the-mirrors-garance-dore

7 months ago by

J’ai des voyantes, des guérisseurs et des astrologues.

Ça va ça va, on se calme. J’habite à Los Angeles et rien n’est plus absolument normal que ça. Le contraire serait même suspect – mais je voulais vous prévenir parce que je sais que si vous êtes comme j’étais il y a quelques années, vous vous êtes dit cette fille a craqué, il faut faire une intervention.

Mais vous n’êtes probablement pas comme moi il y a quelques années : on a toutes pas mal changé récemment, et, hum, passez-moi le Palo Santo s’il vous plaît.

Si ça vous intéresse, je vous expliquerai qui, pourquoi et comment – mais aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’un sujet magnifique et mystérieux, celui du regard que l’on porte sur nous-même.

Et mon histoire commence avec l’une de mes voyantes, qui me dit :

Moi, dans votre futur, je vois de grands miroirs.

Je devais probablement être en train de lui parler de questions d’image. Comment aimer mon corps, comment l’habiter entièrement. Des choses que je pensais que j’aurais réglé plus tôt dans la vie mais qui continuent à vivre en moi, à me poursuive, à me gâcher la vie parfois, comme si rien jamais n’arriverait à régler ce problème.

J’ai tellement cherché comment m’aimer et poser un regard apaisé et positif sur moi-même.

À chaque fois que je vous en parle, on résonne toutes ensemble parce que notre image de nous-même, c’est un sujet profond, intime et social en même temps. Nous sommes sous le siège d’une société qui fait tout pour que nous nous haïssions.

S’aimer, c’est important, et ce n’est pas donné à tout le monde.

Oh, et puis, le printemps arrive, et bien sûr : J-30 AVANT LE BIKINI !!!

Je vous vois danser, bouger devant de grands miroirs, m’a-t-elle dit.

Quand j’ai raccroché le téléphone, j’y ai pensé une seconde. Il fallait que je retourne à la danse du ventre, l’une de mes danses préférées (vous avez déjà essayé ? C’est génial!!!)(GÉNIAL!).

Et puis ensuite, bien entendu, j’ai oublié.

Le plus difficile dans la vie, ce n’est pas de savoir quoi faire, c’est de faire.

Bouger pour bouger, pas juste dans l’idée de vous muscler. Bouger comme un art.

Donc je ne suis jamais allée à la danse, et j’ai continué ma vie comme avant. Je faisais un peu de Pilates, un peu de yoga ça et là. Rien de grandiose.

Un jour, je suis allée chez l’une de mes thérapeutes (Oui non je sais. Ça a un nom ce qu’elle fait, ce n’est pas une shaman ou quoi (quoique mon arsenal contienne aussi une shaman) mais, bon, c’est, disons, un travail assez particulier dans la veine de la thérapie craniosacrale), une femme absolument géniale. À chaque fois que je la vois, on parle pendant trois heures, elle écoute toutes mes questions, les relie souvent à ce qui se passe dans mon corps. Débloque des peurs, des énergies, des muscles noués, toussa.

On parle beaucoup du corps, des mémoires qu’il renferme, et aussi, on parle un peu de sexe.

Et c’est comme ça qu’un jour, elle me dit :

Avez-vous déjà essayé vous regarder dans la glace quand vous vous masturbez ?

JE SAIS. Moi aussi. MÊME réaction que vous. Choquée. Rougissement. Silence. Genre. Ok. On se connait mais bon. Oh. Woooof, fait chaud là. Je peux sortir pour respirer un coup ? Moi ? Euh… Bon, ok. Évidemment, étant une personne sensuelle, sexuelle, il m’arrive de, bon, enfin, vous voyez ce que je veux dire.

[Je suis bien moins timide avec mes copines à qui je recommande vivement la pratique, AH!]

Elle continue, me disant :

C’est très, très puissant à quel point poser un regard sur soi peut apaiser, soigner, transcender. Essayez, et vous vous rendrez compte que c’est extrêmement difficile, et extrêmement réparateur.

