montrer un peu de respect.

Donc j’ai commencé à me lever plus doucement, et à faire mon lit. Pas par obligation, mais par respect, par gratitude, et par amour.

Et c’est là que j’ai enfin compris que respecter chaque chose que l’on touche, c’est nous respecter nous-même.

Les hommes.

J’ai toujours été une séductrice. Pas du type séductrice dangereuse, mais du type implacable. Du type qui, quand elle vous ouvre ses bras, vous y êtes si bien que vous ne pouvez plus jamais en partir. L’un de mes amoureux m’avait dit, un jour où je le quittais, car je quittais toujours : “Mais comment vais-je vivre sans ton regard sur moi ? Il illuminait ma vie.”

La séduction était un jeu, l’amour était facile.

Puis, un jour, j’ai été moi-même séduite. Un homme est venu vers moi et s’est présenté comme étant tout ce dont je rêvais. Il a dissimulé les failles, rendu ma vie excitante et nouvelle, a prononcé les mots que je rêvais d’entendre. J’en suis tombée folle à en mourir.
Et puis, parce que l’on se réveille toujours d’un rêve, il a commencé à dévoiler qui il était vraiment. Un homme. C’est tout.

Peut-être même un homme pas pour moi, finalement.

J’ai compris que la séduction était un artifice et, souvent, un mensonge – et que la vie était en train de me tendre, enfin, un douloureux miroir.

J’ai compris que dans cette dimension dans laquelle je vivais, où l’on ne se montre pas tel que l’on est vraiment, l’amour est superficiel. Qu’à y vivre avec acharnement, jamais je ne serais vraiment aimée et jamais je ne pourrais vraiment aimer.

Et j’ai commencé à me montrer aux hommes telle que j’étais. Je ne suis plus une séductrice. Je suis une femme. C’est tout.

Laisser parler la critique intérieure.

Chaque matin, je bois un smoothie.

Et chaque matin, je ne sais pas d’où vient cette voix moqueuse que j’entends résonner. Cette voix qui me dit que je suis ennuyeuse, avec mes trucs sains. Que je me prends pour une autre. Que je suis chiante, avec ma méditation. Que je suis devenue trop Américaine. La voix intérieure roule les yeux au ciel quand je rajoute deux cuillères de protéines végétales et une touche d’ashwagandha.

Je bois mon smoothie. C’est sain. J’adore. Je me sens bien.

Et pourtant, cette voix continue à m’assaillir. C’est trop beau pour être vrai, tu sais bien qu’à onze heures, tu vas te jeter sur du chocolat. Et d’ailleurs, souvent, à onze heures, je me jette sur du chocolat.

Mais tous les matins, je continue à me faire un smoothie, à l’apprécier, et à laisser la voix parler. Je la laisserai parler, en espérant qu’un jour, elle n’aura plus rien à me dire.

Laisser parler la critique extérieure.

J’ai toujours été critiquée. D’abord, j’ai grandi en France où la critique est un sport national. Dans une famille où on avait la critique facile. Puis, à travers mon travail et l’ouverture aux autres, je me suis exposée à la critique constante.

J’ai un peu de mal avec la critique (je pourrais vous faire un paragraphe sur mon ego, mais j’ai peur de vous embêter avec ça, et que vous commenciez à me critiquer)(ahahah).

À tel point que j’avais appris à devancer la critique.
À ne pas faire les choses par peur d’être jugée.

J’ai fini par m’enfermer dans une boîte où j’étouffais, par peur de la critique. La mode, la réussite, tout le tralala. Alors que moi, j’avais envie de parler de l’âme et de la beauté d’un lever de soleil.

Aujourd’hui, je respire un grand coup et je le fais. C’est toujours difficile, et je suis toujours critiquée, mais je n’oublie pas de saluer mon courage, et je continue à cheminer vers ma vérité.

Toute seule.

