ada kokosar freelancer stylist rodebjer nyfw garance dore photos

2 years ago by

Voici le deuxième portrait de notre série consacrée à ceux  qui travaillent en free-lance. Cette fois-ci, on s’est dit que ce serait intéressant de parler à quelqu’un qui a ce statut depuis longtemps. Ada est styliste, elle travaille entre autres pour des défilés, des magazines, de la pub et elle a toujours été à son compte…
On l’a suivie en backstage du défilé Rodebjer pendant la NYFW… pour avoir un petit aperçu de l’envers du décor et discuter de son expérience du travail en free-lance. Rien à voir avec celle de Hayley, mais tout aussi intéressant !
Et, vous avez déjà travaillé en free-lance ? Comme avez-vous vécu cette expérience ?

ada-kokosar_garance-dore_3

Ada Kokosar | Freelance Styliste de mode

Pour un électron libre comme moi, le travail en free-lance, c’est quelque chose d’organique et de naturel.

Je vois la créativité comme un liquide, une rivière qui a besoin de s’écouler librement, en mouvement perpétuel, dans le sens et à contre-sens du courant.
J’ai besoin de cette stimulation apportée par le changement.

J’ai toujours travaillé en free-lance, mais récemment, j’ai essayé de trouver des opportunités qui me permettraient d’explorer davantage ce processus créatif.
Je suis plus intéressée par ce cheminement pour voir comment j’évolue à travers cette expérience…

La vie de free-lance, ça a ses avantages et ses inconvénients. Si je travaille comme ça depuis 15 ans, c’est que ça a des côtés positifs… j’ai plusieurs casquettes, je déniche des nouveaux talents, je vis plein d’expériences différentes. Quand on est indépendant, il faut rester assez ouvert pour réussir à passer d’un style à un autre. Il faut pouvoir intéresser des profils différents et s’adapter à des situations nouvelles. Du coup, on s’améliore sans cesse grâce aux interactions qu’on peut avoir avec les gens. On apprend aussi à développer sa propre vision, à ne pas vivre sur ses acquis. Côté inconvénients, c’est vraiment difficile d’organiser sa vie privée. On ne sait jamais sur quoi on bossera d’une semaine sur l’autre, c’est toujours la surprise. Ce n’est pas évident pour la vie de couple. On est toujours entre deux avions, mon emploi du temps n’est jamais le même. Difficile de prévoir quoi que ce soit.

De façon plus stratégique, c’est super important d’avoir quelqu’un qui gère ce flux de créativité, comme un agent ou un studio manager. J’ai besoin d’avoir quelqu’un qui me suggère de prendre telle ou telle direction, qui m’aide à hiérarchiser les priorités. Quand on crée, c’est difficile d’avoir du recul sur les projets qui nous tiennent à cœur. Moi, je prends souvent des décisions de manière assez instinctive, qui se révèlent être de bonnes décision. Mais parfois, je fais les mauvais choix, ce qui constitue une perte de temps et d’énergie. Cela étant, toutes les expériences sont constructives et me permettent de mûrir sur le plan personnel et professionnel.

Travailler en free-lance, c’est toujours stimulant…  et ça me correspond très bien, mais il faut être équilibré, courageux et déterminé.
Ça ne marche pas si on n’a pas ces trois qualités.

——————————————————–

Tu assures le stylisme des défilés Rodebjer, pour quelles autres marques travailles-tu régulièrement ?
J’ai plusieurs rôles. Je m’occupe du stylisme du contenu web de Diane von Furstenberg. J’assure le stylisme des présentations Porsche Design, Frankie B Hollywood, Angel Sanchez et Rodebjer. Je suis la directrice artistique de Letasca et je travaille comme consultante sur la nouvelle collection A/H 16/17 de Laneus. J’accompagne aussi & Other Stories en tant que styliste, consultante artistique et créatrice. En général, je suis contactée par des clients qui aiment mon travail et mon style. J’essaie de bâtir des collaborations durables qui reposent sur le travail, la passion et le talent.

Tu peux nous en dire plus sur ta collaboration avec & Other Stories ?
J’adore le concept de cette marque : l’idée de vendre un style de vie plutôt que des tendances saisonnières. J’ai créé une collection capsule inspirée par mon travail de styliste, et j’ai inventé 5 looks correspondant à 5 silhouettes et identités différentes.

Comment as-tu choisi l’agent avec qui tu travailles ?
En gros, il faut qu’il y ait une vraie rencontre faite de respect et de compréhension mutuelle. En ce moment, je travaille avec un studio manager qui est capable de me suivre sur mes différents projets et de m’aider à trouver les bons partenaires pour établir une collaboration avec une marque ou un groupe influent en rapport avec la création.

Ton meilleur conseil pour ceux qui envisageraient une carrière en free-lance ?
Soyez forts, passionnés, suivez votre instinct lorsque les opportunités sont là. Soyez prêts à prendre des risques.

ada kokosar freelancer stylist rodebjer nyfw garance dore photos

Texte : Neada Jane | Photos : Erik Melvin

Remerciements : Carin Rodebjer et l’équipe de Rodebjer

18 comments

Ajouter le votre
  • Ces interview sont vraiment intéressantes, est ce que pour les prochaines on pourra s’éloigner un peu de la mode ?

