unspecified-11

Your Brain On Sex

3 weeks ago by

Si vous ne le saviez pas encore, c’est le Mois du Sexe sur le site ! Et nous voulions commencer le mois en beauté avec une conversation sur le sexe un peu scientifique et profondément bienveillante. La psychotérapeuthe Nicole Ohebshalom, spécialiste des questions de reproduction, a généreusement accepté de nous parler de la psychobiologie de la sexualité – c’est-à-dire de ce qui passe dans votre cerveau pendant, avant et après le sexe, oui ! Continuez à lire pour une leçon sur le plaisir, les orgasmes et le lien entre le corps et le cerveau pendant l’amour.

___________

Peux-tu nous parler un peu de ton parcours ? Tu es actuellement psychothérapeuthe spécialiste des questions de reproductions mais tu as occupé beaucoup d’autres emplois, comme infirmière, et tu as même suivi une formation de psychotérapeuthe spécialiste des traumatismes des femmes et de la nutrition dans le cadre de la médecine fonctionnelle. Qu’est-ce qui t’a orientée dans cette direction et sur quoi te concentres-tu actuellement, en matière de santé des femmes ?

J’ai commencé à incorporer dans ma vie des arts de guérison comme la méditation quotidienne ou des techniques alimentaires dès mon enfance. Au moment de choisir une carrière, je savais que je voulais travailler dans le domaine de la santé des femmes, ce qui m’a conduite à commencer ma carrière comme infirmière dans un centre d’infertilité et d’endocrinologie à New York. A l’époque, je suivais des formations en yoga, méditation et en integrative nutrition. Les médecins m’ont autorisée à intégrer ces outils dans le centre. C’était en 2005 donc je pense que ces médecins ont été parmi les pionniers qui ont laissé entrer des méthodes holistiques dans leurs centres médicaux. Ensuite, j’ai ouvert et géré pendant 7 ans un espace dédié au bien-être féminin à New York. De très nombreuses femmes sont venues avec des problèmes liés à des traumatismes et j’avais un talent inné en psychologie que je voulais développer. Je suis donc retournée faire des études de psychologie, avec une spécialisation en traumatismes féminins. J’ai déménagé en Israël pour me spécialiser dans mes recherches sur le Schéma de soi sexuel des femmes, leur développement, et l’identité culturelle multiple tout en continuant à pratiquer pour aider les femmes à soigner leurs traumas et leurs problèmes hormonaux à l’aide de la psychologie, de l’alimentation et de la méditation. Aujourd’hui, je vis et travaille entre San Francisco et Israël.

Je travaille à faire en sorte que les femmes aient une meilleure compréhension d’elles-mêmes et se fassent plus confiance. Je suis vraiment pour l’éducation, pour que mes clientes partent en comprenant mieux comment fonctionnent leurs corps et qu’elles aient les outils pour prendre soin d’elles. Je veux que mes clients puissent se guérir elles-mêmes et aient les outils dont elles ont besoin, même des années après notre travail commun. Je travaille avec des femmes qui souffrent de problèmes hormonaux comme les SOPK, ou de syndrôme pré-menstruel, de saignement irrégulier, d’infertilité et qui congèlent leurs ovules. Je travaille également avec des femmes qui ont été confrontées à différentes sortes de traumatismes. J’utilise dans mon travail une thérapie par l’alimentation, le coaching psychologique, des techniques de vie et la méditation pour aider les femmes à guérir.

D’accord, et maintenant, le sexe ! C’est l’heure d’en parler. Nous allons discuter de psychobiologie de la sexualité – peux-tu commencer par définir, pour nous autres profanes, ce que c’est exactement que la psychobiologie de la sexualité ?

La sexualité est une danse sophistiquée du cerceau et du corps qui nous motive et nous guide dans tous les aspects de notre vie. Il y a quelque chose dans la manière dont nous nous sentons à chaque instant qui produit une réponse, grâce à nos hormones et aux neurotransmetteurs, qui provoque une orientation dans notre santé émotionnelle et physique.

Si on comprend la psychobiologie de notre sexualité, il est clair que l’image stable de notre corps agissant d’une manière donnée chaque jour de toute notre vie n’est pas normale, même si c’est la vision que la société, comme les magazines et le système médical, essaie de nous donner de nous-mêmes. Notre fonctionnement hormonal et neurologique influe beaucoup sur ce que nous pensons et ressentons, et l’inverse. Il est important de le comprendre pour faire des choix intelligents d’un point de vue hormonal, depuis la façon dont nous reniflons la présence d’un partenaire potentiel, à notre capacité à établir une connexion à l’autre avant et pendant l’amour. A partir du moment où nous comprenons la manière dont nos hormones et nos émotions répondent à notre façon de voir et à notre mode de vie, notre sexualité peut être utilisée d’une manière simple et créative dans toutes nos actions.