Un jour par semaine, j’essaye de m’organiser pour ne voir personne et ne rien prévoir. Ça fait partie des très bons côtés du célibat, cette liberté. En général, je fais ça le dimanche.

Je digère mes émotions de la semaine, je les observe. Je me repose, corps et âme, sans aucune culpabilité. Ça me change la vie.

Au début, la solitude me faisait peur. Puis j’ai appris à l’apprivoiser. Puis j’ai appris à l’aimer. Puis j’ai commencé à en avoir vraiment besoin.

J’ai envie d’essayer de ne pas utiliser mes écrans ce jour-là. Pas de montre. Le moins de trucs possible. Peut-être même que j’essayerais un jeûne. Une amie qui fait ça, comme ça, une fois par semaine, m’en dit beaucoup de bien. Mais je ne suis pas sûre. J’essaye de faire confiance à mon instinct.

Et pour arriver à l’écouter, cet instinct, rien de mieux que de passer du temps seule.

Danser.

Je danse beaucoup, tout le temps. Toute seule, avec mon chien, en cours de danse, ou avec les gens. Je dis plein de conneries, je vois plein d’amis, je déborde d’idées, j’adore la téquila, et je ne pense qu’à rire. Voilà quelque chose qui n’a pas changé.

Faire face.

Se prendre un mur, dans la vie, c’est se retrouver face à des ruines.
Prendre le temps de reconstruire, c’est faire face à ces ruines.
On ne peut pas juste changer d’endroit, changer de pays, changer de gens, changer de famille.

Faire face, c’est respirer un grand coup, revenir sur le lieu de la douleur, retourner chaque pierre et décider de ce que l’on veut garder pour reconstruire notre nouvelle maison émotionnelle.

Pour moi, tout a changé le jour où je me suis fait la promesse d’être honnête avec moi-même. Alors faire face, c’est aussi faire face à ceux qui ont du mal à nous voir différente. Que ce soit un réveil spirituel, un divorce, un changement de vie, un come out – faire face à la déception, à la tristesse des autres, et faire face au deuil de celui ou celle que l’on était.

Et poser les pierres que l’on a choisies, les unes après les autres, pour reconstruire sa maison.
Pour un jour, ouvrir la porte à nouveau.

81 comments

Ajouter le votre
  • This writing came at exactly the right moment for me, as I face a tough day, brought on by transformation, that, as with all in life, just keeps happening. We can choose how to respond, if we’re lucky. Thanks for the inspiration, I always make my bed, now I see another way that it helps! Respect.

  • I’m glad you are finding your deeper peace, Garance. But I also think it’s ok to realize that maybe your beautiful house has something to do with that. Your HOME; that’s not trivial. I was on the road for work for 30 years, lived haphazardly in other people’s places, and did not have my own home until I was in my early 50s. It is profound, a version of Virginia Woolf’s A Room of One’s Own.

    Also, I love your one day of alone time. I wonder if you might like the book The Sabbath World by Judith Shulevitz. It’s an exploration of the idea of the day of rest. We all have our versions of this, if we are smart enough.

  • That last section is one of the most beautiful and true things I’ve ever read.

  • Thank you, Garance. <3

  • Thanks Garance. As women, we’re always seeing ourselves through the eyes of others – loved ones, influencers, strangers. It’s only when we give ourselves permission to discover and accept who we are that we realize all that judging doesn’t mean anything in the greater scheme of things. Too bad we can’t figure this out as younger women and spare ourselves a lot of pain but maybe that’s the only way. I’m on a journey of re-invention at the moment AND turning 60 in a few months. It’s one day at a time and be kind to myself and the world around me.

  • Interesting thoughts. I love being alone…it doesn’t happen often (my husband is also a homebody), but I cherish those times.

    And I’m glad you are making your bed. That is very important to me…I don’t like to leave my bedroom with an unmade bed…it feels too unfinished, messy and random. A tiny detail, but a neatly made bed sets up a purposeful day.