Mouais. Je suis rentrée chez moi, pleine de la bonne résolution de NE PAS ÉCOUTER ce qu’elle m’avait dit. J’en ai parlé à Chris “Nan mais tu sais pas ce qu’elle m’a dit ?” – On a rigolé comme deux adolescents prébubères “hin hin hin”.

Quelques jours plus tard, mon sens du devoir m’a rattrapée, quand même. Alors j’ai essayé de déplacer mon grand miroir pour l’amener dans ma chambre et j’ai failli m’exploser le pied tellement il a failli me tomber dessus. Depuis ce jour, il trône au beau milieu du couloir et Chris me jette un oeil moqueur.

Et autant vous dire que ce jour-là, il ne s’est rien passé.

À ce jour, je n’ai pas encore eu d’orgasme en me regardant dans les yeux.

____

Quelques mois plus tard, je passais la porte d’un cours de hot yoga dans mon quartier.

Vous le savez, j’ai toujours adoré le yoga.

Je n’arriverai jamais à mettre ma jambe derrière ma tête et à poster un Instagram en apesanteur avec le hashtag #bliss, mais ce n’est pas faute d’en rêver la nuit.

Non, c’est juste que j’adore, dore, dore le yoga.

Et, depuis que je suis arrivée à Venice, j’essaye tous les cours de yoga possibles et imaginables. Et, rappelez-vous, c’est Venice. Il y a autant de healers et de voyantes et de cours de yoga et de magasins de cristaux que de touristes éberlués sur le boardwalk.
Je sais, C’EST LE PARADIS.

Un jour j’ai décidé d’essayer le hot yoga.

À la base, je suis contre. Pas de raison spécifique – je suis un peu contre tous les trucs bizarres par principe. Mon oeil critique français toujours prêt à surgir avec une remarque ironique et condescendante “pfffffff!” sourcil levé.

Enfin. Je suis contre à moins que ça me plaise, quoi.
Une connasse, oui c’est bien ça.

Je ne sais pas si je vous avais raconté mon premier et unique cours de Bikram Yoga à New York où j’avais failli m’évanouir, pas tant à cause de la chaleur mais à cause de l’odeur de chaussettes mouillées IMMONDE, mais j’avais pris mes jambes à mon cou pour ne jamais revenir. En plus j’avais vu un docu sur ce fou de Bikram Choudhury et, woooo, nonmercibeaucoup.

Bien sûr parfois, je croisais mes copines fan de hot yoga avec leur air heureux, passionné, frais, leur minceur toute neuve. Mais même devant des promesses aussi fabuleuses, des images de chaussettes dansaient devant mes yeux.

Et puis un jour, ayant fait le tour de tous les cours de yoga de Venice sans vraiment avoir trouvé ma maison, je suis allée chez Modo Yoga pour checker si ça sentait la chaussette mouillée.

J’ai sauté sur mon vélo et j’y suis allée.
J’ai le principe flexible, comprenez ?

JE SAIS, JE SAIS – ACCROCHEZ-VOUS DEUX SECONDES IL Y A UN VRAI SENS À CE POST – J’ARRIVE BIENTÔT À LA CONCLUSION PHILOSOPHIQUE POIGNANTE DE MON HISTOIRE.

Le premier cours, bien sûr, j’ai cru m’évanouir. Je vous passe les descriptions de mon corps ruisselant et de mon visage en décomposition, et de mon air pincé à la vue de la flaque qui s’était formée sur le tapis de mon voisin parce que oui, les hommes, ça transpire énormément et- désolée, c’est souvent eux qui sentent la chaussette mouillée. Mais pas de jugement : Namasté. Namasté mais beurk.

Malgré tout, le studio était incroyablement clean, ne sentait presque rien. Et j’ai beaucoup aimé.
J’ai commencé à y aller de plus en plus souvent. J’ai acheté tout le matos (OCCASION SHOPPING! PROMOS SUR LES PANTALONS DE YOGA!!! Woooop! J’ai enfin eu une bonne raison de m’acheter le tapis de yoga imprimé de connasse dont je rêvais depuis quelques années !!!) j’en sortais rouge comme une tomate, heureuse, prête à m’acheter un jus vert à dix dollars à Rainbow Acres et à proférer des citations à la demande, telle une connasse healthy qui se respecte. L’esprit yoga était en moi, quoi.

