the-party_garance-dore

7 months ago by

Quand j’ai décidé de quitter ma vie new-yorkaise, je savais à peu près ce que j’y laissais : une vie confortable et balisée. Une ville facile, où tout est à portée de main, où j’avais fait mes preuves et où les cordes de velours s’ouvraient devant moi, comme par magie. Une société où, presque partout où j’allais, des visages familiers me saluaient.

C’était chouette, pendant quelques années.

Puis j’ai commencé à me faire chier. Chaque artiste vous le dira, trop de confort tue le confort. Trop de confort, trop d’amis, trop d’accès égal trop de politique. Égal : plus rien à raconter.

Exemple. Premier défilé de mode, un monde cruel et fascinant rempli d’amazones semi-détestables à la pointe de la mode. Cinquantième défilé, Sarah à droite a encore fait semblant d’avoir perdu son invite, Anna à gauche est certes cruelle mais pffff vous ne connaissez pas son histoire personnelle (et je ne me permettrais pas de vous la raconter, j’ai partagé une raclette de kale avec elle hier à dîner), je vous ai raconté douze fois le comportement étrange de Leila, juste à gauche là. C’était drôle au début, mais maintenant que je la connais, ça me fait de la peine, en fait… Pas drôle. Bâillements. Être insider, c’est chiant.

Tout le monde est beaucoup trop gentil avec nous.

Et bien voilà. Bonne nouvelle pour mon esprit critique : à Los Angeles, je suis une outsider.

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles, n’écoutant que mon courage, je suis allée m’y installer.
Et aussi la raison pour laquelle, n’écoutant que mon sens du devoir, je me suis laissée inviter à quelques soirées hollywoodiennes où j’étais l’outsider des outsiders débarquée de la planète outsider, tout au fond à gauche dans la galaxie outsider.

D’ailleurs, la semaine dernière, je suis allée à l’une de ces soirées toute seule.
Trop outsider pour qu’on me laisser emmener un plus one, ça va pas?

Je me suis forcée à y aller parce Chris y jouait, et aussi parce que le niveau de célébrités au mètre carré promettait d’être Golden Globesque, et que même si je suis incroyablement cool et absolument pas impressionnable, je n’en viens pas moins d’une petite île perdue au milieu de la Méditerranée.

Ce n’est pas la première fois que, par la magie de mes connexions new-yorkaises dont les tentacules s’étendent jusqu’au Château Marmont, je me retrouve invitée à des soirées hollywoodiennes fabuleuses. Ça ne veut pas dire que j’en ai encore l’habitude.

Mais en général, je suis passablement seule, et tout le monde me trouve incroyablement chic.

Ouais.

Chic ?

C’est ainsi que l’on se rend compte de deux choses que l’on omet quand on bosse dans la mode, où l’on finit par oublier ce qui est chic pour vénérer ce qui est conceptuel ou flashy :

1/ Être chic, quand personne ne nous connaît, ça aide à se faire connaître.
2/ Être chic, c’est terriblement facile, contrairement à ce que l’on essaye de nous faire croire.

Vous allez bientôt comprendre.
Ne partez pas tout de suite, le name dropping arrive et il est SOLIDE.

____

Plantons le décor, parce que j’ai tendance à oublier (je finirai par complètement oublier et vous vous énerverez contre moi, parce que tel va le monde) que tout le monde ne vit pas à LA et n’a à portée de portable un shaman, un chauffeur et chirurgien esthétique.

LA.

Palmiers dans la nuit, conduite relax qui donne une impression de ralenti artistique, Venice, autoroute, Beverly Hills, palmier palmier palmier, Bel Air.
Plus on s’y enfonce, plus les maisons se Walt Disneyisent, plus les pelouses ont cet air plastique, dru, et fier.
La nuit, à LA, c’est le rêve d’une voyeuse comme moi. Les lumières sont allumées, on voit tout l’intérieur des maisons. On pourrait y passer des heures.

J’ai été invitée à une soirée Golden Globes et ce n’était pas mon premier rodéo. Et puis quand même, ne minimisons pas ma carrière étonnante, des célébrités de niveau intersidéral, j’en ai vu. D’ailleurs, si Chris ne jouait pas ce soir, je n’y serais probablement pas allée car quand on a vu une célébrité, ben, en fait, on les a toutes vues.

Pas pour diminuer la célébrité, hein.

Ok si, pour diminuer (un peu) la rencontre avec la célébrité.
Rencontrer une célébrité, c’est souvent décevant. Ok, 99% du temps.

Il y a trois options :

1/ Soit la célébrité est normale et cool et dans ce cas-là, la célébrité redevient une personne banale en deux secondes et toute la gloire d’avoir été en présence d’une célébrité s’efface. Je pense que c’est l’effet que je fais quand on vient m’accoster dans la rue. Bon, déjà, mon niveau de célébrité est discutable. Mais en plus, le labrador que je suis ne joue même pas le rôle attendu de la personne sympathique mais beaucoup trop occupée pour donner de l’attention à ses “fans” (quel mot débile, et pire encore, “followers”)(autre conversation, autre post). Nan, moi, je parle, je raconte ma vie, je pose des questions. Parfois, ça finit par être mes fans qui n’ont pas le temps “Oups, Garance désolée j’ai un rendez-vous…”

2/ Soit la célébrité est complètement insécure et mal dans sa peau (cela arrive plus souvent que vous ne l’imaginez) et est en détresse (on est constamment en détresse quand on est insécure et mal dans sa peau) – et va vous utiliser, vous, l’inconnue chic, comme un radeau qui va la sauver de sa solitude momentanée jusqu’au moment où un producteur connu ou une célébrité plus connue que votre célébrité va entrer dans la pièce. À ce moment-là, là célébrité insécure va vous lâcher comme un ado lâche sa cigarette à l’arrivée de sa mère (avec honte, quoi) pour ne plus jamais se souvenir de vous (elle n’a pas pris une seconde pour vous demander votre prénom de toutes manières) alors que vous allez continuer à la croiser à toutes les soirées de célébrités où vous serez invité. Oui – la célébrité insécure a tendance à aller à trop de soirées. La FOMO et l’insécurité touchent absolument toutes les couches de la société.