  • Ana Leonor 14 mai 2019, 10:27 / Répondre

    This is so beautiful.

  • Quel beau texte! Vous avez beaucoup de courage ainsi que le coeur sur la main. Beaucoup d’entre nous luttons quotidiennement pour vivre dans une façon authentique. Je vous conseille de lire la poésie de Edna Saint Vincent Millay et William Butler Yeats…

  • Cass Estes 14 mai 2019, 11:12 / Répondre

    It sounds like you are blooming, how lovely! I can’t wait to see more : )

  • Respect. Ton texte fait écho à un autre que j’ai lu où il est dit « …La reconnaissance est donc une condition essentielle du sentiment de dignité », Hegel. Merci pour tes mots.

  • Ans Withagen 14 mai 2019, 12:42 / Répondre

    Merci

  • Sophaiii 14 mai 2019, 12:44 / Répondre

    Le smoothie c’est très bien et le chocolat (plus il est noir, moins il y a de sucre), c’est très bien aussi !!!

  • Florencia 14 mai 2019, 12:52 / Répondre

    Please do speak more of this in your podcast, we miss your voice, et maintenant ta nouvelle voix. Bisous.

  • Elizabeth 14 mai 2019, 1:02 / Répondre

    Thank you for these words, Garance! Have you ever read the poem « Diving Into the Wreck » by Adrienne Rich? In it, she writes about confronting one’s self and one’s life, and I think you might like it.
    https://www.poets.org/poetsorg/poem/diving-wreck

  • Thank you as always for your authenticity and candor. Change, growth and transitions are HARD.

    This sentence in particular really resonated for me:
    « Whether it’s a spiritual awakening, a divorce, a life change, or coming out – you have to face the disappointment and sadness of others, and deal with the grief of losing the person you once were. »

    I am also in the midst of change and transition and have to be honest with myself about gradually letting go of who I have been and being open to who I will become. Thank you for the reminder of how essential self-compassion is during times like these.

  • This morning, after reading this post, I wrote six words that encapsulate all that I am struggling with: « Aging, health, resilience, » and then this: « claim your space. » Yes, that last one is so key to our ongoing, internal struggle as women. It is about respect, respecting and honoring yourself, whatever your situation, your looks, your job …. your age.

  • Merci Garance. J’ai beaucoup aimé ton paragraphe sur la danse et la tekila, moi aussi je suis comme ça, en soirée j’aime rire, me libérer et tu sais quoi ? Je ne l’assume pas. Le lendemain je ressens une honteuse terrible. Peur d’avoir dit des conneries, d’etre jugée, qu’on me trouve trop directe ou “débauchée” (ce qui en fait est loin d’être le cas)… Du coup ça me fait plaisir de savoir que toi aussi tu es comme ça, tout simplement naturelle et qui exprime sa joie de vivre, parce que finalement les gens comme ça je les trouve géniaux !!

    Grosses bises
    Marie

  • Quel bonheur de vous lire! Merci de rester si proche de vos lectrices!

  • This comes at the right time for me as well. I am in a place of avoiding truths that will be disruptive, that will cause disappointment and sadness, and in a way I hadn’t realized, I got to this place by being a seductress, giving my partner the woman he wanted rather than the woman I am. Which is not his fault, but he will pay part of the price. I am learning about a deeper, harder, but ultimately gentler and wiser kind of honesty. This is beautiful, Garance – thank you…

  • Je me sens si sereine et tellement moins seule lorsque je te lis. Merci Garance.

  • This is beautiful. And inspiring.
    The thing is, one can best do without what one has. Have a partner, you can think of all the reasons you’d be happier alone (unless you are among the lucky few who found a good partner). Don’t have a partner, and all you can think of is how to get one because society demands it. It sounds like you have found how to put society on mute.
    I know many unhappy couples and very few happy ones.
    We’re taught to be paired up. It’s a hard cycle to break, even when it’s destructive. You are an inspiration.