Pardon je m’égare encore.

C’est marrant ces cours. Chacun est dans son univers. Je ne sais pas si c’est la chaleur qui force à vraiment se concentrer sur nos mouvements, mais on ne regarde pas les autres, on passe vraiment une heure dans notre bulle (de sueur).

Et, aussi, à quel point les gens étaient dénudés. Ce que je comprends, vu la sueur. Hommes en short (et c’est tout) et femmes en brassière et short. Je comprend. Il fait CHAUD.

Mais ce qui m’a le plus surprise, ce sont les grands miroirs.

L’un des murs de la salle était couvert de miroirs immenses et, contrairement aux cours de yoga traditionnels où les miroirs sont bannis car il faut “entrer en soi”, là, on, bizarrement, on peut se regarder.

Au début, je n’ai pas du tout aimé.

Puis, j’ai commencé à regarder à travers le miroir pour corriger mes positions. À me rapprocher, du fond de la salle au premier rang.

Bien sûr, dans l’état presque méditatif dans lequel on est quand on fait du yoga, se confronter à son image peut être très dérangeant. En fait même, au début, je faisais ce que n’importe quelle femme fait devant son miroir, je me jugeais :

“Ah, mais il faut que je me muscle là, que je perde un peu là. Attends, hop, j’arrange mes cheveux ni vu ni connu. Et hop je tire sur ma brassière elle n’est pas bien mise. Tiens, est-ce que c’est un bourrelet que je vois apparaître, là? C’est quoi ça, de la cellul… Aaaaaah!!!”

Mais petit à petit, à force de pratiquer, j’arrivais à rentrer dans des états de concentration plus vastes et profonds. Au lieu de me perdre dans mes pensées, je les observais.

Je voyais mon corps en fond, dans la glace, et je voyais les jugements que j’émettais. Je voyais tous les filtres que j’appliquais à mon image, tous les jugements, toute la haine. À quel point je réduisais ma personne à des détails insignifiants.

Je voyais aussi que personne ne me regardait.
Tout le monde se foutait de mon bourrelet. Ce jugement, il était en moi.

Plus le temps passait, plus je prenais de cours, plus j’arrivais à observer ces pensées et donc à me détacher. Certains cours, je faisais même l’exercice de me voir belle. De me forcer, presque. Regarde la beauté de ce mouvement. Regarde ce corps en pleine santé. Regarde cet équilibre incroyable, regarde cette détermination.

Petit à petit, moi aussi, je me dénudais. J’ai arrêté les tee-shirts informes, je suis passée aux petites brassières, sans trop penser aux défauts que je ne cacherais pas. Dans le miroir, je confrontais mes blocages et mes complexes, essayant, à chaque cours, de reprogrammer tous ces jugements que j’avais accumulés au cours des années.

Petit à petit, je me sentais changer.

Et puis, un jour la prof a dit :

Regardez-vous dans les yeux. Regardez-vous vraiment, cherchez votre regard dans le miroir.

Je l’ai cherché. Et quand je l’ai trouvé, j’ai ressenti le même choc que quand ma guérisseuse m’avait conseillé de me regarder jouir dans un miroir. Des semaines de yoga où je me regardais, moi, mon corps, mon visage. Dans toutes les positions et dans tous les états.

Et jamais je n’avais jamais osé croiser mon propre regard.

Ce premier contact a été incroyablement difficile. La première chose qui est apparue c’est bien sûr du jugement. Qu’est-ce que je suis rouge. Et puis j’ai l’air fatiguée. Tiens, je n’avais jamais remarqué que mon visage était aussi asymétrique. Et mes cheveux, j’ai l’air d’une folle ! De la même manière que des milliards de femmes et d’hommes se regardent dans le miroir chaque matin – comme étrangers à eux-mêmes.

Regardez-vous vraiment, a répété la prof.