3/ Soit la célébrité est une diva et là, OUI. Elle n’a qu’à poser les yeux sur vous et vous vous sentez touché par la grâce. Ce qui est exactement ce que l’on attend d’une bonne célébrité bien solide. Les selfies célébrités sont surfaits, je vous dis. La grâce, c’est l’effet que m’a fait ma rencontre d’une demi-seconde avec Jane Fonda.

J’en étais où. Ah oui, Bel Air. Bel Air, les maisons s’agrandissent, les voitures s’aplatissent (mais comment fait-on pour rentrer dans une Ferrari, comment ?) et mon chauffeur m’annonce que nous sommes à destination.

Enfin, mon chauffeur.

Mon Uber, quoi.

Je suis en Toyota Prius, parce que je n’ai tellement que faire de ce que l’on peut penser de moi, que je n’ai même pas pensé à switcher sur Uber Black.

ENFIN QUAND MÊME J’AI UNE DEMI DOSE DE DIGNITÉ, HEIN.

Mon chauffeur est tellement délicat, il me demande avec douceur si je désire qu’il fasse demi-tour pour me déposer juste devant l’entrée, entrée où se pressent Maserati, Porsche, Ferrari…

NON ÇA VA ALLER JUSTE ICI LÀ AU COIN C’EST BIEN. MERCI, 5 STARS.

J’arrive, confiante et humble. J’entre dans la fête.

Nous sommes dans une grande maison Hollywood Chewing Gum. Vaste, avec beaucoup d’art (à Hollywood, l’art se mesure au mètre carré) aux murs, de grandes tables débordantes de nourriture, et de petits groupes gens puissants encerclés par de petits groupes de gens moins puissants eux-mêmes entourés pas de petits groupes de gens absolument pas puissants entourés par un petit groupe de serveurs.

Et, en dehors de tout groupe CAR JE NE CONNAIS ABSOLUMENT PERSONNE et personne ne me connaît, moi. Chic, certes, mais tellement seule.

Bon, je passe quelques instants à scanner les célébrités. Petite île, vous vous souvenez ? Joan Collins qui n’a pas changé depuis Dynastie satisfait ma curiosité. Oh, oui, des célébrités, il y en a d’autres. Mais Joan, quoi !

Pour mes amis américains, sachez que Dynasty est le show télévisé américain qui a scotché les Français à leurs écrans à partir de 1982. Et oui, je sais que ça date, mais j’assume, parce que… Autre fait troublant Hollywoodien :

JE SUIS JEUNE.

Mais je suis JEUNE, mais je ne vous dis même pas à quel point je suis fraîche, neuve, sortie de l’oeuf.

Car l’une des merveilles cachées de Hollywood, c’est qu’il y a plein de vieux.
Et plein de vieilles aussi.

Ce n’est pas comme à New York, ville de jeunes, où les gens disparaissent après cinquante ans. Où vont-ils? Existe-t-il un aspirateur à vieux à New York ? Où est-il ? LA est-il l’aspirateur à vieux de New York ? Aurais-je été moi-même aspirée ?

À LA, il y a plein de vieux, et non seulement ils sont vieux (parfois vraiment, vraiment vieux) mais ils sont encore invités aux soirées, et ils donnent l’impression de bien s’éclater.

J’évolue donc dans toute ma fraîcheur, ma jeunesse et mon chic new-yorkais (tu parles, j’ai juste enfilé ma slip dress John Patrick Organic dont c’est le cinquantième rodéo)(au moins) avec une veste Stella (dont c’est le millième rodéo, et je n’exagère même pas) et des escarpins Mansur Gavriel dont, ok, c’est le premier rodéo vu que je passe ma vie en pantalon de yoga à LA, ce qui est absolument déplorable vu que je ne fais pas vraiment de yoga.

Mon chic new-yorkais tient juste au fait que le style hollywoodien est quelque peu approximatif, comme les plus Us Weekly d’entre vous auront pu le noter.

Robes de cocktail un peu défraîchies pour les non-célébrités, et robes prêtées par des designers hollywoodiens pour les célébrités, qui sont toujours beaucoup plus belles en photo qu’en vrai (les robes, pas les célébrités)(QUOIQUE)(à part Jane Fonda) donc, venant de la mode, j’ai quarante longueurs d’avance même si je n’ai pas fait de shopping depuis que Donald Trump est devenu président (pas par protestation, QUOIQUE, mais juste parce qu’installation à LA, pantalon de yoga, tout ça).

Donc, j’évolue gracieusement et la force des choses fait que je finis par parler à un homme charmant, et relativement petit de taille ce qui n’enlève rien à son charme.

Je lui dis : “Je ne connais personne et je n’ai aucun Golden Globe chez moi.”
Il me répond : “Ah, moi je connais à peu près tout le monde, et j’ai un Golden Globe.”

Et là, nous nous embrassons et partons dans le soleil couchant, en Maserati.