  • Merci, Garance. I came at home feeling lonely & your words comforted & reminded me of the luxury I am surrounded by. Still feeling lonely, but also kind of free and in the process of change…

  • Merci pour ces articles toujours très juste sur la façon d’appréhender la vie, notre vie.
    Nous sommes les seuls à détenir la clé de notre bien être, à quand seront nous prêt à en prendre conscience ? La vie nous donne ce que l’on attend d’elle, et ça c’est une belle nouvelle !
    Merci ta vérité et incroyable sincérité.

  • This is truly lovely. Kind, nurturing of yourself and others. Thank you.

  • Thank you, Garance! Your heart is lovely because it is honest and full of self-discovery that you share and we can relate to. Here are some words of wisdom from our friend, Diane von Furstenberg:

    « Be the woman you want to be. Use your voice, strength, compassion and impact to make a better world. » + « Wink at your image, smile at your shadow and enjoy the ride. »

  • Maritoni 14 mai 2019, 11:29 / Répondre

    You write so well because you have always been honest. Thank you, Garance! Cheers for learning new tricks and for always trying to find and embracing YOUR truth.

  • Oh how I love a day alone with no plans and no one else I need to see.
    It’s the biggest thing I miss about my single 30’s: waking up on a Sunday with no one to please – not even a coffee date! – but myself at each moment. I learned a lot about what truly makes me feel rested and refreshed. It wasn’t clothes or shopping or the internet or talking – it was riding a bike down a pretty street and people watching over my own coffee. It was reading a real book. It was observing and thinking and breathing the air.
    Finding time for that as a parent is… challenging. But I still try.

  • Beau et vrai. Merci Garance d’être vraie <3

  • Merci, merci d’être si vraie et d’avoir le courage de partager vos sentiments et surtout toutes vos avancées, ou (r)évolutions.
    Merci Garance.

  • Jorge Alexandre Teixeira 15 mai 2019, 4:19 / Répondre

    Today my horoscope says that i will react bad to adversities or changing plans and that people will fuc* you over or blame on you for something they did .
    1.Im super streesed out;
    2. I busted my phone;
    3. In the subway , a man stepped on my all-white Vans leaving a huge mark on my left shoe!!! Not even a «sorry », nothing !!! Motherfuc***!!!
    And the day is just starting …
    Yet, reading this , G, gave me a Huge Boost to face the rest of the day , believe it !!! You are a Great Inspiration, Madame Doré and a Delightful Human Being and… That’s All!!!

    Tem um Excelente Dia !!!
    Beijinho!!!*_*

  • This is beautiful. Thank you Garance x

  • J’aime cette « nouvelle » toi, remplie d’authenticité et de sincérité… bravo pour ton cheminement !

  • Zaza of Geneva 15 mai 2019, 5:56 / Répondre

    « “C’est facile, d’être heureux quand on a tout ça”, s’est écriée une voix dans le fond du fond de mon esprit. »

    J’aurais aussi répondu: « J’ai bossé dur pour avoir tout ça. Je ne me suis pas contentée de m’asseoir, tendre le bras et attendre que ça me tombe dans la main. »

  • Magnifique et inspirant. Tout simplement.

  • ok je pleure. je suis super touchée.

  • Des larmes, des larmes et encore des larmes sur mon visage…
    Garance, nos vies si éloignées l’une de l’autre et pourtant, vos mots me touchent et font résonance en moi.
    Vous êtes une Femme d’une grande beauté et d’une rare humanité… Merci.

  • This is great, thank you for being yourself

  • Grace Osei 15 mai 2019, 9:26 / Répondre

    Thank you. You are such an inspiration.

  • I absolutely loved this, on so many levels. I will digest little by little!

  • « J’ai toujours ete critiquee. J’ai grandi en France ou la critique est un sport national. »
    Cela resonne si fort en moi.
    Quel courage, chere Garance, de nous faire suivre votre cheminement vers la Lumiere.

