Cultish

Lesse

4 days ago by

Lesse

Sur Instagram, un post sur cinq comprend le hashtag “#lessismore”, pour accompagner une recette de jus qui demande entre 20 et 50 ingrédients. De quoi vous demander si vous avez utilisé correctement cette célèbre expression dans votre vie. Et même si ces statistiques ne sont pas exactement vérifiées, nous connaissons tous les tendances “minimalistes” qui demandent un maximum de temps et d’efforts.

Et maintenant que vous êtes tous énervés, je vous présente Lesse (qui se prononce “less”, ou simplement une profonde expiration) – la gamme de produits pour la peau comprenant trois produits fondée par l’ancienne éditrice d’Atelier Doré (!!!), Neada Jane Deters, qui remercie l’Atelier de lui avoir fourni l’inspiration pour sa gamme de soins pour la peau délibérément simple (on en rougit). Continuez à lire pour découvrir l’ingrédient pas-si-secret de Lesse, et comment Neada est passée du test de cosmétiques à la fabrication.

_____________

Tu étais écrivaine et éditrice avant de lancer Lesse, comment s’est passée la transition et comment as-tu eu cette idée ?
En réalité, tout est lié. Travaillant dans une rédaction, j’avais la chance de pouvoir tester beaucoup de produits différents. J’ai toujours eu des problèmes de peaux quand je vivais à New York. J’ai donc eu la chance de tester de nombreux produits différents. Et j’ai trouvé que, au lieu de trouver une solution, je devenais de plus en plus débordée. J’ai commencé à lire et à creuser davantage les listes d’ingrédients et les implications de leur usage quotidien sur ma peau. Ça a vraiment déclenché mon intérêt et j’ai plongé tête la première dans le trou noir de la recherche. A travers ces recherches, j’ai commencé à contacter les usines et à poser des questions difficiles. Et le cheminement s’est fait naturellement jusqu’à aujourd’hui. J’ai ouvert les yeux et je me suis retrouvée deux ans et demi plus tard, et j’ai ces produits. Donc c’est vraiment le fait d’être dans une rédaction et de m’investir dans cette industrie qui a tout déclenché – je ne sais pas si je me serais lancée dans les soins pour les peaux si je n’avais pas eu cette expérience. Et la possibilité d’interroger des esthéticiens et des gens qui ont d’anciennes techniques de guérison ou de soins pour la peau, et d’entendre différentes visions, orientale et occidentale. C’était beaucoup plus fascinant et complexe que ce à quoi je pouvais m’attendre.

Que peux-tu me dire des nouveaux ajouts à la gamme ?
Le sérum était déjà disponible mais le nettoyant et le masque sont nouveaux. Ces deux produits sont, entre autres, liés par les deux ingrédients principaux qu’ils partagent : du charbon, qui est extrêmement détoxifiant, et un ingrédient appelé “le flamboyant”, qui est extrêmement rare, il n’est pratiquement pas utilisé. Il vient d’Australie, d’un arbre qui produit de petites fleurs rouges. L’extrait de flamboyant est un bioactif, qui contient donc des vitamines A et C. Mais le fait d’être bioactif signifie qu’il change votre peau au niveau cellulaire. De la même manière qu’un probiotique modifie votre microbiome, la comparaison est facile à faire, quand vous l’appliquez, cela produit des effets bien en-dessous de la surface de votre peau. L’utiliser dans un nettoyant, dont vous vous servez quotidiennement, est donc très utile. Mais c’est dans le masque qu’on voit vraiment l’effet parce que vous le laissez pénétrer pendant plus longtemps donc vous avez vraiment les bienfaits.

J’ai cette théorie selon laquelle la beauté australienne sera la prochaine tendance, après la beauté coréenne. Est-ce que le fait de grandir en Australie a influencé ton idée du bien-être, et en quoi est-ce différent de ce que tu vois en Amérique ?
Je crois que cela a joué un rôle déterminant dans ma vision dès le début puisque j’ai eu la chance d’être élevée dans un milieu où on ne portait pas vraiment de maquillage. On nous a enseigné très tôt à prendre soin de notre peau. J’ai toujours eu une routine très simple et très naturelle que m’a apprise ma mère dès l’âge de 12 ans. On applique de l’huile d’arbre à thé sur un bouton, on porte du SPF chaque jour et un chapeau quand on est au soleil. Nous sommes toujours très conscients de l’apparence de la peau, mais aussi de son lien avec la santé.

En arrivant en Amérique, j’ai senti un véritable écart – en vivant ici, j’avais l’impression que la beauté était à bien des égards isolée du domaine de la santé. Cela a beaucoup changé et les dernières années ont vu une importante transition [dans l’industrie] et les deux se sont rapprochés, sans avoir cette compréhension et cette idée de base d’un soin pour la peau vraiment sain, organique et simple. Je crois que c’est la base profonde de Lesse. Se poser les questions difficiles comme, est-ce que ce sera bénéfique pour ma peau sur le long terme ? Qu’est-ce que ça signifie pour ma santé ? Si vous avez une routine de soins pour la peau géniale, tout le reste de la beauté suit. Un maquillage complexe n’est pas nécessaire. Ce qu’il y a de fondamental, c’est la peau, la confiance en soi, la manière de se protéger, etc.

A qui s’adresse Lesse ? Au moment d’imaginer la gamme, quelles utilisatrices avais-tu en tête ?
Lesse est faite pour les gens qui aimeraient faire une transition vers les soins pour la peau naturels mais qui ne savent peut-être pas comment faire, ou quelles étapes suivre. C’est pour cette raison que c’est extrêmement simplifié, c’est une approche simple. Pour les gens qui ne recherchent pas une routine en 12 étapes, qui recherchent quelque chose de sain et de simple – peut-être parce qu’ils voyagent beaucoup ou parce qu’ils se soucient de l’environnement. Les emballages sont en verre, donc recyclables et plus durables. Ils s’intéressent profondément aux petits détails, suffisamment pour avoir envie d’investir. Les prix sont accessibles. Tout est vraiment dans les petits détails, pour pouvoir les apprécier sans être paralysé par l’industrie ou avoir à naviguer dans la complexité de toute l’offre. C’est pour cette raison que nous avons tout simplifié avec quelques produits phares, formulés pour tous les types de peaux.

J’ai une approche très paresseuse de la beauté. Très, très paresseuse. Je suis quelques étapes : j’applique un SPF teinté, je recourbe mes cils et je suis partie. Je ne possède pas de sèche-cheveux. Je ne me brosse pas les cheveux. J’ai un peigne aux larges dents pour quand je sors de la douche, et c’est tout. J’ai donc créé ça pour les gens qui ont soit le même type de vision, soit une très très bonne base et veulent s’appuyer dessus.

Écrit par Alyson Zetta Williams

0 comment

Ajouter le votre

From the Archives

Paris, je t'aime
  • Paris, je t'aime
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
Studio Visit / Petites Luxures

Studio Visit / Petites Luxures

À la Française

À la Française

Lift Off! A PFW Recap

Lift Off! A PFW Recap

A True Home: Edwina’s Charming Interior

A True Home: Edwina’s Charming Interior

Emmanuel’s Paris Apartment

Emmanuel’s Paris Apartment

Chez Moynat

Chez Moynat

camille charriere cozy days paris garance dore photos

So Cozy!

megan bowman gray hero paris restaurant interiors garance dore photos

At Hero

baylee zwart le meurice paris le soir evening night garance dore photos

Le Soir