Bon ok, non. Là, je le regarde et je lui dis : “Vraiment ?”
Il répond : « Oui, vraiment. »
Là, je commence à creuser mon trou sans le savoir : “Pour quelle raison t’a-t-on donné un Golden Globe ?”
Lui : “Pour une série télé que j’ai faite, mais c’était il y a longtemps !”
Moi, trop curieuse et complètement à côté de la plaque : “Ah, tu es réalisateur ?”
“Non, je suis acteur.”
MERDE JE ME DIS. S’IL EST ACTEUR ET QU’IL A UN GOLDEN GLOBE, SUIS-JE SENSÉE SAVOIR QUI IL EST. QUE DIRE, QUE FAIRE. VIENS-JE JUSTE DE L’INSULTER.
Et là, fin de l’enfoncement magistral : “Désolée, je suis Française et j’ignore des pans entiers de la culture américaine, la seule personne que je reconnais ici, c’est Joan Collins (MENSONGE, car Leonardo Di Caprio vient juste de faire un passage en baskets-casquette car quand on est Leonardo Di Caprio on peut aller en soirée en pantalon de yoga si on veut)(donnez-moi quelques années et moi aussi, baskets-casquette-yoga aux Oscars).

Bref, après avoir insulté un acteur (mais c’est le gros problème des acteurs, souvent ils sont plus menus qu’on ne les imaginait et on a VRAIMENT du mal à les remettre)(c’est pour ça que je n’aurais jamais pu faire de cinéma, je suis grandeur nature, moi !), je me suis dépêchée de retourner au plateau de fromage histoire de prendre soin de mon haleine.

C’est là que j’ai rencontré Sarah (je crois qu’elle s’appelait Sarah ?) dont j’ai immédiatement compris qu’elle était immensément riche, à la façon dont elle m’a immédiatement traitée comme si j’étais sa meilleure amie, et une servante à la fois.

“Oh, qu’est ce que tu es mignonne et chic !” (je vous avais dit que par rapport à l’âge moyen, à Hollywood, je suis une enfant, donc les gens me parlent comme à une enfant, ce que, contrairement à une vraie enfant, J’APPRÉCIE)

Je n’ai pas pu répondre rapport au bloc épais de parmesan que j’avais encore dans la bouche et ça n’a pas été un problème, au contraire. Sarah (?) a commencé à me raconter sa vie sexuelle avec une aisance très hollywoodienne. Ne pouvant qu’acquiescer, rapport à mon haleine, je suis immédiatement devenue sa nouvelle meilleure amie. Nous avons toutes les deux pris une petite assiette de fromage, ce qui a détendu l’atmosphère, et nous sommes allées nous asseoir au coin du feu pour qu’elle finisse de me raconter son histoire somme toute assez banale de sexe avec un homme qui au fond, ne cherchait qu’à grimper l’échelle sociale avec une femme belle, sympathique et drôle mais malheureusement pour elle, immensément riche.

La preuve ? Il était assis à deux fauteuils de nous, sa langue enfoncée dans la bouche d’une productrice moins belle, moins riche, mais beaucoup plus puissante que Sarah (?) selon Sarah (?) (dont j’avais découvert l’étendue de la richesse quand elle m’avait dit “Oh tu es Française, oui ma flotte (= mes quatre yachts) est à Monaco mais ça fait au moins cinq ans que je n’ai pas eu le temps d’y aller »).

Si vous vous y connaissez en mathématique yachtique, ça fait assez immensément riche.

Elle me parlait à n’en plus finir de ses déboires, et j’acquiesçais, tout en appréciant le point de vue d’ensemble que j’avais depuis mon fauteuil.
Et là je dois vous avouer qu’une certaine tristesse m’a envahie.

La plupart des femmes présentes avaient les visages étranges de celles qui ne veulent surtout pas entendre parler des années qui passent. Et j’ai deux choses à dire sur le sujet.

1/ Je n’ai aucun jugement là-dessus. Bien fait, c’est merveilleux, et vive Jane Fonda qui avoue sans aucun mystère quelques coups de bistouri stratégiquement placés.

2/ La pression est-elle si forte sur les femmes qu’elles n’acceptent pas d’habiter un âge après trente ans ? Car il y a une vraie différence entre aider un peu la nature et essayer de faire croire au monde que le temps n’a pas de prise sur nous.

Ce que je voyais, ce n’était pas des femmes fortes de leur expérience et de la beauté de leur maturité. C’était des femmes qui essayait de jouer aux jeunes. Attitudes, moues, vêtements, quelque chose de désespéré habitait leur regard.

J’ai secoué la tête pour passer à autre chose, tout en pensant à tout le travail qu’il reste aux femmes pour créer une société nouvelle où l’amour-propre et l’acceptation de soi n’est pas le seul privilège des héroïnes des temps modernes, celles qui savent habiter leur pouvoir, celles qui savent que leur valeur grandit avec le nombre des années, – mais que ce pouvoir soit aussi le droit de toutes les femmes.

Celui de ne pas vivre dans le regard dégradant que la société nous tend.

Avant de partir, j’ai quand même fini par croiser mon amie Laura Brown, rédactrice en chef de In Style, en route pour les Golden Globes et aussi à l’aise à Hollywood ou sur les bancs des premiers rangs des défilés qu’à s’envoyer un plat de pâtes chez Barbuto en se marrant à gorge déployée. Elle était avec Laura Dern, deux héroïne des temps modernes, quoi.

Laura m’avait déjà sauvée maintes fois aux défilés avec son humour, son anti-snoberie et son conseil de toujours, mon mantra : UNDERTHINK IT. Elle trouve que je réfléchis trop et elle a probablement raison. Elle m’a serrée fort dans ses bras et est repartie en Ferrari (j’imagine).