  • Tout ça me parle à un point que vous n’imaginez pas.
    Samedi dernier, en plein ménage, couverte de sueur et de poussière, j’ai fait une pause et j’ai regardé mon jardin par la porte-fenêtre; je me suis dit: mais qu’est-ce que je suis heureuse!
    Merci pour votre blog et vos billets que j’adore toujours lire depuis des années.
    Un grand bonjour du Gard :-)

  • Un article super, merci Garance et je comprends très bien ce que tu veux dire, car est passée par là aussi et à la même période de la vie que toi: j’ai 5 ans de plus que toi et tout ce dont tu parles – j’y ai eu droit.
    Je voudrais juste te dire ceci: cette fille-là (la super-woman-séductrice-la plus forte-la vainqueuse-en armure dorée) – après que l’armure en question s’est écroulée et qu’on a retourné les pierres et qu’on a fait les tris et qu’on est (enfin! parce que mine de rien c’est long) prête à nouveau de vivre et de ressentir de la joie, donc cette fille-là, qui était nous dans le passé – on peut la remercier. Parce qu’elle était là. Parce que grâce a elle on a survécu, parce qu’elle était une fonction de notre vie qui nous était indispensable, car sans elle on aurait été démunie et vulnérable. Alors, merci à elle.
    Et je vais aller plus loin: maintenant que nous l’avons ramené à la lumière de notre conscience et que nous l’avons démasqué, nous pouvons garder son savoir-faire dans des tas de différents domaines de la vie (parce qu’elle en a, la coquine) dans notre armoire à outils. Et recourir à ses services quand nous en avons besoin. Parce qu’il y a une différence entre « croire que elle – c’est nous » (comme on le pensait « avant ») et savoir que « elle » – c’est maintenant juste un outil, comme un savoir-faire particulier que nous pouvons dégainer, en en ayant conscience et en sachant parfaitement pourquoi « elle » est là et ce que nous voulons faire avec.
    Sur ce, chère Garance, je t’embrasse de tout cœur et à très vite ici ou sur Instagram
    Marina))

  • cristina 15 mai 2019, 2:13 / Répondre

    Congratulation for being yourself by all means!!!! Kisses from Argntina

  • ces paroles sont bien theoriques.
    Ici le celibat, n est pas vécu comme un mode de vie mais comme une maison de remise en forme avant de vivre à nouveau à 2.
    je sens beaucoup de souffrance et une Solitude non épanouissante car … subie.

  • Barbalala 15 mai 2019, 4:40 / Répondre

    Chère amie , C’est avec « l’age » ou disons plutôt l’experience et la maturité que l’on apprend à -tomber les masques- et qu’on est plus dans l’instant, dans la contemplation, et que l’on se contente des petits bonheurs du quotidien. Ce n’est malheureusement pas à la portée de tout le monde. Beaucoup n’ont pas envie d’evoluer, ils resteront dans le superficiel , le paraître , la jalousie, les ambitions toujours plus grandes… Si tu en est là c’est que tu as fait un travail sur toi qui t’a permis d’etre plus douce avec toi même, de te respecter, d’etre plus authentique avec les autres et de ne plus être dans la séduction . J’espere simplement que tu n’as plus besoin de « béquille chimique » que tu as évoqué précédemment. La vie est belle, Ton corps c’est le véhicule habité par ton âme . Il faut en prendre soin et l’ecouter. T’a vie c’est ce que tu choisi d’en faire. Bravo pour ta sagesse d’esprit et ton humour. Cela nous intéresse, depuis des années. Ne change pas tu es formidable !!

  • Simply beautiful!

  • This is beautiful. perfectly sized, digestible truths. I feel every one of these things. Thank you for putting those feelings and thoughts into words <3

  • Naydeline 15 mai 2019, 7:22 / Répondre

    A magnificent, and thought-provoking piece as always! Thank you for sharing your story about personal growth with us G!

