solo-garance-dore

9 months ago by

Faire les choses SEULE.

Samedi, je suis allée à une fête d’Halloween TOUTE SEULE. Ok, seule, ce n’est pas tout à fait exact, puisque Chris jouait à cette fête, mais quand notre mec est sur scène, ce n’est pas comme s’il était en train de faire la fête avec nous. C’était une fête super exclusive, un bal masqué, j’avais deux invits, et comme ma famille est là en ce moment, j’avais complètement oublié d’inviter quelqu’un à venir avec moi. J’ai bien rêvé trois secondes que ma soeur vienne, mais la connaissant, son “je crois que je vais rentrer” ne m’a pas surprise.

Je ne me suis pas démontée, j’ai acheté un loup, j’ai sauté dans un taxi et je suis allée à la fête.

Être seule, c’est un truc vraiment curieux, surtout pour un animal social comme moi. Moi, j’adoOOooOooore être avec les gens.

N’empêche, j’ai toujours vu la solitude choisie comme l’une des choses les plus élégantes possibles. Aller se faire une expo, un cinéma, un restaurant toute seule.

Observer les autres, faire le calme à l’intérieur, faire exactement ce que l’on veut sans demander l’avis de personne, sans avoir à toujours parler, parler, parler…

Savourer l’instant, tout ça.

Comme le disait si bien Carrie Bradshaw avec un air mystérieux quand on lui demandait où elle avait passé l’après-midi : “J’avais rendez-vous avec New York !”
Être comme l’héroïne d’un film. Les vraies héroïnes sont souvent seules, dans les films.

Pourtant, mes premières fois ont toutes été drôlement maladroites.

Mes premiers cinés toute seule, quand personne autour de moi n’avait mon appétit pour les salles obscures. J’avais commencé à y aller seule à reculons, à me sentir tellement bizarre au moment de m’asseoir seule dans le noir, que j’étais absolument sûre que les gens se disaient “La pauvre ! Elle n’a pas d’amis !!! Pauvre fille, vraiment, pauvre fille !” – au bout de quelques séances toute seule, non seulement je n’avais plus aucune gêne, mais je ne pensais plus du tout à ce que les gens pouvaient penser – j’avais même mes rituels, et je n’adorais rien de plus que d’aller me faire une grande balade après avoir vu un film pour y réfléchir et me faire ma propre opinion.

Mes premiers restos toute seule, là aussi, ce n’était pas vraiment la grande confiance. Je me souviens être absolument incapable d’y aller sans un livre derrière lequel me cacher. Et je n’aurais jamais osé dîner toute seule. En voyage, plutôt mourir en mode room service que de descendre dîner au restaurant comme une personne civilisée.

Et pourtant, progressivement, à force de room services déprimants, la confiance s’est installée.
Aujourd’hui, je suis parfaitement capable de m’emmener dîner : entrer dans un restaurant, demander une table, commander un bon verre de vin, et apprécier chaque instant sans même me sentir bizarre ou me cacher derrière un livre, ou mon téléphone portable. J’adore.

Mes premières expos, c’est plus récent. C’est étrange pour moi que de regarder de l’art sans avoir personne avec qui commenter. J’y passe moins de temps, c’est sûr. Mais je le fais. J’apprends.

Quand on a comme moi été conditionnée pour penser que la vie se vit accompagnée, la solitude au début, c’est un peu comme un gouffre.

Je me souviens de ma première vraie solitude, la première semaine dans mon premier appart toute seule dans une ville nouvelle où je ne connaissais personne. J’étais terrorisée. Je ne savais pas quoi faire de moi-même, surtout le soir. J’avais commencé par regarder la télé, beaucoup, passer ma vie sur Internet. Beaucoup trop. Puis, épuisée de petits écrans, j’avais commencé à vraiment flipper, flipper à en pleurer. Puis, à force d’ennui, j’avais pris mes pinceaux et j’avais…

Commencé à peindre. Fait la première oeuvre dont j’avais jamais été fière, qui a en quelque sorte déclenché… Ma vie.

Le gouffre s’était alors transformé en un espace délicieux. J’avais enfin pu commencer à me découvrir, ou, comme dirait l’un de mes gourous new age, trouver le chemin vers moi-même.

Mais revenons à la soirée de samedi, parce qu’être toute seule à une soirée, là vraiment, ce fut une première.

J’ai déposé mon manteau au vestiaire, et je me suis mise en quête du bar, histoire d’avoir un but dans la vie, quoi. Je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire. Je savais qu’il fallait que je trouve l’endroit où Chris jouait, mais j’avais aussi un petit peu envie de découvrir la fête et d’expérimenter le trip fête toute seule. C’était une fête immense, très belle, avec beaucoup d’endroits et de recoins à découvrir.

Voici quelques moments dont je me souviens en flash :

Au bar, les hommes n’hésitent pas à me dévisager, mais les filles m’ignorent comme jamais elles ne m’ignorent quand je suis accompagnée.
Soudain un morceau m’attire sur la piste de danse, j’y fonce, mais je n’ai personne pour déconner avec moi. Je me rends même compte que, soudain, tout le monde me tourne le dos. Je danse toute seule pendant quelques morceaux, puis c’est pas aussi drôle, alors je retourne au bar me prendre en verre.
Je croise des gens que je connais, à qui j’explique ILLICO pourquoi / comment je suis seule, comme si on était toujours obligée de se justifier d’être seule. Ils me prennent sous leur aile, et je me demande si c’est parce que, pour faire écho aux pensées que j’avais à mes premières fois seule au cinéma, ils pensent : “La pauvre ! Elle n’a pas d’amis !!! Quel dommage autant de solitude ! Prenons-la sous notre aile !” On reste quelque temps ensemble, c’est cool. Puis on se perd et je me dis, il est temps d’aller danser sur la musique de Chris.

Je me joins à la foule qui danse devant Chris (qui me dit “tu es venue toute seule ?” Avec un air effaré) et je me mets dans le rythme à fond (c’est mon troisième Moscow Mule de la soirée en même temps, et si vous me connaissez vous savez que j’étais probablement déjà ivre à la moitié de mon premier) et là, je commence à me faire tourner autour par des mecs super mignons, ce qui :

1/ me fait plaisir (ben oui c’est pas parce qu’on est en couple que blah blah enfin bon vous voyez ce que je veux dire)
2/ ne m’arrive jamais quand je suis entourée de mes copines (seuls les mecs vraiment lourds osent s’approcher de bandes de copines, je crois)(important à souligner pour mes copines célib)

Je sors prendre l’air sur la terrasse, où des couples s’enlacent. Un homme (l’un de ceux qui me tournaient autour sur la piste de danse) vient s’asseoir à côté de moi. “You look fantastic” il me dit “Qu’est-ce que tu fais toute seule, avec qui es-tu ?” Je me dépêche de lui expliquer que c’est mon fiancé qui joue sur scène, et que donc je suis toute seule, enfin presque, enfin il voit ce que je veux dire. On bavarde un moment, il est vraiment drôle, sympa. “Tu viens on va explorer la fête ?” il me dit. Je décline, et je retourne sur la piste, où l’un de mes copains de danse est en train de s’exciter tout seul sur je ne sais plus quel morceau dont Chris a le secret, et il est donc super content que je sois de retour pour pouvoir jouer du air guitar avec lui, ce que je fais avec brio et dans un total abandon de moi-même, évidemment. Puis à un moment, c’est la fin du set de Chris, et mon copain de danse et moi, on se hug et on se dit merci pour cette danse endiablée.