J’ai décidé d’écourter ma soirée après une conversation avec un blogger d’Hollywood, qui, comme toute personne d’Hollywood vivant dans la bulle d’Hollywood, ne connaissait absolument rien d’Hollywood.

Il a donc passé quarante minutes à m’expliquer son job (“Alors voilà, je prends des photos de moi avec des célébrités et les marques me payent pour ça. Ce qui compte ce n’est pas ton nombre de followers, c’est ton engament, parce que tu comprends, ce que les marques veulent vraiment…” etc etc) en n’écoutant absolument pas ce que je lui disais (“oui oui je sais, je connais le job, comment t’expliquer…”).

J’ai regardé son compte Instagram, en gros, photos de lui aux côtés de célébrités.

C’était un peu le fond du fond pour moi, surtout que Jon Hamm, l’homme que je croise en général aux soirées de célébrités mais qui ne me reconnaît jamais, tout en arrivant quand même à être un gentleman, n’était toujours pas là. Il était temps de partir, quoi.

Puis surtout, parler à ce blogger m’a fait penser à ma place dans le monde.

UNDERTHINK IT, G.

À ce que l’argent aurait pu me faire perdre de vue. (“ce que les marques veulent…”)

Underthink it.

Ce que j’aurais pu choisir comme option vu ce qui se présentait à moi. Devenir “influenceuse”, me dire que c’était ça, mon job. N’écoutant que les sirènes extérieures, j’ai même essayé, à un moment, mais ça m’a bouffé l’âme.

Underthink it.

Je respecte les gens qui font ça, vivre pour la photo. Être insider et en faire son job.
Moi, je n’y arrive pas. Mon humour, ma grâce et ma joie ne sont pas là.

Underthink it, just follow your heart.

J’ai préféré m’éloigner, quitter mon monde confortable. Me mettre en danger, lâcher la facilité de ce qui se présentait à moi. Parfois j’ai peur, hein ! Mais…

J’ai à nouveau des trucs à vous écrire. Des trucs qui me font réagir, qui me font rire, qui me font me sentir vivante. Des textes trop longs, qui sortent d’un jet. Des moments où mon inconfort me fait faire des trucs complètement cons, humains, drôles, vrais. J’ai de nouvelles peurs à conquérir, de nouveaux mondes à découvrir, et tant à partager.

Et honnêtement, je me fous d’être sur la photo.

À nouveau, c’est moi qui prend la photo. Avec mes mots et avec mon coeur. Pantalon de yoga ou pas, on va rigoler ! Allez, bonne journée mes fans !!! ;)

121 comments

Ajouter le votre
  • This was fun to read! It’s so weird but my friend moved out to LA and said the same thing…. that a lot of celebrities are really small and in some cases have large heads. Why? The camera must love those proportions or something.

  • What a nice, fun story… It’s so interesting to get a view of the LA lifestyle! It sounds like you really enjoy your outsider status there, so maybe we won’t get so many tales of Golden Globe parties, but that’s ok – you’re living an authentic life!

    What you wrote about women who don’t want to look older than 30 reminded me of something Carolina Herrera said recently, that there’s nothing that ages a women more than dressing too young. Aging gracefully is more elegant than pretending it’s not happening.

    Here’s what Carolina says:
    https://elpais.com/elpais/2016/11/15/estilo/1479227318_193224.html

  • Ça me fait tellement plaisir de lire tes textes. Merci de nous faire partager ça, cet autre monde par tes yeux et par tes mots!

  • Jorge Alexandre Teixeira 16 janvier 2018, 9:51 / Répondre

    You crack me up , Garance ! *_*
    Beijinhos e Abraços de Lisboa !

  • This was such a wonderful post. This is truly the content I love best, although it is exactly the kind of content that takes time and inspiration, so when it comes, I’m grateful. In the meantime, I’m amazed by the editorials, day after day of beauty. The good thing about having fans and followers is that you have a platform to help women rejoice in their beauty and chic, even as the years fly by (of course they fly, we’re busy being amazing!). Thank you!

  • I love this. Your description of Hollywood people is right on.

  • Well this was fun! It sounds like you still have your feet on firm ground. It also sounds like there’s lots of excitement in Hollywood but not much happiness.
    I don’t think I’ve ever bought something because of a celebrity or an « influencer. » It doesn’t require overthinking or underthinking but just plain thinking.
    Did you get to talk to Jane Fonda?

  • WELCOME BACK GARANCE!! Quel plaisir de lire ce post plein de joies de craintes et de mansplainer! Je te comprends à 100% quand tu parles de confort, j’en suis là aussi dans ma vie. Born & raise à Montréal, bon travail en galerie, bon réseau, mais je sens qu’il est temps que je bouge un peu, que je me fasse peur, que je trébuche! C’est si inspirant de te relire comme avant, j’ai hâte à la prochaine fois!!

  • Virginie attal 16 janvier 2018, 10:30 / Répondre

    Hâte !

  • Thank you Garance. I love posts like those, where we can see you are always the lovely Garance we knew since the beginning. Sometimes this site seems to be too much advertising or hidden advertising….but I love those genuine posts, which remind me why I stared following you.

  • Agree.

  • I agree too! We love you Garance!

  • Stephanie 16 janvier 2018, 7:00

    Piling on my agreement. Enjoyed this post, thank you!

  • Yep, true

  • agree. the only reason i still come to this site is for garance. i cannot relate to the other content. (have been here since the beginning as well.)