  • Dear Garance,
    I ladmire the way you are able to talk about your emotions. It is very helpful how you explain your emotional development. Thank you!
    Yours Britta

  • ça faisait bien longtemps Garance que je ne t’avais pas lue comme ça. L’impression de retrouver une vieille connaissance. Comme quoi… :)

  • Merci !

  • Dearest Garance, As you so often do, in this piece you’ve given my inner self, my deepest being, a voice. So powerful to showcase your vulnerability in this way. I’m so grateful you’ve given yourself the freedom to take this journey, including the anguish and sorrows. I hope you’ve discovered you are not alone. We are all on this journey with you–thank you for that reminder. And I do hope you have a new book in the works to share this emotional journey with many more…

  • « Pas besoin de se hâter. Pas besoin de briller. Pas besoin d’être qui que ce soit d’autre que soi-même. » Virginia Woolf, Une chambre à soi

  • Margaret 16 mai 2019, 2:38 / Répondre

    I’ve not been to the site in a while – work, life, shifting habits. I’m so glad that today I checked in and had the opportunity to read this. It is lovely and gracious.

  • Well Ms. Doré, you have outdone yourself again. Even though I am a generation older than you, you…. you’ve hit a nerve. Even when your contagious Joie de Vivre has at time seemed to falter, you keep yourself moving and busy with the hustle of life. Congratulations on having such a grand epiphany(s) at your young age! (seriously, standing ovation, slow clap!) Your resilience and determination reminds me of a saying (old showgirl here) « chin-up, shoulders-back, stomach-in, tits-out. »
    Thanks for your incredibly generous spirit. Your essays have always seemed like letters from a great pen pal. (You should compile them into a book.)
    Best of health Kiddo,
    Soph

  • MARIA STELLA 17 mai 2019, 3:04 / Répondre

    C’est un très joli texte, le plus joli et profond que j’ai lu jusqu’à présent ici. Je pense qu’il doit résonner à bon nombre de personnes qui ont ou vont traverser une nuit noire de l’âme. Je suis en plein dedans. On a l’impression que l’on va mourir mais c’est l’inverse en fait on va vivre, car on est déjà mort en réalité. Pas notre corps physique mais à l’intérieur oui on est mort enseveli sous des couches de faux self et de traumatismes qui ne nous appartiennent pas toujours. Et c’est général. On vit tous plus ou moins en accord ou non dans un monde d’illusions. Le but ici bas est de se reconnecter à son vrai Soi pour pouvoir faire rayonner sa lumière singulière mais avant ça on doit se dépouiller de ce qui nous empêche d’éclore et cela passe par une traversée du désert bien souvent. Processus douloureux mais je pense que les âmes qui traversent ça sont des diamants.

  • Make your bed. Tidy your home. Buy flowers or pick them in the garden. Fill the house with music, scent and light. Take pleasure in simple things. Yesterday I spent one hour just gazing at how the changing sunset rays hit a shelf in my pantry which had rows and rows of old flower vases, making them shine and twinkle: bliss in simple beauty.
    Finding beauty in simple things, looking for the best in people, not the worst. Have a little temple in a hidden corner of your home and everyday light come incense and say a prayer of gratitude, connect with who you are, not what you are.
    Do a digital detox every sunday, read more books, don’t watch tv, avoid the news. Early morning go for a walk on the beach, a hike in the canyons. Horseback ride because horses understand and transmit vibes, find a farmer’s market, cook with friends in a noisy kitchen while you dance and guzzle good wine.
    Learn how to give yourself an ayurvedic massage on sundays, slowly rub your skin and scalp with oils. It is a slow process, be patient, find purpose in stillness.
    Have a weekly beauty routine; a Turkish bath, a sauna, a head massage, a foot rub.
    Connect with your body, feed your mind. Learn new things, take an online course, how to play an instrument or make things with your hands.
    Share your knowledge, pass on a legacy, dedicate a few hours of your week to charity, teach kids, visit old people. If you love animals do volunteer work in an animal shelter, in a community vegetable garden, help autistic kids learn how to ride, clean up litter on your beach, plant trees in your hill. Give back what is given to you. The world gave you gifts so thank the world by passing these one.