    Amélie
    https://charlesrayandcoco.com

  • I love this series, can’t wait for the next instalement. ;)

    http://vodkaandarose.blogspot.co.uk

  • Merci pour ces beaux portraits de femmes indépendantes qui donnent bien envie de prendre son envol :) !

  • I was still a student that I already began to work as freelance. I always liked this freedom to work on various projects like fashion, design object, graphic design, architecture. Finally, it is there that I learn most and most fast. Even if sometimes I find ourselves a few weeks without any project, it’s always the perfect moment to rest and start very personal projects. And it’s so true : « it is necessary to be balanced, brave, determined … and well organized ». I can choose my schedules and my way of working. That’s really exciting !

  • I want to get into freelance work but it’s hard to start and get a client base

    http://hashtagliz.com

  • Ana @Champagnegirlsabouttown 28 septembre 2015, 11:46 / Répondre

    Thank you for that interview, Garance. Ada seems a very confident, thoughtful and creative women who can be an inspiration to many. Life of a freelancer has pros and cons, a con being not knowing where your next paycheck is coming from! But being a freelancre for 4 years (before opening my own business) had so many pros that it really outweighted the insecurity of the job. I used to be the most unhappy employee ever and probably the worst, too. Anarchy runs through my veins :) and I hated political games of the office. Once I went freelance I realised that it was a primary factor of my stress. My job can be very stressful in itself (criminal law) but once I started working for myself I was able to focus on the job and making a difference arther than on office politics. Going solo was one of the best decisions I’ve made in my life.
    Ana
    http://www.champagnegirlsabouttown.co.uk

  • I really love this Free-Lance Series! I’m currently thinking about starting a project on a part-time basis, and it helps to see how free-lance experts deal with the daily life.
    Plus, I also think this idea of giving us a glimpse of the free-lance life is in the perfect timing as the economy is not that great great, and for our generation, we will have to CREATE our jobs, instead of waiting to find it in a company… Your series will definitely make the whole thinking less stressful (for people like me, who can be afraid of that status).
    So, thank you! :)
    ps: I love the « dusty » color palette of the last picture!

  • bavarian_blue 28 septembre 2015, 12:57 / Répondre

    Thank You Neada for this very interesting topic. It’s worth a sequence!

  • Je me reconnaît bien dans le côté naturel du free-lance. Je le suis moi aussi depuis deux ans. Et j’ai sentie une vraie liberté après avoir démissionné de mon CDI. Comme si j’aurais toujours dû faire ça. Ca expliquais rétrospectivement pourquoi j’avais l’impression de ne jamais trouver ma place en entreprise. Je suis contente de l’avoir fait tôt (27 ans) comme ça je n’ai jamais ressenti le sentiment de gâchis. Des fois j’envisage de rem-prendre un travail de salarié. Mais les avantages de la vie de free-lance dépassent de loin ses inconvénients de mon point de vue !

  • Ha! your writing is not easy to read, and I thought the headline was ‘life of a furlana, » I thought oooh, what facinating new job is this?

  • Great read, good business advice for « creative » people that need to focus their artistic talents in the business realm

    http://lifeandcity.tumblr.com

  • These interviews are always so inspirational! Love Ada’s story!
    http://fashion-soup.com/

  • AmeliePompidou 29 septembre 2015, 4:16 / Répondre

    Thanks for this interview. It is very interesting !
    I would also be interested to discover people working as agent or studio manager. They have to balance the creativity flow together with money, time and people issues. What a challenge !

  • Hello, is that a Rodebjer dress? What is it called? I can’t see it on their website.
    Please let me know. Thank you

  • Merci pour ce joli portrait !

  • Super ces nouveaux articles, c’est vraiment très intéressant pour moi qui me lance dans le monde du travail après avoir fait des études de design textile, merci !
    J’ai bien sur entendu parlé du statut de free lance mais c’est toujours bien d’avoir différents points de vue.

  • I love this series! It’s a conversation needed in so many ways. I’ve been a freelancer for 1,5 years now, so pretty much just as the beginning of what I hope to become. Quite honestly, there are so many questions and things I’m still trying to figure out; I’ve never been more terrified and inspired by process as this one. As Ada puts it, I follow my gut and I need that flexibility and flow of things as they come. I find it hard to stay put with one company, with the same team. Though I have experienced the beauty of having a kind of working family.

    Since I’m still pretty young (23) I experience a lot of self-doubt which is a little uncommon for me. I usually have a healthy amount of self-confidence but this is an adventure every day. There’s something about « selling yourself » that creates that. But I wouldn’t want it any other way. ;)

From the Archives

In her words
  • In her words
  • How To...
  • Things I Learned
  • Three looks
  • Career Stories
  • Morocco!
lifestyle in her words tahiti atelier dore photo

In Her Words: Tahiti Huetter

lifestyle in her words caitlin weiskopf atelier dore photo

In Her Words: Caitlin Weiskopf

laura nolte in her words garance dore photo

In Her Words: Laura Nolte

In Her Words georgia graham grarance dore photo

In Her Words: Georgia Graham