Ok, ok, attends. Les yeux dans les yeux, avec moi-même. Sans filtre. Sans jugement. Sans honte. Juste regarder à travers mon âme. Ahhh…

Je n’ai pas pu tenir plus qu’un centième de secondes. L’intensité du regard, de la déflagration intérieure que je ressentais, était incroyable.

Ce jour-là, j’ai compris que j’avais trouvé l’une des voies qui m’amènerait à la vraie connaissance, et au vrai amour de moi-même.

———

Sur ce sujet, je serai probablement toujours une étudiante, et puis j’ai toujours peur des miroirs – c’est pour cette raison que je continue, encore aujourd’hui, à tout filtrer par le jugement – mais maintenant, je me reprends. J’essaye de remplacer une critique par un mot d’amour. Je me déprogramme, en fait.
Ça a l’air con mais petit à petit, ça marche.

Parfois même, j’arrive à croiser mon regard et à voir au plus profond de moi, sans avoir à passer par l’étape critique.

J’ai installé un grand miroir dans ma salle de bains. Tous les jours, je me vois en entier. Je fais la paix avec moi-même, en pleine conscience ou à travers une danse toute nue et toute seule. Ok parfois Lulu observe avec curiosité – elle n’a aucun problème à être toute nue, et elle n’a que faire des jugements, ou des miroirs.

Je ne me suis pas encore inscrite à la danse, mais ça ne saurait tarder.

Quant à me regarder dans les yeux en plein orgasme, on y arrivera un jour peut-être. Peut-être qu’un jour j’arriverai à demander à Chris de m’aider à déplacer le miroir dans la chambre.

——

Peut-être qu’un jour je serai assez intime avec moi-même pour regarder en moi de la même manière que je regarde les gens que j’aime.

41 comments

Ajouter le votre
  • Sunny Side 10 avril 2018, 10:27 / Répondre

    Il y a une méditation tibétaine qui consiste à se regarder dans le miroir avec toute la colère possible. Puis lâcher et se regarder avec tout l’amour possible ! Cà détend !!! Quand tu chopes ton regard/jugement pas belle/ mal au foie/tête de grizzli/ fais cet exercice. A la fin tu éclates de rire. Ceci dit l’épreuve du grand miroir est un crash test incontournable ! Il parait qu’Arletty et son amant adoraient se masturber ensemble devant un miroir ! Genre Narcisse pré-pubère s’émoustille la corolle !
    No way !

  • I have gotten that feeling from Pilates. I liked yoga with one instructor, who had classes in her house, in a room with a wall of windows facing the garrigue. But she moved away, and nothing has ever come close. I’m not much for spiritualism–I am practical to a fault–so Pilates was similar to yoga without the chanting part that I didn’t like. And yes, I correct myself in the mirror. I will never be among the beautiful, and I don’t even worry about it. I just focus on being strong and capable (and practical).
    At the same time, we have an inner picture of ourselves, and with age it can be shocking to discover someone else in the mirror. I heard it from my mom, who was always the ugly duckling among her very pretty sisters yet whose pride was hurt by the traces of time on her face. And now, I hear the same thing from many friends, especially those who were great beauties in their youth. Even my Pilates teacher, who is an absolute bombshell.
    It is hard to tell people to get excited about getting old. The wisdom is great, but the aches and loss of abilities less so. I guess the thing is, enjoy yourself while you’re young. You are more beautiful than you realize.

  • Qu’est-ce que c’est bon. Et qu’est-ce que j’ai ri aussi ! Merci =)

  • Merci Garance pour ta générosité ?

  • Thank you for making me smile first thing in the morning! I had a period of doing Bikram yoga and it was awesome. I thought I wouldn’t like the mirrors or the heat…turned out I loved it. I thought I wouldn’t like how the class was the same moves everyday, but it made it easier to go inside myself since I knew what was next. Unfortunately my hometown is very small and the studio closed down. Only the ‘smelly sweaty’ studio remained and it just wasn’t the same. I’m going to have to find a way to get back to it, thanks for the inspiration : )

  • You have expressed my same feelings from hot yoga. I never thought I would love it. I started taking hot yoga at a difficult time in my life when I realized I needed to do something to change it. I was the only one who had the power to change my situation. The heat and the excellent instructors allowed me to realize that I am ok, that I am very strong and there is love. I have changed and am more positive with everyone and most importantly to myself. Hot yoga to me feels like a big, tight hug from some entity (God?) telling me I love you and you will be ok. What could be better than that!