  • Aissatou 17 mai 2019, 12:44 / Répondre

    C’est tellement beau. Avec quel plaisir j’observe, de loin, les changements que tu vis depuis un moment maintenant. Je suis contente pour toi et je suis inspiree par ton courage et ta tenacite a reconstruire ta maison, avec tellement d’attention et d’amour. Bisous.

  • Caroline 17 mai 2019, 3:40 / Répondre

    Merci Garance. Comme je me reconnais dans cet article… cette nouvelle toi ressemble à cette nouvelle moi que je deviens peu à peu depuis ma séparation : 24 ans avec le même homme et d’un coup être seule… C’est dur au début, compliqué aujourd’hui mais ce sera une nouvelle moi plus vraie, plus proche de mes aspirations demain. Enfin je l’espère. Cet article me touche et me donne envie de te rencontrer, toi que je suis sur ton blog depuis tes débuts, envie de te serrer doucement dans les bras et de te murmurer « tout ira bien. On est sur le bon chemin ». Je t’embrasse. Une fille du sud de la France exilée dans une autre ville depuis trop longtemps.

  • You never cease to amaze me, Garance. I have been thinking a lot about ego and would love to hear your thoughts (which could, frankly, never be boring).

  • hello Garance. merci d’être si honnête. je suis le même processus, non sans difficultés. ce qui me parle là tout de suite : « J’ai compris que la séduction était un artifice et, souvent, un mensonge – et que la vie était en train de me tendre, enfin, un douloureux miroir » <3
    NB : le dessin… c'est la chanteuse, n'est-ce pas ?

  • Such an honest and revealing (for myself), well-rounded piece. Finding the right and very clear words on so many aspects of life. Personally, the part on seduction was Super honest and great to read and relate to. I recently ended a story to someone who wanted to be seduced, not loved.

  • I like exact way you describe it. I like a lot specially the last part. And it`s not only people around that have to face our inner change. It`s as well us, who have to leave behind who we were. It`s like to close one chapter and become writing new pages, so far blank. For first shot it`s pretty scary. But then you find it`s a new hope, new chances, you can write what you want. And that starts to be strong relief, that you really can.

  • There is so much duality in what you talk about here–my therapist calls it a both/and. For all of us, we will probably never escape at least a little bit of fear when opening up and being vulnerable–at the least, it’s a protective mechanism to keep us from spilling too much–a pang which acts as a barometer to get us to at least pause, and go inside to make sure we’re also protecting ourselves from harm in the spilling. Your honesty IS BRAVE–I’ve seen some of the comments people make here, and they can be horrific–who could ever be immune to them?! The other thing that stood out to me is the possibility that you chose narcissistic men. When you said, « You’re gaze brightened my life… » it so much reminded me of the narcissist’s need to be reflected back as the light of your life. I am so familiar with that gift that I gave too, stealing away from my self, my being. You are on your way on this lifelong journey of learning and discovering the thrill that is you, that makes up your day, your existence.

  • I make my bed, but I actually read that we shouldn’t make it every day because that increases dust mites (yes, everyone has them). I read this on the internet, so it’s probably another reason for a digital detox….sometimes it’s better not to know.

  • Corticchiato 19 mai 2019, 1:14 / Répondre

    ??

  • Thank you Garance. Thank you for letting us in on your changing internal and external landscapes. I admire your courage.

  • Acuarimantima 19 mai 2019, 5:40 / Répondre

    Thank you Garance for having the courage to share and open up in a post like this.