  • Même sentiment – Je ne lis que les posts de Garance, pour le reste je ne m’identifie pas au contenu. C’est joli mais un peu plat ? C’est très propre, carré, esthétique, mais ça manque d’âme à mon sens.

  • Pareil. Je suis là depuis le debut du blog mais je ne lit que les posts de Garance, le reste manque d’âme.

  • Damariz 1 février 2018, 3:35

    Same here! Xoxo

  • I agree too! There is some great content on the new site but most of all your illustration/writing combos are just the very very best.

  • I agree with M as well, been a reader from the beginning and now only come to the website once in a while to check if there is a new diary post.

  • Thank you! I missed so much writings like that.

  • In a recent Guardian article, I found a truly inspiring role model for aging – Michele Perrot, professor emeritus of contemporary history in France. Such beauty! And so wise.
    https://www.theguardian.com/world/2018/jan/14/french-feminists-catherine-deneuve-metoo-letter-sexual-harassment

    At age 62, I’m looking for these women, for guidance, as well as appreciating others like Garance, and Lisa Eldridge etc. Surface and depth – synthesis.

  • Wonderful post! Your humility, sincerity and humor are all worthy of Golden Globes in my book!

  • hahaha this piece is awesome!

  • Garance signature writing from start to end. Love it!
    Mercedes fan
    @maisoncorazon

  • Mais qu’est-ce tu fais chez ces dinosaures ? Chris a-t-il déclenché quelques infarctus ? Est-ce qu’ils transpirent encore ? Et leurs lombaires, est-ce que Chris y a pensé ? Des slows c’est plus safe ! Et toi baby chic fais une interview de Di Caprio et pique lui sa casquette !

  • I think you still are an « influencer » but of a better kind :)
    With true words, reflection and humanity !
    I used to follow many blogs but yours is the only one I keep coming to, and I like what it has become.
    So bravo! And long live the yoga pants.

  • Very funny and interesting story. I love how there are so many different worlds and environments to visit all over the US. So amazingly distinct with their own culture and curiosities. I’m not even sure I like parties anymore, too many people : ) It’s fun to read about while I dwell in my little corner of the world. However I totally agree with stepping outside your comfort zone and meeting new people! Thank you for sharing your experience, your writing always enthralls me.

  • Ton texte m’a fait tellement rire.
    Bon, j’avais foiré ta tenue, je t’imaginais en costume pantalon Mc Cartney… j’ai la veste quoi ;-) mais je t’ai tellement bien visualisée, l’anthropologue gourmande, amusée et bienveillante avec tout ce petit monde. Lost in translation en quelque sorte, mais avec quelques bases de la langue.
    Vivement tes prochains textes!!
    Plein de bises

  • du coup on saura pas qui tu n’as pas reconnu ??

  • I love this! Thank you for sharing.

  • Merci pour ta sincérité encore une fois. C’est fou ce que tes histoires font du bien! Une petite bouffée d’oxygène dont on a souvent bien besoin;)
    Plein de bisous!

  • Garance je t’aime :’))

    Une fan.

  • Wonderful comedy! This town kills me. Take that eco-conscious uber right to the front door and f*** ’em, I say. Nothing matters more in this town their your own self-confidence, even if its fake. :)

  • Chère Garance,
    C’est toujours un plaisir de vous lire, surtout sur le sujet que vous évoquez. Votre description de cette soirée montre la souffrance de beaucoup de personnes à Hollywood et dans la mode. Je pense que vous préférez le pays de l’être que du paraître. Le premier apporte toujours de l’inconnu et des belles surprises, tandis que l’autre attire les « m’as-tu vus? »
    Il y a beaucoup d’années j’ai eu l’occasion de rencontrer le jet-set international de pics-assiettes et de personnes désespérées d’être au centre du ‘beau monde’, et j’ai décidé de les éviter à tout prix. Je préfère être parmi des gens sincères et réfléchis qui enrichissent ma vie et nourrissent mon âme. Ils sont si rares…! Bonne route et bonne continuation.

  • Hi Garance,
    Reading this was just so entertaining I found myself laughing out loud. I hope to see you in San Francisco, or LA, sometime soon!!!!
    Hugs to you! :)
    Tina

  • This was my favorite Garance post ever. Funny, charming, moving, insightful. Simply wonderful.

  • Great to have the good old (no pun intended) reflective Garance back!

  • Oui à l’inconfort ! ?

  • Sounds like they need to read your blog to learn how one enjoys themself. Except Jane, I suspect she has always known that secret.
    Don’t worry, I never recognize celebrities and I grew up in L.A. They are smaller and less glamorous most of the time.
    Your posts remind me that confidence and a sense of humor are the best accessories. We are who we are and looks aren’t everything.

  • Enfin de retour, Garance! :)

  • I loved this post so much.
    It made me dream..
    Thank you xxxx

  • Tres bon article qui decrit bien ce monde factice, ennuyeux et triste.

  • Goodness where have you been? Oh how I miss your writing. Totally utterly enjoyable and all too relatable… as I’m a NY transplant living in LA, a complete outsider. Palm trees included!

    xx

  • Vous êtes ma préférée Garance, out of space, quel bonheur de vous lire.
    Fan je suis, effectivement!:D

  • Haha! What a perfect reflection on LA life! Yes! I’ve been to those parties and have met those very same people! Though, I imagine I was not nearly as chic as you ;)
    But, under thinking it is even more perfect. In this day and age doing something because it fills you with life, without having to think about it, is wonderfully fresh and new.
    Much love from down the block in Venice. xx

  • Garance, how about calling your « fans » or followers your supporters?