Bilan : C’est facile d’aller à une soirée toute seule… Surtout quand, après quelques verres, les gens sont détendus et prêts à danser avec des inconnus. Les femmes seules font un peu peur aux autres femmes (enfin c’est l’impression que j’ai eu puisque qu’aucune femme ne m’a adressé la parole de la soirée) et en revanche, être seule à une soirée est un piège à mecs. Il ne faut pas hésiter à circuler, ne pas hésiter à boire un coup, ne pas hésiter à boire deux coups (mais bon, faire quand même gaffe aussi, on ne veut pas être la fille complètement bourrée ET seule, là on entre en zone désespérée) – et ne pas hésiter à engager la conversation avec des inconnus.

Même s’il y a des moments bizarres, ce qui est hyper sympa c’est que soudain, on est complètement ouvert à l’inconnu, et l’on rencontre des gens que l’on n’aurait jamais rencontrés en restant au milieu de sa bande.

J’ai beaucoup aimé.

Et surtout, je crois, ce que j’ai aimé, plus que ma délicieuse solitude dans ce cas-là, c’est cette sensation d’audace, cette sensation de liberté. Chris m’avait raconté que pendant sa vie de célibataire ça lui arrivait super souvent de partir dans la nuit tout seul… Je peux maintenant vraiment comprendre la géniale impression d’être à l’aventure.

Ce qu’il y a de merveilleux dans la solitude, c’est qu’on apprivoise ce gouffre. Au lieu de nous faire peur, il devient un endroit merveilleux, doux, fertile, et surtout, un vrai espace où l’on peut explorer et découvrir sa créativité. Et ça finit par devenir addictif. D’ailleurs tous ceux qui aiment être seuls le disent : ça a commencé par un simple café avec moi-même… !

Je ne suis pas prête à repartir en vacances seule (je ne sais pas si vous vous souvenez de mon expérience ridicule à Bali)
mais aujourd’hui, dès que je le peux, je m’organise des journées entières de solitude. Il suffit que Chris soit en déplacement pour que je le fasse. Je “prends rendez-vous avec New York”, ou la ville où je suis ce jour-là, je sors, je vois des expos, je déjeune dans un resto que j’aime, je me balade en écoutant mes podcasts préférés, je prends un verre…

Le lendemain, j’ai souvent hâte de reconnecter avec mes amis, ma famille, mon équipe. Et j’ai probablement beaucoup plus à donner…!

Vous l’approchez comment, vous, votre solitude ?

79 comments

Ajouter le votre
  • Love what you’ve wrote and agree!
    At first it can feel scary to do things alone but when it becomes comfortable it helps one feel strong and free. NYC is a fun place to be alone because there are so many interesting things to do and see. And there are so many people around that it’s easy to strike up conversations.
    It can be nice to see exhibits alone and really focus without distracting conversation.
    I think learning to be ones own best friend and Be at peace in solitude knowing how to entertain oneself is so important. And sometimes the best creativity comes out of that space.
    Still there is nothing like having drinks with good friends and sharing laughs!

  • The best way to be a good partner to another person is to be good company to yourself. So good for you for having gone solo. But it takes some confidence/ internal fortitude, which not enough of us have.
    And who are these guys who didn’t recognize you? You’re famous! On billboards!

  • Oui la solitude qui n’est plus un gouffre/un stress mais un plaisir/une liberté, je pense surtout que ça vient un peu plus tard (pas quand on est toute jeune, car alors ça fait juste peur..), j’adore maintenant ces moments detendus, ou sans se poser de questions on fait exactement ce que l’on a envie de faire. Je me sens alors fière et très proche de moi-même.

  • This is an interesting post. I recently (really 4 years ago, time flies) became single,
    and initially found that going out alone was hard, but now it’s kind of wonderful.
    Being in the moment and not having to negotiate every decision, even with the most
    compatible friend, is very relaxing. I still enjoy companionship very much, but find I really like my time spent pursuing interests with singular focus.
    One of my recent dates « with New York City » was spent at the Rubin Museum on 17th Street.
    The Genesis P-Orridge exhibition was definitely for rarefied tastes, and I savored it with no guilt, along with the other works on display.
    That was fun.
    And the New Museum is an ideal venue to visit solo.
    Park Avenue Armory? What a great space to hang in for a while.
    So many great dates ahead …

  • I’m totally there with you! Although I’m more of a « what an amazing idea, I want to try it » kind of person, rather than actually going for it. I always wanted to try the going to the movies on my own, the restaurant was always harder for me, maybe because I enjoy spending time at home more than the average person…I believe it’s really important though to be able to « stand ourselves », have fun on our own and feel content with or without company.

  • You mentioned on a few posts recently that you enjoy listening to podcasts while walking through the city. This is a top activity and stress management tool for me. I would love to know which ones you’re currently loving. ps- your last podcast with Phillip Lim was fantastic. thx!!

  • The three sweetest words in the English language are: Table for one!

  • I don’t mind being along. In fact… its quite pleasing: I’m « good company » :)

  • I was the same way as you when I first went out alone! It felt like people were feeling sorry for me, and I felt embarrassed! Now, I’m really enjoying it! I think everyone should take themselves on a « date » sometime in their life! It gives you an opportunity to listen to yourself.

  • C’est essentiel, je dirais ! Il n’y a que dans ces moments que l’on apprend vraiment à se connaitre, pas dans le bruit et la fureur; C’est là que l’on est vraiment connecté à soi même et suivant les périodes c’est léger ou très lourd mais encore une fois, c’est nécessaire. Moi j’ai toujours eu besoin et aimer ça, déjà parce que j’étais souvent malade enfant, alors c’est plutôt naturel chez moi. Comme toi, ballade, café, ciné, resto, expo, soirée, rien ne m’effraie. Et puis j’ai toujours pensé que c’est dans l’ennui que l’on découvre qui l’on est ! :-)

  • Romain Gary 2 novembre 2016, 12:30 / Répondre

    BEATA SOLITUDO, SOLA BEATITUDO

  • Loved reading this and the idea of « dating » your city. Will definitely try to do that more!