  • Exactly.
    Thank you.

  • Un lit défait « ça hurle »… Faire son lit a une vertu thérapeutique, c’est le top départ de la journée.

  • Merci Garance, ce texte raisonne énormément en moi. Et oui changer de vie, évoluer, se sentir mieux, signifie souvent laisser des personnes sur la route mais quel bonheur d’être plus en adéquation avec soi même ! C’est ainsi que l on rencontre ensuite des personnes avec qui les relations sont beaucoup plus fluides ?????.

  • Ce texte est si touchant, si VRAI…

    moi qui te lis depuis (presque) tes débuts, c’est comme si je te connaissais et ce texte m’émeut.

    Merci d’être toi, avec nous, et de nous offrir tant d’amour

  • Your topic is very nice and helpful to us.Thank you for the information you wrote.

  • DELEONTE Chantal 22 mai 2019, 1:10 / Répondre

    Merci garance pour ce texte si profond, sans concession, si vrai. Un authentique chemin de vie.

  • Florence 22 mai 2019, 2:57 / Répondre

    En tout cas, puisse tu toujours passer ici pour écrire, car ça te fait du bien, à toi (je pense), mais aussi à nous (ça c’est sur!!). Merci pour tes écrits, que je lis depuis un moment déjà, et qui font à chaque fois écho en moi, et qui m’inspirent. Je n’ai pas envie de m’étaler plus, mais juste envie de te dire merci.

  • Thank you Garance, for your beautiful honesty & courage in showing and expressing your Truth – it is always inspiring. Thank you x

  • Maëliss 23 mai 2019, 2:19 / Répondre

    merci pour ce texte qui donne envie de tout couper pour s’installer sur la terrasse et écouter.

  • j’aime vraiment beaucoup ce billet. la fin m’a beaucoup touchée :
    « Alors faire face, c’est aussi faire face à ceux qui ont du mal à nous voir différente. Que ce soit un réveil spirituel, un divorce, un changement de vie, un come out – faire face à la déception, à la tristesse des autres, et faire face au deuil de celui ou celle que l’on était. »

    Je n’avais jamais vraiment pensé à cette idée de faire face à la déception des autres, ceux qui ont du mal à nous voir évoluer. C’est si juste. Faire face aussi à l’incompréhension des proches par rapport à ce qu’on traverse, leurs jugements, j’essaye souvent d’expliquer, de justifier ma peine, mes pensées, mes ressentis… comme pour être comprise et validée absolument dans ce que je vis, moins je me sens comprise, plus j’essaye de convaincre, mais ça ne change rien. Je ne me rendais pas compte qu’il s’agissait aussi ici d’une histoire de lâcher prise, d’acceptation, pas seulement accepter ce que je vis mais aussi les réactions autour, accepter pleinement ce qui est. Et pourtant, je crois que se trouve là, la réelle libération… et nos rapports avec les autres peuvent être que plus apaisé.

  • Oh, mais merci pour ce texte ! Je l’ai trouvé magnifique (et reconnaissance très forte dans l’histoire du smoothie + chocolat à 11h ahahah !)

  • I love the way you can describe your feelings.
    I like this Garance that is more vulnerable and I share with Emily that the final
    section of this note is simply GREAT!!

From the Archives

New York, New York!
  • New York, New York!
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
atelier dore summer in the city fashion editorial

Summer in the City

Forty Five Ten: Redefining the Retail Experience

Forty Five Ten: Redefining the Retail Experience

A Weekend With Disposable Magazine

A Weekend With Disposable Magazine

A Starry Night

A Starry Night

The Fashion of Self-Discovery

The Fashion of Self-Discovery

HOOP YORK CITY

HOOP YORK CITY

Things I’ve Learned Moving to New York

Things I’ve Learned Moving to New York

shereen mohammed street style atelier dore

Sublime Shereen

Rebecca on Mercer

Rebecca on Mercer