  • Merci

  • Beautiful words. I love Modo West too. And I know exactly what you mean about how all self-consciousness drops away in that space.

  • Oui, il faut apprendre a s’accepter et a s’aimer le plus vite possible parce que ce serait dommage de partir pour l’au-dela en se detestant !
    Quant a se regarder dans un miroir en train de se faire plaisir…….Pour l’instant, j’apprends a me regarder nue sans me critiquer car j’ai largement passe l’age du corps jeune et ferme ! :-)

  • Beautiful commentary on our (mis) perceptions and beauty and self-acceptance, thank you.
    I practice Yoga regularly and have a dedicated practice now for over 20 years.
    Not until last year, when I completed a 108 day Power Yoga challenge for myself, which culminated in a series of 108 Sun Salutations did the meaning of self-love become evident. Sure, I had toned up during my 108 days. Yes, I was a little firmer in some places and thinner in others. Catching sight of myself naked in the mirror on day 109 I had one thought « This is EXACTLY how you are meant to look. » And it was alright. Like, really alright. Since that time I have practiced self acceptance and self love to a new degree. I don’t need to be perfect to appreciate the wonder of my healthy, strong, amazing body. And that’s what I share with my clients, patients and students as well.
    Namaste, (and I mean that ;)
    Sabine

  • Super beau!

  • If you really want to freak yourself out (in a wonderful way) look into your eyes in a mirror and say I love you… and your name. It is sooooo hard to do and so healing. Really. Try it. I guess we have started mirror therapy here at atelierdore.

  • Love the personal stories :) I especially love hearing about the arsenal of therapists and healers! Tell us more! Speaking of bikini bodies, I am reviewing my favorite clean-beauty body acne buster here: https://bit.ly/2JyaGSm

  • YES YES YES, exactly my yoga journey so far… and I love it for that very reason. x

  • J’aimerais tant pouvoir me regarder comme me regarde mon homme quand… justement!
    C’est exactement ce que tu écris, trouver en soi cette bienveillance pour soi, celle qu’on accorde sans jugement à ceux qu’on aime.

  • Xo Xo

  • Super, c’est magnifique comme récit, très vrai et ça m’inspire vraiment. J’avais une fois fait l’exercice de me regarder pendant une heure dans un miroir, complètement nue, c’était très intense aussi au niveau des jugements et de l’acceptation de soi/du corps. L’idée du miroir dans la salle de bain me parait géniale, et pas évidente. Bravo et continue sur ce chemin.

  • Yoga has changed my life. Embracing good health and positive state of mind gratefully. Glad you too are on the bus Garance and thanks for the honest piece of writing.

  • I love the 26+2, 105F yoga. I go after a full day at my office job and I love how anticipating the hot class has changed my habits. No more afternoon coffee runs. No more heavy restaurant lunches. No more desk snacks. In fact, no more food after about 1 pm. More digestive post-lunch walks with colleagues. More water. More showers. More mindfulness in the evenings as I pack up my yoga bag and lunch for the next day.

    The big mirrors remind me of the dance studio. I’m generally comfortable with the image of my sweaty body, but sometimes I’m still self-conscious about my very stubborn belly rolls. Facing my form head-on in the hot room helps me appreciate of what my body can *do* and focus less on what my body *looks like*.

  • Garance,

    Sometimes your writing makes me feel understood in a way I didn’t think a « blog » post ever could. This is one of those times. Thank you!

  • Lisa Walker 11 avril 2018, 7:46 / Répondre

    Hell yeah!

  • If you want happiness for an hour, take a nap.
    If you want happiness for a day, go fishing.
    If you want happiness for a year, inherit a fortune.
    If you want happiness for a lifetime, help somebody. »
    ~Chinese proverb

  • Read ‘The Science Behind The Power Of Giving’:
    Today, scientific research provides compelling data to support the notion that giving one’s time, talents and treasures is a powerful pathway to finding purpose, transcending difficulties, and finding fulfillment and meaning in life.