  • Love your honesty! Doing things and going to places alone is the most elegant thing to do for yourself! I grew up an only child and I lived by myself for about 15 years. It’s a luxury not having to check in with anyone. And to dress for yourself and walk in a gallery, or a concert, or theatre(for me, I go see theatre by myself, it’s a treat. And everyone’s else is either way older or with someone.) it’s fabulous! It is a fashion statement.

    Actually, the challenging thing for me is always being around someone or having to coordinate things with boyfriend. That drives me insane cause I need my own rhythm And I don’t want to lose the sense of who I am and that anywhere in the world, I’m able to deal with a situation with or without a man.

  • I totally agree!
    I’m 20 and the idea of solitude have always came naturally to me. I love going for a walk or to the restaurant alone. In fact, I’m doing it right now ;) I need that time to reconnect with myself and get a better, clearer perspective on life. But I’ve never thought about the idea of going to a party on my own and now I know I need to try it.

    Kisses!

  • I with you, facing the world on your own is both intimidating and adventurous. I used to travel alone a lot when I was young and it was amazing. I learned how to be in the world on my own terms and it’s so much easier to meet people. I grew up changing schools every year until high school, so I was very used to being the new kid without friends, it taught me to be assertive and go up and talk to the people I wanted to connect with. It is an invaluable life skill! We all need to explore the freedom and fears that rise within us, it’s a great way to check in. I currently live in a very small town and it can feel suffocating at times, I know people everywhere I go. I try hard to reach out to new people and make new friends, it’s a chance for me to start on a fresh path as much as it is for them. Great story! Thanks.

  • C’est formidable, que tu fasse cet apprentissage, car la solitude est une source de connaissance de soi précieuse. Et elle peut durer un certain temps, pour ensuite laisser la place à d’autres expériences. Une femme accomplie sait forcement être seule. Et celles qui ne t’ont pas adressée la parole – elles ne savent pas l’être (seules). Une femme qui sait l’être sera toujours bienveillante avec une autre, quel que soit l’endroit où elles sont!

  • I’ve done stuff alone all my life! Went to parties, to the movies, to a cafe… I’ve never even considered it an issue. :) Doing stuff alone doesn’t mean that you have to be lonely. Of course I do stuff with other people, too, but I love spending time on my own.
    No problem for me! :)

    The only time when I don’t want to do things alone is when I am worried about something. Or very unhappy. I guess it’s so for everyone?

    https://sofaundermapletree.wordpress.com

  • Ana @champagnegirlsabouttown 2 novembre 2016, 3:17 / Répondre

    The first time I went anywhere on my own was when I was sent on a case to Romania. It dragged on so I stayed alone in a hotel in Bucharest for three weeks. That was before tablets and smartphones! I ended up loving every minute. I met someone who I wanted to stay for the rest of my life with. I went to Transylvania alone. March 2016 PFW- I stayed in a beautiful hotel on my own for a week. I took myself to dinner every night eventually abandoning my book. It was fine, more than fine actually. It was such a luxury, having time for myself only. Tonight I’m in Strasbourg, my husband is still on a conference and I’m enjoying an evening by myself. I went for dinner and a glass of wine and I’m about to make myself a bath. In my line of work where I talk for living, I really appreciate time for myself. Having said that, I’d never go to a party alone. I’d be too scared!
    Ana
    http://www.champagnegirlsabouttown.co.uk

  • HappyLilly 2 novembre 2016, 4:02 / Répondre

    Je prends ma journée en pleine semaine, comme ça, avec la seule raison qui vaille: l’envie d’être seule avec moi-même! Et je me ballade, le nez au vent, au gré de mes envie, des magasins, des expos ou d’un nouvel endroit gourmand à tester. Suis pas seule, suis avec moi-même et plus le temps passe (façon détournée de dire que je vieillis… 42 ans…), plus le temps passe donc, plus « me, myself & I » nous entendons bien!
    Etre la copine du mec sur scène, j’ai bien connu et contre toute attente, ça m’a permis de rencontrer des gens/mecs sympas qui ne seraient peut-être venus me parler dans une autre configuration. Aller prendre un verre toute seule le soir, je n’ai jamais osé. Maintenant que nous vivons sur la côte, je peux aller toute seule avec mon thermos boire un chaï-latte, et c’est un bonheur.

  • I was single for a very long time and I was kind of ok with it (with close circle friends and interesting yet stable life of a publisher in a big city). Then I got into relationship, passionate and stormy, which broke after a year, just before our first trip to Japan. I felt really miserable and low, but I reorganized everything and went anyway. It was the BEST decision ever! Those three weeks without any company were simply wonderful and reminded me of this fearless and optimistic girl I once was (traveling to live in a far away country at 17, founding my own succesful company bit outside my area of expertise etc.). Suddenly I remembered how to feel proud of myself and appreciate all those little good things that happen along the way (but of course Japan is the best place to travel alone). I regained the sense of adventure, curiosity and courage to try new things. I came home stronger and much more appreciative of my previous single life. And as much as I long for being with someone and having my own family, I try not to forget these feelings. After all, all we have for life is our own company and even with the people we love – sounds as it may – we are just stages for each other.

  • En fait moi la vie sociale a outrance me fatigue physiquement et moralement…J’ai besoin de rêvasser, d’être tranquille, dans mon coin au moins 2/3 heures par jour pour pouvoir justement être quelqu’un d’agréable et de sociable.

    Sinon, la solitude je l’appréhende de 2 manières: en partant en voyage à l’autre bout du monde ou quand je brode. Quand je brode c’est une solitude d’artiste, c’est agréable. Quand je pars seule à l’autre bout du monde, c’est la solitude dans l’action, j’ai l’impression de sortir de moi-même et de vivre à fond…Cela dit, ces moments depuis que je suis maman se font de plus en plus rares.