  • Moments where my discomfort makes me do things that are totally stupid, but human and funny and real.

    That line is so spot on Garance!

    Dont get me wrong, I love your brand, your team etc, but I must admit, I always look forward to your own post! I love your writing, it’s so raw and it makes me feel like you’re just beside me narrating this kind of story. :)

  • ohlala quel parcours tu réalises, et comme je n’aimerais pas être dans ces soirées de l’horreur (oui carrément) :)))
    je rejoins l’avis des autres lecteurs : c’est un plaisir de te lire ainsi, tu sembles en forme !
    xoxo

  • Lovechoclate 17 janvier 2018, 4:31 / Répondre

    RAS, c’est extra et délicieusement piquant. Et en bonne liseuse du blog, c’est savoureux, ça remet un peu les idées en place et vraiment si je te rencontre (je suis à des années-lumière de pouvoir le faire) j’oublierai pas ;)
    Bref, je me réjouis de lire la suite.
    Hi! A l’équipe.

    With Love
    P.

  • Cet article est absolument délicieux. J’adore cette expression « ces femmes qui n’habitent pas leur âge » et votre recul sur tout cela. Merci ! Mais quand même j’aurais bien aimé avoir un selfie avec cet acteur goldenglobisé, histoire de savoir qui c’était (je suis extrêmement physionomiste)

  • Camille Reddress 17 janvier 2018, 4:36 / Répondre

    « I could tell right away that she was extremely rich, just by the way she immediately treated me like her best friend, and a servant at the same time. » Classic Garance! Such an on the nose observation. I loved this piece!!!

  • Quand commences-tu le stand up comic? Tu es prête! Du Grand Garance!!! Please Plus souvent des textes comme celui -Ci Et moins de conseils beauté Et De mini post Avec produits hors de prix. Total respect pour tes choix ?

  • There you are! The woman I understand and identify with. I’ve missed you :D

    I could totally imagine that scenario, thanks to your little window. I think I would have run a mile! I don’t think people can really be themselves in those situations…

  • Very lovely post. And I NEVER comment on any posts.

  • Mon Dieu, LA a l’air tellement… déprimante et vide.

  • « L.A. est-il l’aspirateur à vieux de NY? » Très drôle!!!

  • Always love your stories, Garance! So fascinating…

  • wow! so much sincerity, it really touched me and made me feel in peace, a little bit like a good yoga moment! Amazing to see how you made a shift…again! you are very brave and real! thank you

  • C’est tellement rafraîchissant de lire ce monde à travers tes yeux!
    Remarque, si personne ne te connais, tu peux écrire sans risque, héhé!

  • On dirait moi dans ma première soirée rallye :)
    Merci pour ce post, super bien écrit comme d’habitude et très rafraichissant

  • Génial ! Du « grand » Garance Doré, comme j’aime !
    Vos posts, hilarants et touchants, sont devenus rares.
    Ils n’en sont que plus précieux à savourer. Du coup, je tente de ralentir ma lecture pour faire durer le plaisir mais c’est peine perdue …
    Merci à vous. Continuez !

  • ¨Being chic is terribly easy, unlike what people would have us believe.¨ Love this quote !!!!

    Rock Renee Blog

  • Aaaah Garance, je l’attendais tellement ce post de toi!! Je parle souvent de toi avec ma meilleure amie Domi, et on se demandait si tu ne t’étais pas un peu perdue pendant ses années New Yorkaises… La dessinatrice et photographe si talentueuse, toujours vraie, drôle et craquante de simplicité, au sens de l’observation aiguë et sans pareil. La belle Française au milieu des Américains, croquant le quotidien du style et de la mode comme personne, avec humour, lucidité, amour et bienveillance. Cette Garance me manquait tellement au milieu de toutes ces marques, ces placements, ces portraits de stars et entrevues de filles « in ». Les inconnues prises en photo au coin d’une rue me manquaient. Les posts pleins de grâce et d’incertitude, de finesse et de questionnements me manquaient. Ton irrévérence, ta passion, ton enthousiasme contagieux, ton ironie joyeuse. Merci de t’être enfuie, merci de t’être retrouvée. Le voyage est la destination. Le voyage, dans tous les sens du terme, a toujours été ta vraie maison. xx

  • Ouh que c’est chouette de te retrouver ici !!!!! Welcome home Garance !!!

  • un lecteur! 18 janvier 2018, 8:47 / Répondre

    Super article! J’ai ri!

    Belle journée Garance!

  • Jon Hamm is my celebrity crash! It would be a dream come true to meet him in person. But I live too far away, in Greece…. No chance of me meeting him…

  • Chère Garance,
    Vous savez quoi : on est françaises et çà nous sauve la vie.
    J’ai vécu à LA au siècle dernier, j’y faisais mes études (UCLA) et mon stage à NBC Studios. J’ai détesté la mentalité de cette ville, vide, froide, superficielle. Nous, nous sommes des latins, on aime rire, manger, partager, on parle fort, on a le sens du clan, de la famille. LA c’est tout l’inverse. Et de ce que je lis rien n’a changé en 20 ans.

  • I love your long posts and it occurs to me that one of your qualities is that whatever you do and wherever you go you really look (a good quality in a photographer!) and then relate back to us what you saw, but you look more like an anthropologist, like an artist, rather than a celebrity or a celebrity star-gazer, so that what you come back to tell us is so much more interesting and unexpected than the usual reportage.