  • DaveysHouse 11 avril 2018, 11:18 / Répondre

    Yes! Bienveillance is the best of words. Thank you, Anne :-). Shows up a lot in Henri Bosco’s novels, and it is so powerful. Do you know them, Garance?

    Thank you for your wonderful writing.

  • Adore this post, Garance! I love the randomness and the vulnerability and the message you are giving us with such honesty.??

  • hey from Austria and thanks for all the body-positive content! you change hundredts of thousands of women’s lifes for the better. thank you.

  • omg who DOESN’T look at themselves in the mirror when the masturbate. it’s so freeing. you actually SEE yourself. Try it, you’ll like it. xo

  • Dans la même veine, j’avais remarqué à quel point nous les femmes nous avons tendance à remarquer et juger le moindre détail et la moindre variation sur notre visage et notre corps, des cernes plus creusées, une peau moins belle que la veille, des cheveux qui tombent mal, un ventre plus gonflé… là où on se rend vite compte que nous sommes souvent les seules à le notifier et à imaginer que ça importerait notre « beauté » du jour, là où pour autrui et nos proches, les jours se ressemblent et nous ne paraissons jamais bien différentes d’un jour à l’autre !

  • ahahahah 7 years of hot yoga in (on and off!) and I’m only up to the second row. Those mirror moments are super powerful, when I manage not to be looking at my belly. Thanks Garance.

  • Merci merci Garance pour ce texte intime et touchant. Ça parle à beaucoup d’entre-nous -femmes et hommes- j’en suis sûre. Se regarder soi avec l’amour qu’on peut avoir pour les autres, c’est tellement beau!

  • This came just at the right time as I’m on a self exploration and a self love journey right now. Thank you Garance, I have been following your writing for years and the more personal the better it gets. I hope that one day we will be able to look into our souls in the mirror. And we will mate our souls. <3

  • mmmm…what a powerful growth moment…little by little through our own actions, through prompts from our guides (aren’t astrologers the best?!) we continue to find ourselves. I’ve been practicing yoga for over 30 years ~ can’t imagine my life without it. It aligns me, mind, body and spirit and it allows me to love looking at myself in the mirror ~ full on, fully free and without artifice and embrace all that I am. I’ve also found that looking at myself every day allows me to see how I’m doing, keeps me motivated to be healthy, be active, and I notice when things are off ~ a bruise here, a scrape there and I remember to take care of myself. It’s such a loving gesture to ‘take yourself in’ every day. Thank you for sharing your journey with us ~

  • This moved me to tears. Thank you, Garance. Your posts always inspire me, make me think, make me laugh, make me feel known and understood, but this one is the first one that moved me to tears and I’m so grateful. I’ll be thinking about it a lot, I suspect… <3

  • You should read GALA DARLING’s book : Radical self Love!

    She’s an advocate for self love and she’ amazing :)

  • My first thought after reading this post: Just go over to your mirror in the hallway and masturbate! xo

  • J’aime le style. J’aime le contenu. Et je vais m’inscrire à un cours de yoga. Acheter un miroir. Tout ça pour me dire à moi-même: merci, d’être là. Je t’aime bien.
    Merci Garance, pour vos pensées si personnelles. Il faut du courage pour se mettre a nu.

  • Adore you, Garance! Your words, thoughts and giggling remarks are soooooo marvellous! Thanks you for my excellent mood after reading! <3

From the Archives

Health
  • Health
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
  • Three looks
Zero

Zero

What’s So Cool About CBD Oil?

What’s So Cool About CBD Oil?

atelier dore sex

Let’s Talk About Sex

Under the Surface

Under the Surface

Oh, Sugar!

Oh, Sugar!

All is Well with Rens Kroes

All is Well with Rens Kroes

Food for Thought

Food for Thought

time lapse garance dore photo

Time Lapse

better than you garance dore illustration

Better Than You