  • Merci Garance, merci car encore une fois, tu sais toucher la ou il le faut au moment ou il le faut.
    Arriver a New York depuis 3 mois, cette ville est folle, j’en suis amoureuse, mais y rencontrer des gens est beaucoup plus complique; surtout lorsque l’on travaille dans une petite boite avec uniquement sa boss comme collegue. On ne peut pas passer sa vie avec sa boss.
    Faire des expos, aller au cine, prendre rendez vous avec New York, j’apprends et ca me plait.
    Aller boire un verre de vin, a une fete.. je n’y arrive encore pas. Alors je ne sais pas si je sauterai le pas puisque moi je n’aurai malheureusement pas mon amoureux qui jouera sur scene ;) mais quand meme tu m’as donne envie, finger crossed j’essaierai ;)

  • Delphine 8 novembre 2016, 5:43

    Je suis arrivee a NY cet ete pour le travail pour une duree indeterminee. Je suis dans une petite boite ou il y a des tres jeunes ou des tres vieux. Aves mes 10 ans d’experience je me retrouve donc seule au milieu! J »ai tout plaque pour venir m »installer ici sans connaitre personne. La solitude je la cotoie depuis maintenant 4 mois et ca m’a beaucoup amuse au debut d’avoir tant de liberte mais ca ne me fait plus rire du tout maintenant ! Les verres de vin en terrasse a refaire le monde avec des amis me manque… j’espere retrouver ca ici mais pour l’instant ca n’est pas le cas et le temps passe parfois plus vite a plusieurs….

  • Personnellement j’ai toujours aimé passé du temps seul. C’est même quelque chose dont j’ai besoin. Jusqu’à peu je pensais que j’étais un peu « bizarre » car j’étais surtout entourée de gens qui avaient tout le temps besoin d’être accompagnés! Mais j’ai fini par assumer que c’était simplement une facette de ma personnalité (que je tiens de mon père d’ailleurs!).
    Ce que je préfère faire toute seule c’est du shopping! Et il y a un mois je suis parti quelques jours à Londres toute seule et ça a été une très belle expérience. Je pense que je renouvellerais!
    Tout le monde n’a pas le même rapport avec la solitude, mais je crois qu’il faut savoir l’apprécier : commencer par être bien avec soi afin d’être bien avec les autres.

  • Garance,

    Cet article m’a fait du bien. En ces temps « d’hyper socialisation », j’ai l’impression qu’on passe parfois pour quelqu’un de bizarre lorsque l’on dit aimer passer du temps seule.

    J’ai commencé à sortir seule au cinéma à 20 ans.
    Puis j’ai ensuite mis de côté ce besoin de solitude pour passer tout mon temps libre avec mes amis, sortir, boire, danser, jusqu’à la fin de mes études.

    J’ai retrouvé le plaisir de la solitude suite à une rupture l’année dernière. Je devais terminer mon mémoire de fin d’étude et étouffant dans la ville où je vivais alors, j’ai eu envie de changer d’air.
    Terminer mon mémoire était un bon prétexte pour partir seule sans que personne ne puisse juger ma démarche (ou peut-être simplement, sans que je ne le prenne comme ça).

    Je me suis donc connectée dès mon retour chez moi, ai réservé un appartement à Arcachon pour trois jours, fais ma valise. Le lendemain matin j’étais dans ma voiture, en route pour le bord de mer. C’était génial, je n’ai absolument pas terminé mon mémoire lors de ces trois jours, mais qu’est ce que c’était bien…

    Le plus drôle, c’est que toutes mes amies ont trouvé la démarche géniale, mais elles pensent en être incapables pour la plupart.

    Aujourd’hui, j’ai 24 ans et des amis qui ont toujours besoin d’être entourés constamment. Lorsque je pense à ça j’ai parfois malgré tout l’impression d’être asociable. Pour ma part, je viens d’arriver à Paris pour le travail, et j’apprécie encore plus les moments où je me perds dans les rues parisiennes toute seule. Je me sens bien. Et comme tu le dis si bien, les moments avec son entourage sont ensuite d’autant plus appréciables.

    Merci pour cet article.

    PS : Je ne me suis pas encore lancée en ce qui concerne la soirée seule, mais pourquoi pas ! ;)

    Justine

  • It’s pretty incredible, this article came at just the right moment for me. This week, I have a crazy schedule so i hardly see the people i live with, and the loneliness was just starting to get to me. Thanks for reminding me that i know how to enjoy just hanging out with myself. It takes courage and determination to tame that black hole. And sometimes it can come back to bite you, even once you thought you had conquered it.
    I had never considered it elegant to do things by yourself. I like that. Thanks for the new perspective, and just at the right point in my week :)

  • Ah c’est marrant comme post ça. Moi c’est plutôt le contraire. J’ai toujours cru à la maxime « mieux vaut être seul que mal accompagné » et donc, dès que j’ai eu une carte de crédit, je suis partie seule en voyage. Australie, Nouvelle-Zélande, Vietnam, weekends à Prague et à Vérone…alors les cinémas, les verres et les restaurants, ça me paraît évident! J’adore aller au cinéma voir ce que je veux, écrire mon journal ou lire avec un bon verre de vin. Je n’ai jamais trop senti le regard des gens, je crois que c’est parce que j’aime ces moments plus que tout. Et les expos, n’en parlons pas: il est plus rare que j’y aille accompagnée que seule. Je peux prendre le temps devant ce que je veux, je prends des notes, je dessine…et je me retrouve avec moi-même.

    Mais je pense que je suis tout le contraire de l’animal social que tu es ;) disons que c’est d’être accompagnée qui me semble bizarre, et je sature très vite.

  • That is such a wonderful illustration to go with another wonderful post! Please consider making that illustration available in the store! I can imagine it hanging in my house.

    When I was 18 I went to Australia with some friends on a gap year. We travelled together for 3 months, then they decided to go home while I remained to explore the Outback. The first night when I was alone, I called my parents (they live in Canada) balling my eyes out because I didn’t know what to do with myself and I missed my friends. However, I ended up having an amazing time, just getting to know myself, see and do what I wanted and it was a great way to show myself how independent I can be.
    -Valerie

  • I was just talking to a friend about how I wish I taken more opportunities in my life to be alone. I hate that I’m not okay with being alone. I went to a party by myself. No plus one. It was awful because I couldn’t stop thinking about what others were thinking about me. The first person I met, I latched onto her out of desperation and not because we hit it off. Then I met other people who I did hit it off with and then left this poor girl in the dust. Not my proudest moment in life, but it made me reflect on who I was and what kind of person/friend I wanted to be. I’ve always been surrounded by people, but I don’t think I contribute much when I’m in a group. I think having some alone time and being okay with that solitude gives you a confidence you can’t get from being in a group of people. I’ll definitely want to work on this! Thanks for this post!