  • Un excellent récit de notre chère Garance, comme on est heureux de te retrouver pleine de joie et de vie, on le sent dans tes lignes
    Soit comme beaucoup d’entre nous cet oiseau Phénix que j’adore, qui renait à chaque fois de ses cendres. Nous somme là pour être heureuses, quelle que soient les épreuves et évenments, et surtout grâce à eux
    Alors, merci à eux et merci à toi notre chère et tendre Garance que nous aimons tant parce que tu fais partie de nous, et nous de toi
    On t’embrasse fort, à très vite))

  • Garance, I adore this post. You are amazing and I love the nuggets of wisdom scattered amongst your spot-on humour. I am unabashedly a G superfan. XOXO

  • Oh Garance, comme je vous aime ! Comme j’aime cette Garance là, celle qui me fait mourir de rire et me donne tellement de plaisir à lire ! Merci d’être vous, simplement géniale et fabuleuse sans être un cliché ! Love Love Love !

  • I agree completely! This is why I fell in love with this blog and Garance! *Warm fuzzy feelings, beaming at computer*

  • This post made my entire week- your grace and sense of humor brings me back to your online world time and time again. Merci beaucoup!

    xo,

    Erica

  • It was fun to read until it wasn’t fun anymore. It seems you were the one not having fun. Lord, but you have become so serious. We are not going to make a new society « where self-love and acceptance aren’t just for the modern heroines, » because who wants that? Self-love? What a concept! (We are supposed to love our neighbour as ourselves, because self-love is presumed.)

    The old Garance would have at least show us a picture of her outfit, which is what I wanted to see.

  • It was a woderful read as always Garance, thank you for being you!

  • Garance… it feels like you’re back after many years.
    YAY !

  • Yes Garance, enfin ton retour par la petite porte des grands!!! Bon retour!!! Heureuse de te retrouver! De fan numéro 00001234 mais toujours dans le plaisir de retrouver ces échanges uniques qui te rendent gracieuse et formidable!

  • J’ai ri, et c’était bien. merci Garance!

  • CassandraSaid 19 janvier 2018, 8:56 / Répondre

    « The right to no longer live under the degrading gaze that society extends our way. » Oh, this took my breath away. The male gaze and our own internalization of that gaze is yet another hurdle we have to face as women. It is exhausting and it is time for it to end.

  • I love hearing and reading about your experiences. I respect and admire how open, graceful and free you are sharing your stories with us. You highlight how universal feelings are, you make it accessible and ‘OK’ to start these discussion about happiness, unhappiness, growth, surroundings, self-worth and being comfortable with yourself. Thankyou!
    Gx

  • I loooove your irony, humor and approach to life and people (I am so happy I am not alone :))) I wish I was with you in that party, we could have had so much fun, like outsiders..:) Best vibes from Madrid!

  • Dear Garance,

    I felt that this was one of your best posts yet… Honest, funny and insightful. It comes from a place of internal strength, openness and curiosity about the world, the sort I think that keeps us alive to the mysteries and complexities of life.

    I love your site and, in addition to the beautiful and poised women it features I think its true backbone is your writing and the thought you put into it.

    Much love to you and the other ladies that bring Atelier Dore to life xxx

  • Your stories have become my new favourite read on a sunday, I love them!!

  • Garance, you are the best!

    I rest my case.

  • Thank you, Garance, I understand now why I feel so strange living in CA. I feel like you are one of my closest friends after reading your book and your articles.
    Grazie!

  • I missed your posts… So welcome back and thank you for being just as frank and crazy as always

  • Kimberly Myers-Pinkel 21 janvier 2018, 9:01 / Répondre

    I have always described LA as a place full of people, but yet it seems so incredibly empty. Lovely weather, though!

  • I’m just so proud of you for not going blonde and not getting a boob job.

  • ça ne donne pas vraiment envie d’habiter là-bas! Mais c’est drôle quand même, tous ces gens!
    On se demande si on doit en rire ou en pleurer, ou alors les deux mais dans quel ordre? Sinon c’est sympa quand même que Chris joue là-bas, non?
    Bises d’une « fan »

  • Ce post est du Grand Garance Doré! J’ai adoré le lire de bout en bout. Garance is in the place ;-)

  • Loved this post and love your voice, Garance! Would love to read more posts from you doesn’t matter if they are long or short :)

  • Thank you, Garance, for being just who you are, and sharing it so sincerely! I follow your blog for years, and I love your posts. You have such an inspiring attitude in the messy and somewhat depressing world of social media. You’re not just a fashion blogger or photographer, you do make the world a better place. Thank you!
    Alena

  • Merci pour ce texte drôle sur une réalité assez triste. Je rêve que vous passiez à l’écriture fictionnelle. Et de découvrir à travers des personnages, des évènements inventés, votre joli point de vue sur la vie et le monde comme il va, à LA ou ailleurs.

  • You have always inspired me to be my authentic self (we met in Montreal in 2014 two days before I launched) but I cannot tell you how much this was exactly what I needed to read today as I am making important decisions about taking what I built and moving forward. Thank you ever so much for being honest and true. And for the comments about feeling and owning your power and experience during all stages of life.

  • “Chère Garance,
    Vous savez quoi : on est françaises et çà nous sauve la vie.”
    cocorico
    ??

  • Chère Garance, quel plaisir de retrouver ta plume vive et alerte voletant sans entraves dans ce post ! Oui, au bout d’un moment, ce qui était nouveau et drôle perd de sa saveur, qui était un challenge devient le quotidien, ce qui était piquant devient lassant. Merci d’avoir eu le bon sens de partir au moment où cela commençait à monter, et le courage de se dire que ces privilèges en forme de prison dorée étaient moins précieux que de garder intactes ta créativité et ta vitalité.
    Au moment où, arrivée à un certain « niveau » dans l’évolution de mon blog, je me pose pas mal de questions sur l’envie de continuer – ou pas -, ce post résonne beaucoup pour moi… et me donne l’envie de continuer à te suivre avec la même passion qu’il y a 10 ans !

