the_butchers_daughter_garance_dore_9

The Butcher’s Daughter

2 months ago by

Photos Erik Melvin

Il y a deux trucs sûrs et certains. Déjà, Garance adore la vie à LA (et on la comprend, vu ce qu’elle nous en dit !). Ensuite, The Butcher’s Daughter est une de nos destinations phares à NY. Des plats sains, beaux, végétariens tellement désirables qu’on serait prêts à braver les températures hivernales pour s’asseoir en terrasse.

Garance a de la chance, elle n’aura plus à braver les frimas… parce qu’il y a un an, The Butcher’s Daughter ouvrait une adresse sur la côte ouest, sur Abbott Kinney à Venice Beach, l’endroit parfait. Vous vous souvenez peut-être d’avoir vu leur Bungalow + Breakfast sur notre site l’été dernier, une extension cosy façon B&B du restaurant et de sa dynamique fondatrice, Heather.

Aujourd’hui, on est de retour à LA, pour un aperçu un peu plus détaillé des lieux, guidés par Heather. S’il vous manquait une raison supplémentaire pour faire une petite migration hivernale, ne cherchez plus…

the butchers daughter garance dore photo

the butchers daughter garance dore photo

Qu’est-ce qui t’a poussée à ouvrir à LA ? C’était prévu ?
J’ai décidé d’implanter BD sur la côte Ouest parce que je vis déjà là-bas. J’ai quitté New York il y a 3 ans pour m’installer à Venice. J’adore la Californie et ça faisait longtemps que j’avais envie de m’y installer. Et je savais aussi que Venice serait l’endroit idéal pour nous implanter. Dans l’esprit, notre marque est plus West Coast que East Coast. The Butcher’s Daughter incarne le lifestyle californien !

Qu’est-ce qui t’a amenée à ouvrir ton premier établissement à New York ?
J’ai ouvert à New York, dans le quartier où je vivais (j’avais un super loft sur Bowery). Je voulais ouvrir un juice bar pas loin de chez moi parce qu’il n’y en avait pas. Ça a commencé comme un petit projet et s’est devenu un gros business !

Quelles sont les principales différences de fonctionnement entre les restaurants de New York et de LA ? Au niveau culturel, au niveau des produits…
Avant tout, le climat ! J’aime l’idée d’un restaurant où on peut manger à l’extérieur – profiter de l’air du large toute l’année ! Et puis Venice, et la Californie en règle générale, c’est un quartier très healthy, ça se retrouve dans tous les aspects de la vie quotidienne. Et les produits sont bien meilleurs ici – et disponibles toute l’année ! J’adore faire mon marché à Santa Monica Farmer’s Market le mercredi et découvrir les produits de saison.

Pourquoi as-tu choisi de t’installer à Venice Beach ? Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le quartier ?
L’océan. Quand tu vis à New York depuis dix ans, tu es forcément TRÈS attiré par l’océan – je voulais pouvoir aller à la plage à pied, et puis j’adorais l’idée de servir un café ou un jus post-surf aux surfeurs encore en combi et planche à la main !

Où vis-tu ?
Ici, à Venice. Mon fiancé et moi avons acheté un super immeuble où on a pu installer notre espace de vie et nos bureaux.

The Butcher’s Daughter

the_butchers_daughter_garance_dore_3_vi

the_butchers_daughter_garance_dore_7_vp

the butchers daughter garance dore photo

A quoi attribues-tu le succès de The Butcher’s Daughter ?
Au fait d’être designer, c’est le design de chaque restaurant qui attire en premier les gens. On revisite un concept masculin dans une version féminine. La boucherie, en théorie, c’est un univers très masculin, avec beaucoup de fer et d’acier, des surfaces froides et dures. Si tu prends le contre-pied de ça, et que tu en fais une version féminine, plus douce, en ajoutant des matériaux comme le bois brut, la brique blanche et plein de plantes vertes, ça devient tout de suite plus intéressant et plus vivant.

Dans l’agencement de chaque restaurant, j’adore intégrer un espace convivial. A New York, même si l’espace est restreint, j’ai réussi à installer une immense table d’hôtes où 14 personnes peuvent s’asseoir. A l’extérieur, j’ai aussi installé des mini-tables de brasserie que les gens partagent. C’est un super moyen de rencontrer des gens (et ça réduit le temps d’attente pour une table pour le brunch).

Pour le restaurant de LA, j’ai créé un comptoir qui traverse tout l’espace, avec les mêmes tabourets en bois qu’à New York (ils ont été récupérés dans une vieille cafétéria des années 40). Il fait presque 8 mètres de long et on y a installé le percolateur. Ce qui est super avec ce comptoir, c’est les tabourets, pour les gens qui viennent seuls, c’est parfait. Il fait 1,80m de large, donc on peut aussi discuter avec les gens qui sont assis en face. C’est un vrai point de rencontre dans le quartier – certaines personnes viennent même plusieurs fois par jour.

D’où vient ce nom [La Fille du Boucher] ?
Quand j’ai imaginé le concept, je n’avais pas encore de nom mais je savais déjà que je voulais que ça ressemble à une boucherie (avec des légumes qui pendraient des crochets de boucher, à la place de la viande). En gros, quand tu découpes et presses des fruits et des légumes, tu les tues. Je voulais raconter une histoire, celle de la fille du boucher du coin, qui est végétarienne.

Un samedi idéal à LA ?
S’il fait beau, je vais faire du paddle à Mother’s Beach Marina Del Rey, on traverse d’abord une baie peu profonde puis on passe devant plein de voiliers et on débouche sur l’océan à Venice. La vue est splendide et c’est assez physique ! Ensuite, je vais bruncher avec Jake ou des amis – la plupart du temps chez Butcher’s Daughter parce qu’on peut toujours avoir une table (l’avantage d’être le propriétaire !) Un peu plus tard dans la journée, on va se balader sur Abbot Kenney, on flâne – il y a toujours une nouvelle boutique pop up à découvrir ou un petit marché aux puces le week-end. Le samedi soir, si on a beaucoup bougé dans la journée, on reste à la maison et on cuisine.

La prochaine étape, pour la côte ouest ?
Je voudrais ouvrir un restaurant à l’Est de LA – du côté de Silverlake ou de Arts District. Je suis en train de chercher un lieu, mais je prends mon temps. J’aimerais aussi ouvrir un lieu à Ojai un jour, produire des avocats, proposer une chambre d’hôtes. Jake et moi, on adore Ojai – on regarde aussi les propriétés à vendre là-bas, juste pour le fun !

The Butcher’s Daughter

The Butcher’s Daughter | 1205 Abbot Kinney Blvd, Venice, CA 90291

7 comments

Ajouter le votre

From the Archives

The Skin You're In
  • The Skin You're In
  • In her words
  • French Gurus
  • Wellness
  • 10 Years of the Site
  • Pardon My French
Flaws and All

Flaws and All

would you illustration garance dore

Would You?

beauty viva la bush sonia sieff garance dore photo

Vive le Bush!

Living Raw with Mimi Kirk

Living Raw with Mimi Kirk

Jaws

Jaws

Hands

Hands

Sun

Sun

Body Happy

Body Happy

Stranger Things

Stranger Things