  • J’ai toujours été assez solitaire. Alors tout ce que tu racontes, je connais ! Je n’ai pas peur de faire des choses seule et j’aime ça. C’est assez marrant de lire comment tu découvres la solitude, alors que pour moi c’est quelque chose de familier :-)

  • Being a wife and a mother and working in an open plan environment at work for a big company sometimes I feel suffocated and crave spending alone time! But I always feel guilty. « I should go see that friend » or « I should be with my daughter » or « I should spend time with my husband ». There are days when the only « alone time » is if I am in the car or the shower! I always tell my single friend to enjooooooy the freedom they have and savour these moments! Gosh I sound like I hate my life, I don’t, I love it I do! I just need a little me time :)

  • Moi aussi j’ai apprivoisé ma solitude épisodique. Ton récit me parle, j’ai un peu la même frénésie que toi, enfin j’avais çette frénésie de ne pas pouvoir faire les choses sans qu’une horde de personnes ne m’entoure. Et puis la vie a fait que je me suis rendue compte que j’avais besoin de m’éloigner de ce schéma pour mieux me retrouver et surtout avancer dna les moments un peu durs. Je suis en train de divorcer après 17ans de vie avec un homme que j’aimais profondément qui m’avait un peu éloigné de ce brouhaha d’étre entourée en permanence. Et bien là la solitude ne me pèse pas vraiment, elle me fait avancer et grandir. Je peinds aussi, et je fais de la musique, et j’adore ce moment privilégié ou je me mets devant mon piano pour laisser corrir mes doigts là où mon imagination m’emmène, et puis dessiner ou peindre …. c’est un moment que j’ai appris à apprécier pour qu’ il me noussisse. Mais je sais ausssi que le naturel revenant au galop, eheheh!!!! Je vais très vite rechercher la compagnie de mes amis , ma familles, mais c’est pour des moments choisis, les moments que l’on savoure avec un immense bonheur ????.

  • mademoiselle mauve 3 novembre 2016, 3:58 / Répondre

    faire des choses seul c’est hyper gratifiant. et comme tu le dis Garance, ça permet de voir les choses autrement, car est « sans filtre », au premier plan, dans le monde. tellement de rencontres ainsi. et d’abord avec soi.

  • Tu as bien résumé mon sentiment. C’est difficile au début, puis on s’y fait et enfin on y prend du plaisir ! Il faut être bien avec soi pour vivre pleinement cette solitude !

  • I mostly relish solitude, being a person who was born with the introversion trait. Solitude is much easier to cope with when you are comfortable with aloneness and hanging out with yourself. No need for endless chatter with another person or having to compromise. I love attending art exhibitions or exploring a new city alone. As a female, I find solo travel liberating and empowering. Free to set your own agenda and pace. I have frequently gone on holidays alone. Why sit at home and miss out on the amazing joy of travel just because most of my girlfriends married!

  • Personnellement j’adore faire des choses seules comme aller au cinéma ou même découvrir une jolie ville. Après je n’ai pas encore assez d’assurance pour aller à une fête seule, mais qui c’est, ça viendra peut-être !

  • Talking to some of my girlfriends lately, I found out that most people (in London) rarely go out by themselves anywhere. I on the other hand love it! On Sundays when all my friends are recovering from hangovers, I get up early, walk in the park, see an exhibition, have breakfast with a newspaper, etc. In the evening it gets weird. Once I went to a bar to meet my friend, but she was stuck in traffic so there I was, alone sipping on my Martini when a middle aged man started talking to me. Halfway through the drink I realise he thought all along I was for hire (I blame you, backless Gucci dress). I’ll stick to houseparties to meet new cool people (HinicetomeetyouIknowthehost)

  • Bonjour Garance,
    Merci pour cet article! J’aime beaucoup ta conception sur l’élégance et la solitude choisie. Cela donne beaucoup à réfléchir. Je vais creuser le sujet.
    Bonne journée,

  • Oh oui je me souviens très bien de cette phrase “J’avais rendez-vous avec New York !”, elle m’avait marquée moi aussi. C’est tellement vrai, surtout dans une grande ville qu’on aime, il y a tellement à faire, se perdre dans elle, etc…
    J’ai 42 ans aussi (comme dans les commentaires), et je me connais bien, et je sais ce que je veux. Je ne suis pas bonne en amitiés féminines, et pourtant j’adorerais avoir une belle sororité moi aussi. Mais je n’y arrive pas. J’ai peut être un cerveau pas assez féminin pour ça (pourtant j’ai une allure très féminine). Et puis les femmes de mon âge sont la plupart du temps empêtrées avec les histoires d’enfants et ça ne m’intéresse pas. Je ne fais quasiment plus ce qui ne m’intéresse pas en fait, pas le temps.
    Je fais aussi le shopping seule, je peux passer autant de temps que je veux dans un endroit, en zapper d’autres, et partir au bout de 2 heures car la ville m’a fatiguée, ou aller rêver 1h en librairie, ou dans un café ou découvrir un nouvel endroit ou… J’adore faire ce que je veux quand je veux.
    C’est clair que les femmes ne parlent pas aux femmes seules, elles trouvent ça louche ou dangereux, une femme seule est une femme à mecs. C’est clair que les hommes n’abordent pas un groupe de femmes, moi même ça me fait peur, je ne le ferai pas. C’est trop fermé, trop de sous-entendus, trop de moqueries, et si tu es trop différente, tu es rejetée du groupe, bref ça fait peur.
    Si je vais en soirée seule, je ne sais plus non plus faire de fausses discussions pendant longtemps. Toujours pareil, si je m’ennuie, j’insiste 30′ puis si ça ne donne toujours rien, je pars.
    Donc je suis à la fois assez seule, et pas trop (j’ai mon compagnon mais il déteste le shopping/les sorties, et mon ex). J’aimerais parfois que ce soit différent mais visiblement je n’aimerais pas tant que ça car sinon j’y arriverais surement, à avoir des amies. J’aimerais plus trouver des femmes (ou des hommes) comme moi en fait. Ca serait plus facile. :)

  • oh c’était très sympathique de te lire, je me retrouve assez dans ton article.
    Aller au cinéma toute seule, au restaurant, me balader etc, j’adore faire tout ça avec quelqu’un mais alors seule, c’est pareil, j’aime autant !!
    Voir + pour le cinéma, au moins je suis sur et certaine que personne ne me parle pendant la séance.
    Et cette année, j’expérimente carrément les sorties dans des bars ou clubs seule, alors oui évidemment j’ai des amis et on sors beaucoup ensemble mais en ce moment il m’arrivent de les quitter pour aller dans un autre endroit seule ou alors de sortir dans un bar seule avant de les retrouver..
    ne me demande pas pourquoi, je ne le sais pas encore moi même, je sais que j’aime l’inconnu, les expériences et c’est surement ça qui m’y pousse.
    C’est assez agréable, au début je prend mon verre, je me positionne en observatrice, certes, après quelques minutes, je me fait souvent aborder et je discute un peu si la personne se montre intéressante, sinon je vais danser ou alors, souvent, je tombe sur une connaissance ou un ami et on improvise !!
    Article très pertinent et agréable à lire.
    A bientôt!