  • Que bien un post de Garance!!!!????.
    Es lo único que merece la pena leer y por lo único que sigo aquí. Deberian ser más habituales como al inicio del Blog, entonces si era fantástico leer todos los dias. Ahora el blog se ha convertido en algo sin interes, soso, aburrido…peor que cualquier revista de moda….siempre lo mismo no,despierta interes ni te hace vibrar y esperar el momento de leer el post. De hecho yo ya no leo nada, solo entro a la página para ver si Garance ha escrito algo y entonces lo leo en francés y disfruto. Lo demás es inaguantable…

  • Totalmente de acuerdo con esto :)

  • J’ai adoré cet article, bcp de fraicheur et d’humour!

  • Je prends toujours autant de plaisir à lire tes chroniques, celles qui sont aussi sincères, sensibles… Et tu as le don pour qu’on se sente proche de toi ! :-)

  • Etonnant comme le tutoiement vient naturellement en écrivant ce message. Je ne suis pas dans la mode ni ne souhaite l’être. Plus que tout j’ai toujours aimé dans tes textes ton naturel souriant. Alors voici une idée comme une autre : j’aime réfléchir sur tous les secteurs – perso je suis dans les startup en biotech… – rencontrer des gens qui ont envie d’apprendre, de travailler en équipe, de s’amuser et de ne rien lâcher parce que c’est bien plus marrant ainsi. Donc si un jour toi et ton équipe aviez besoin d’un brain storming élargi sur quelque projet, je serais partante rien que pour cette énergie rafraîchissante que tu transmets, cela jusqu’au dernier mot. Et pardon, je ne suis peut-être qu’une gamine, mais je le pense sincèrement : ton envie et ta personnalité ne sont hélas pas exceptionnelle seulement dans le monde de la mode… Bonne journée et bon vent !

  • Great post Garance, so enjoyable to read and I love your self reflection and overthinking ?

  • Mamavalveeta03 24 janvier 2018, 11:34 / Répondre

    I love it when you write because you’re so REAL! When someone is inauthentic, you know it right away (ahem…Hollywood). Keep on using your voice, Garance. You touch our hearts!

  • What a delightful fresh read. Great sense of humor.

  • Kristen Lee 28 janvier 2018, 6:35 / Répondre

    I’ve not read your blog in about 8 years. I just read this and it is my favorite post ever!!! MORE LIKE THIS PLEASE!!!

  • Dear Garance,

    What a fabulous essay! womanhood and our attitudes towards the acceptance or denial of aging is a topic I recently addressed in my blog, feel free to read/comment: https://spectatorcurator.wordpress.com/2018/01/22/phantom-threads/
    « I know I am not alone. Let’s get visible or invisible as we may please… » Regards from Canada…

  • your posts can never be too long. <3

  • Eva Schnarrenberger 1 février 2018, 3:37 / Répondre

    Entre éclats de rires et larmes aux yeux, un véritable ascenseur émotif cet article. Merci Garance, pour cet humour sans détour et ses vérités qui claquent.

  • I’d love to see move photos of you! Living free

  • Ca faisait longtemps que je ne t’avais pas lu. Qu’est-ce que ça fait du bien !!! MERCI ! Une telle fraîcheur !

  • Thanks for the much needed laugh this morning Garance! The pictures I have in my mind of this party most probably top any actual photos that you would have taken. ; o )))

  • They’re older people in New York, Garance:
    https://mobile.nytimes.com/2016/03/06/nyregion/war-nurse-now-100-saw-it-all.html
    And they live above 14 street usually!

  • You know you’re the only blogger that I have followed for 10 years? Love you more and more! Thanks for sharing your brave adventures and encouraging us to age gracefully and beautifully. ?

  • Love this! It’s like the old garance. I used to blog too, and you just lose the will as you get older, I think. Once saw you on Santa Monica pier and wish I’d said hi. ??

  • I HIGHLY enjoyed this! It made me lol at times and reflect as well.. Also, I couldn’t help but hear ur voice with ur French accent whilst reading.. ?

  • j’adore!

  • Excellent cet article !! … au top Garance (underthink it bien sûr ;)

  • This made me REALLY REALLY love you Garance ??

  • That was beautiful, funny and inspiring. I hear you on all of your observations. It’s all about self-love, but sometimes it take years to figure that out.

  • Holala Garance,

    Ca fait tellement du bien te lire ! Parfois je laisse passer 6 mois sans m’en rendre compte et je reviens sur ton blog avec une tonne d’histoires à dévorer.. j’adore !
    J’admire ton courage, ta plume et j’ai l’impression de lire ma grande soeur.
    Ca me plairait de te rencontrer toi en célébrité plus que n’importe qui.

    Merci

From the Archives

#AtelierDoréDoes
  • #AtelierDoréDoes
  • Happy Holidays!
  • How To...
  • Things I Learned
  • Three looks
  • Career Stories
Come Join us in Chile!

Come Join us in Chile!

The Art of Self Discovery

The Art of Self Discovery

A Week in Marrakech

A Week in Marrakech

Style Story / Jamie Pelayo

Style Story / Jamie Pelayo

How To / Tell A Story

How To / Tell A Story

Rituals at the Hammam

Rituals at the Hammam

Georgia on the Go

Georgia on the Go

Morgane Sezalory: A Freedom Inside

Morgane Sezalory: A Freedom Inside