  • I am most well-mastered in shopping alone… :-) of course! And I can go on business things alone (trips, events, receptions, conventions, also to the hotel, dinners, breakfasts), because I would probably know some people or at least there are the ones with the same topics for conversation.
    I can go to the cinema or exhibitions (but not the openings!) alone. But more than that not, especially if it involves talking. For parties, concerts, holidays…. I think I always need someone to comment, to have fun or to enjoy together…

  • I loved this piece and can relate so much. I live in London and feel exactly the same – spending time along is such a great way to get to know your city and yourself! Thank you for such lovely and amusing writing.
    X

  • Ca faisait longtemps que je n’avais pas posté de commentaire mais ce post me parle complètement.
    Il y a quelques années, j’angoissais vraiment à l’idée d’être seule, passer un samedi soir seule c’était le drame, il fallait que je sorte avec des amis absolument. La seule activité que j’appréciais faire seule à l’extérieur, c’était le shopping.
    Ensuite progressivement, j’ai élargi le champ des activités que j’apprécie faire seule comme aller au ciné ou à une expo. J’ai tenté le restaurant ou sortir en soirée seule, mais je n’étais pas très à l’aise. Mais c’était déjà il y a quelques temps et je me rends compte qu’avec l’expérience, le fait d’avoir plus confiance, le fait d’avoir rencontrer des personnes solitaires qui me font découvrir la solitude sous un autre jour, j’apprécie de plus en plus (même si je suis à la base quelqu’un de très sociable, qui aime être entourée).

  • Being alone is a state of mind. you can be with many people and be alone!
    From The World With Love
    Yael Guetta
    http://www.ftwwl.com

  • Georgette 4 novembre 2016, 2:35

    Yael, I think you meant « lonely » which is different from being alone. :)

  • J’ai vécu plus de 4 ans avec quelqu’un qui était comme moi : très sociable, il avait besoin de contact avec les gens. Quand je me suis retrouvée célibataire, j’ai dû complètement réapprendre à vivre seule.
    Que ce soit cuisiner, faire le ménage, faire le lit ou sortir : je ne faisais rien sans lui avant (ou quand je sortais sans lui, c’étais pour rejoindre des amis) donc ça a été un grand chamboulement, pas facile à vivre du tout !!!
    Les moments « seule » se sont pourtant enchaînés et on apprend. Parfois, on en tire de bons souvenirs mais ce n’est jamais aussi bien qu’en étant accompagnée (du moins, dans mon cas). Je me suis donc concentrée sur le peu de choses que je faisais sans lui avant : regarder un truc de meuf (cliché mais Sex and the City en fait partie par exemple ^^), me faire une manucure, prendre des photos, … j’arrive de plus en plus à tirer du plaisir de cette situation, même si je reste persuadée qu’il me manque quelqu’un au quotidien.

    En parallèle, il y a les moments que j’ai « subis » seule, comme un dégât des eaux ou un déménagement, et qui me semblaient tellement insurmontables sans une personne à mes côté pour me rassurer ! Et finalement, il faut y passer et ça se passe bien, au point d’en tirer une petite fierté :)

    Encore une fois, j’aime beaucoup tes articles plein de sincérité Garance !

    Bonne journée,

    Manon

  • je trouve que c’est super important de « savoir » être seul. Les gens qui ne savent pas l’être et pour cette raison s’entourent sans arrêt d’une « cour » me font l’effet de combler des vides (pour rien) et ils me font flipper (ils me dépriment, car souvent ce sont des gens qui bouffent votre énergie). Et aussi, j’ai souvent remarqué que les couples les plus stables, les plus équilibrés sont ceux constitués de deux personnes AIMANT la solitude.

  • Je suis d’accord avec la plupart des coms. Etre seule n’est pas une tare mais un rare plaisir dans un monde trop bruyant.

  • I travelled alone for 6 years before I was married. I loved it! The first time was daunting–but only before I flew out. Because I was alone I met lots of people. I find if you are in a couple people leave you to it. But if you are alone you will be approached and befriended. I did not take chances with men. Some brief flirtations were delightful however.

    I have always gone for very long walks alone, and often at night. The quiet streets gave me time for reflection.

    I am happily married now but I still like my own company. I go for long walks and sit in cafes and read. I like to go to a movie by myself as my husband doesn’t like movies. I go occasionally to a lecture or some such. I like having the house to myself when my husband goes away as I get such a lot done!

    I do not have a cell phone–only an ipod on the wifi network which I use mainly to take pictures. I see people so constantly on their devices I think they must never pause to think or reflect or muse.

  • Très intéressant cet article, ça fait tellement de bien de se retrouver seul des fois, de se recentrer sur soi et de profiter un peu.
    Bonne journée,
    Louisa

  • It was awkward at first as well for me to go out anywhere, everywhere by my self. But every time I go out by my self I found my self enjoying every last bit of it, I can gather my self, gather my thoughts. And also I consider my self as an introvert.

    I really love this post, because it encourages women to go out and have solo time of their own. Be proud of it and loving it.

    Jean x

  • definitely something i am trying to do also trying to solo travel. write about it a few weeks ago. why not enjoy yourself alone and discover new things?

    http://niyanoir.com/2016/10/travelling-alone/

  • I loved reading this. I have been doing a lot of things alone because my boyfriend is overseas, and in the last couple of years I have travelled and a lot of my friends have moved interstate or overseas. Sometimes it does feel weird to try new things alone…but after a while it’s actually really nice. I haven’t tried going to a party totally alone yet though, there’s always been someone I know. But I have been going to a lot of fashion events alone and it’s interesting who is willing to talk to you and who ignores you.

  • I moved to Bali for work two years ago and I went out by myself a lot ever since. I learn how to drive scooter here and be totally fine of going to a live music place after dinner all by myself, go have dinner and lunch all by myself even to some festival closing party by myself (which then I get met my friends there). It’s all fun and I always enjoy it. Sure some people look at me as in « poor girl » and I was more like « poor them always needing someone to justify themselves to go out ». I will continue to go out alone as it put me to some ease in my mind.

  • La solitude je l’ai beaucoup expérimentée car j’ai longtemps été célibataire. Et au fond même si parfois il y a des périodes difficiles où l’on aimerait partager, c’est vraiment une force car on apprend à faire pleins de choses, à se confronter aux autres sans être épaulée. Et surtout à s’assumer face au regard des autres constant qui ne comprennent pas toujours, enfin en France aller dans un bar boire un verre le soir pour une femme seule c’est toujours mal considéré hélas. J’adore aller seule au cinéma, voir des expos, c’est ma bulle d’air pour s’extirper du couple. Ne pas être obligée de parler, de partir quand on veut, rester en terrasse d’un café pendant des heures sans culpabiliser que l’autre en ai assez. Non la solitude est un expérience vraiment enrichissante dont j’ai besoin.

  • Copenhagen Dreaming 4 novembre 2016, 6:38 / Répondre

    I love my friends and family, but as I’ve grown older, I’ve realized that there are actually very few people I can totally relax with … (Certainly not my children who are constantly competing for my attention :-)) So the most relaxing thing is actually being on my own, and now I consider it a great luxury – to go to a movie alone in the middle of the day, for instance, or going out to lunch and not be distracted by talking. The only situation where I’ve missed a « group », was at a rock concert. I found it hard to react spontaneously to the music without anyone to share the reaction with. And EVERYONE else was in a group, which made me feel a little akward. But otherwise, solitude is super cool, and I would never judge anyone because they came alone. I hope I would have talked to you at the party!

  • Il vaut mieux apprendre à apprivoiser la solitude car un jour ou l’autre on doit y faire face. Les gens qui nous entourent, on les perdra un jour ou l’autre, c’est la vie… Dans un couple, il est très rare que les 2 membres disparaissent en même temps, celui qui reste doit affronter la solitude, en plus de la vieillesse. Pour apprendre à accepter ce fait indéniable il faut savoir être seule, les moments entourés de ceux que l’on aiment n’en deviennent que plus appréciables!

  • Etre fiancée t’offre peut être aussi une certaine sécurité, tu n’as pas d’attente particulière, tu as moins peur du jugement des autres, tu es plus en confiance, donc tu t’éclates, donc tu dégages quelque chose en plus ;)

  • J’adooooore être seule ! j’ai toujours aimé, même étudiante. je prenais mon appareil photo et je me baladais dans Paris. C’est vrai qu’il y a un moment étrange à apprivoiser mais quel doux bonheur d’être en bonne compagnie avec soi !

  • It’s depressing that to go out alone and experience REAL life is such a big deal to people.

  • Hi Garance, love this subject as I spend a lot of time myself doing things alone and am always surprised that other people find being alone scary!
    To enjoy being alone, I think you have to really, really enjoy your own company and know what pleases you. I’ve seen people freak out at the idea of being solitary and it usually means that they can’t cope being with themselves having no one to entertain them or fill the blanks. It is you and you alone that fills the space and I have found that wanting to fill that space takes you to places that you would probably never go to if you are accompanied.
    I have done all of the things you mention alone, even traveled for 2 months in south America last year solo and I met so many people it was awesome!
    I love to socialise and spending so much time alone makes socialising so, so lovely!
    Have a great week-end.

  • C’est drôle comme la solitude dans notre monde peut-être un big deal. Je me souviens au lycée il est arrivé que je n’ai personne avec qui déjeuner à midi et je préférais alors ne PAS manger plutôt que d’aller au self toute seule, ce qui aurait été la honte ultime pour moi à l’époque ! « Pauvre fille elle a pas d’amis… ». Une fois alors que j’attendais une amie seule sur un banc je me sentais tellement idiote que j’avais fait semblant de parler à quelqu’un au téléphone pour ne pas avoir l’air seule ! Le comble de l’idiotie… Heureusement en vieillissant ça s’arrange!

  • I have really learned to love my alone time. I spend a month in Paris each year and stay in the same apartment which feels like my « home » in that wonderful city. Each day I get to decide where I want to go, be it a museum, neighborhood exploration, or favorite shop or two. Then I eat a late lunch and wander back to my neighborhood and have a glass of wine at a café. On the way back to the apartment, I pick up more wine, cheese, bread, and fruit for a light dinner. My evenings are spent reading French newspapers and watching French news shows on the tube. I collapse into bed early, anxious to start over again.

    I often have people visit but I love being alone there! And really, any city or town keeps me happy when I am alone…but Paris, oh Paris! Mon âme adore la ville!

  • Hey Garance, just si you know (Ahahah) I’m having dinner on my own in a fancy restaurant in Paris… at this very right moment. I still have to hide behind my phone but I will hopefully be brave enough to go without it soon. Next challenge : vacation alone in Punta Cana at the en of the month. Thanks for the inspiration. Love

  • VIOLAINE DIERICK 6 novembre 2016, 1:41 / Répondre

    Bonjour Garance,

    J’ai lu avec curiosité et plaisir et je te remercie beaucoip pour ce bel hommage à la solitude! Et oui, célibataire endurcie que je suis, j’ai dû apprendre à mener une vie solitaire par moments, et il est vrai qu’au début, c’est pas gagné!
    J’ai appris à compose rvace cette réalité et à profiter de ces instants qui n’apartiennent qu’à nous!
    Mais moi qui ai eu le goput du vyage étant petite par les vacances à l’étranger en famille, voilà que je me sentais coincée, car par facile de partir evace des amis (période de congés diffre,tes, pas le même budget, les memes envies…)….Manquant de confiance en moi, je déclinais chaque fois que mon entourage me disais « ben pars toute seule », comme si c’était facile!
    Et cette année, je me suisentie « prête », oui, juste « prête »….Lasse de passer à côté de mes envies, j’ai pris les choses en main, et je suis partie…SEULE! : montpellier, Florence…..et là, je me suis éclatée! J’ai découvert à quel point ça peut être bien aussi! En effet, seule, tous nos sesn sont ouverts: ouie, vue, odorat….et de ce fait, on est hyper réceptif à tout ce qu’il ya à a voir, entendre, ….ouvert aux échanges avec les autres…Bref, j’ai fait des rencontres que je n’aurai jamais faites si j’avais été accomagnée! et j’ai adoré!
    Le seul bémol; quand on déguste de si bons moments, on aurait parfois envie de partager ce plaisir avec des gens qu’on aime…Mais ça, ce n’est que partie remise! Positisons!

    Merci encore pour ce bel article qui m’a fait sentir beaucoup moins seule!

    Violaine

  • I love being alone (but also enjoy very much being with people). I always go the movies, dinner, museums alone but have never to a party alone yet!
    Will probably try it soon. Just waiting to have a boyfriend who plays at a party :)

  • Group dynamics invigorate me. Solitude recharges me.

  • What a nice post, Garance! On my first trip to Barcelona where I was all alone I couldn’t get out of my room to have a dinner so I ended up in my room with a sandwi?h with a felling of a big fear, because I was going to spend there two weeks, just imagine, two weeks of sandwiches! Than I pushed myself to go out to eat, to have a coffee, to dance and it turned out a great experience. Later I repeated my solo trips and it was also great although normally I’m so social that i can’t eat a dinner at home without company. I guess it is necessary to have some time with youself and try to meet the new world without any opinion or help, even in your hometown.

  • Je n’ai pas de problème depuis quelque temps a faire des expos, cinema, balades, restaurant en solo. Parfois c’est cherché parfois parce que je ne trouve personne pour y aller. Je suis allée juste une fois seule dans une soirée seule… pour vous voir à Paris toi et Géraldine en djettes au fameuse soirée Fluokids, j’ai été un peu inconsciente mais bon j’avais envie de vous voir en chair en os et l’occasion c’était presenté :)

  • Interesting post but I am wondering why the women (and men) didn’t recognize you. Were you wearing a costume? If it was a costume party I can see it being a lot easier to go alone as you are incognito and it wouldn’t matter what you said or did. I have gone to movies alone since my teens, also dined alone, lived alone and travelled alone and I don’t understand why some people make it such a big deal. Sometimes you might prefer to do something alone, why care what you think others are thinking, you will never know so it doesn’t matter one iota. Enjoy your life and your time alone…

  • I am in love with this post and totally agree. Solitude seemed like a new thing for me at first – which it is because we were born to be social beings. I booked a flight to my favorite country one day, without asking anyone who wants to join and it was the easiest thing in the world. Solitude is really liberating – you get to do things you wouldn’t be able to when you have to factor in your company who wouldn’t be down to the same things you enjoy. But since it was the first time I was completely left to myself for a month, a book and a good playlist were always by my side! Haha

  • A great post! I like doing alot of things alone – I have the last two summers walked in the Swedish Mountains alone and it has been great, but I have always been to scared to do things alone in the city. It is really strange, but right after reading this post I went to my first exhibition alone. Thank you!!

  • Très jeune, j’avais dire à ma mère que je voulais être avec des gens que lorsque je le déciderais et pour le reste être seule. Elle m’avait répondu mais ma chérie c’est ce que tout le monde souhaite. Ah bon ?:) .

    Pour moi la solitude est une bénédiction et de plus en plus un luxe. Je parle de la vraie solitude, celle que l’on décide. Celle grâce à laquelle ont s’entend penser et respirer. Après on peut aussi aller au ciné!

    Je me surprends encore à forcer ma nature pour aller vers les autres et essayé de faire « comme tout le monde ». J’avoue que la plupart du temps je m’ennuie ou comme dirait Florence ça me fatigue.. J’ose enfin le dire tant ça pourrait paraître un peu prétentieux. Les « gens » me fatiguent même si je les aime beaucoup mais le plus souvent de loin. J’ai jamais trop compris ce que voulait dire « j’aime les gens ». C’est qui « les gens »? Moi, j’aime des gens.

    Déjà, je n’aime pas les groupes d’amis qui font tout ensemble. J’ai assez de ma famille. Je ne me sens à l’aise qu’en duo. Je trouve les conversations plus intéressantes et plus personnelles.

    J’ai découvert (vraiment) qu’il y avait des gens qui ne supportaient pas d’être seuls. J’ai une amie qui est prête à faire n’importe quoi pour ne pas être seule même passer une journée entière avec quelqu’un à qui elle n’a pas grand chose à dire. Je trouve ça très triste. Et en même temps, elle ne sait ni trop ce qu’elle aime ou n’aime pas, veut ou ne veut pas, ni ce qu’elle est en général, J’ai mis un certain temps à supposer que les deux étaient liés.

    La solitude c’est la première porte vers soi pour être bien ensuite avec quelques autres, être disponible sans sacrifier de son précieux temps.

  • J’aime beaucoup ce billet ! Depuis l’adolescence, j’aime être seule, je pense que j’ai commencé à apprivoiser la solitude dès lors que je me suis rendue compte que j’avais parfois des envies d’activités non partagées par mon entourage, à un moment donné. Je n’avais pas envie de me priver, me priver me coûtait plus que d’oser être seule et d’affronter le regard des autres, ce qui n’est pas facile pour autant. Le ciné a été une des premières choses que j’ai osé faire seule. Un bon resto j’ai pas encore osé, ni la fête en solo, ça, ça doit être particulier.
    J’aime bien le mot « audace » à la fin du billet. Il en faut une sacré dose c’est vrai, pour oser s’afficher seule selon les lieux. Je me sens audacieuse et libre lorsque je vais voir une expo, un musée, un film… lorsque je m’installe dans un café et que je ne fais rien, que je regarde les gens passer… Il reste tout de même certains jours où j’oserais moins, comme si quelque chose me retenait, et il se trouve que ce sont les jours où je me sens plus vulnérable, moins sûre de moi, où le regard des autres aurait plus d’importance.

  • Aujourd’hui je me sentais un peu SEULE alors je suis allée sur ton blog et j’ai trouvé…ce billet! :)
    Dommage que les filles tournent le dos aux filles seules.
    Quel manque de sororité!

  • Great post! I was well used to going to the cinema by myself back when I was a teenager – sometimes even two films in one day! I loved it. In my 20’s, I felt it was important to be happy in myself. So I went on city break by myself and had a blast. A few years ago, I loved exploring my city on my bike on my own. Now I am in my 30’s with three very small kids. So time alone is something precious and rare – I truly miss the luxury of it and appreciate every second when I get it.

  • It’s such a wonderful story. When I used to travel for work, I had no problem taking myself out to dinner. I always ordered some wine and just enjoyed browsing through Instagram in between people watching. Now that I don’t travel for work as much, I certainly miss the feeling of being out in a new city all alone…It’s truly liberating.

  • C’est très beau d’avoir rdv avec soi-même ou une ville! Mais c’est une grand différence de le faire par libre choix et en étant en couple ou de devoir le faire parce qu’on est célibataire. Un grand apprentissage et développement pour ne pas gâcher les bons moments en pensant « ah, ce serait encore mieux, si j’étais avec quelqu’un ».

  • I am so glad you chose to write about this! I just spent five days alone in Los Angeles and feel so empowered after having the self-confidence to take myself out of the town to restaurants, the occasional drink and museums. It takes some getting used to, but once that happens it’s incredibly refreshing to feel so open and connected to others around you. It’s outside of my comfort zone in the best way possible, and all I want is more of those experiences now, like quenching a thirst.

From the Archives

On The Road
  • On The Road
  • In her words
  • French Gurus
  • Wellness
  • 10 Years of the Site
  • Pardon My French
vacation garance dore photo

Vacation

Wide Open Road

Wide Open Road

kazu harry makino blonde redhead horse riding equestrian fall garance dore photos

Run Wild

Upstate team retreat Garance Dore studio photos

Smells Like Team Spirit!

road trip maine neada garance dore photos

Road Trip To Maine

road trip beauty photo garance dore

Beauty On The Road

Southampton Getaway

Southampton Getaway

hitting the highway road trip audrey hepburn garance dore photos

Hitting the Highway

upstate guide travel garance dore photos

Weekend Guide : Upstate