La sexualité, c’est le fait d’apprécier notre propre corps. Pour nous sentir excitées dans la chambre, il faut que nous nous sentions excitées dans notre vie quotidienne. Et par plaisir, je veux dire satisfaire vos sens toute la journée. Il est difficile de céder complètement au plaisir pendant l’amour, si les sources de plaisir dans nos vies sont taries. Quand nous recevons du plaisir dans notre propre sexualité, alors savourer son propre corps avec celui de quelqu’un d’autre a un impact psychologique et hormonal différent. Cette distinction peut être importante parce que beaucoup de femmes voient le sexe comme un moyen de satisfaire leurs partenaires. Mais pour avoir une libido saine (et pas seulement une libido utilisée pour le sexe), il faut simplement vouloir se satisfaire soi. L’expérience de chacun en deviendra plus riche. Vous jouez un rôle énorme dans votre propre expérience de votre libido.

Est-ce que le sexe agit de manière différenciée sur les cerveaux masculin et féminin ?

Absolument ! Le sexe et le fait de tomber amoureux ont des effets différents sur les cerveaux féminins ou masculins. La testostérone est l’hormone star qui permet d’être excité.e. Les hommes et les femmes qui ont des hauts taux de testostérone prennent davantage l’initiative de rapports sexuels et ont plus d’orgasme. Cependant, les femmes qui tombent amoureuses peuvent avoir une augmentation de leur niveau de dopamine, ce qui enrichit leurs niveaux de testostérone. La dopamine agit sur notre système de récompenses, qui nous fait poursuivre et fantasmer un homme. Le simple fait de penser à lui ou de le sentir va augmenter ces niveaux. En matière de stimulation, les hommes auront des niveaux de testostérone plus faibles en tombant amoureux. Le fait d’avoir ces deux réponses différentes peut nous donner l’impression d’être chimiquement liés, et les libidos des hommes et des femmes deviennent alors équilibrées.

Je pense aussi que les différences de localisation de nos organes sexuels influencent la manière dont le sexe agit sur nos cerveaux. Les hommes ont tous leurs organes accessibles à l’extérieur de leurs corps. Les femmes sont plus cachées, subtiles et complexes par nature, et puis notre organe sexuel primaire, le clitoris, est à l’intérieur de nos corps. Le clitoris n’est utilisé que pour le plaisir sexuel et il a huit mille terminaisons nerveuses. Le clitoris est la partie la plus intense et la plus sensible du corps féminin. Notre clitoris est le seul organe qui n’est utilisé que pour le plaisir et il nous apprend notre sensibilité. Cela agit profondément sur nos cerveaux, dans la chambre et en dehors. Les hommes n’ont pas d’organes qui ne servent à rien d’autre qu’au plaisir. Avoir pleinement conscience du fait que notre clitoris est beau et parfait est essentiel pour se détendre et recevoir du plaisir. J’aime conseiller à mes clientes de s’asseoir dans une pièce bien éclairée avec un miroir pour s’examiner et apprendre à apprécier toute cette beauté. Prenez votre temps et complimentez votre beauté. Etre pleinement présente dans votre corps et respirer profondément peut vous aider à vous détendre pendant que vous reconnaissez votre beauté. Cela va changer la manière dont vous vous voyez, et la manière dont votre partenaire va vous voir. En tant que femme, tout ce dont vous avez besoin, c’est de recevoir votre propre beauté.

Comment pourrait-on définir précisément un orgasme ?

Les recherches montrent l’orgasme comme le pic de l’expérience sexuelle d’une personne pendant le sexe. C’est une expérience éminemment subjective qui produit une chaîne de réponses chimiques menant à une expérience d’euphorie. Je pense que cette définition est en grande partie vraie mais une vision plus limitée de l’orgasme a été créée par les discours du monde biomédical et des médias. Considérer l’orgasme comme le pic de l’expérience sexuelle est une vision très patriarcale, qui reflète l’expérience des hommes. Les expériences qu’ont les femmes de l’orgasme sont souvent prolongées et peuvent être aussi uniques que les différentes formes ou couleurs de nos clitoris. Beaucoup de femmes ont des orgasmes sans rapports sexuels ou sans stimulation clitoridienne. En travaillant avec des femmes, j’ai vu qu’il n’y a pas une bonne manière d’avoir un orgasme. Vous avez votre propre voie d’accès au plaisir à l’intérieur de vous.

L’orgasme, d’un point de vue physique, se produit loin du cerveau lui-même, donc quel est le lien entre le corps et le cerveau pendant le sexe ?

Je suis tellement contente d’aborder ce sujet ! C’est essentiel ! Les femmes ont tout d’abord besoin de se sentir en confiance avec l’autre personne et dans le contexte. Nous avons besoin d’avoir le contrôle, d’être suffisamment à l’aise pour dire ce dont nous avons besoin et de sentir que, quelles que soient nos limites, elles seront respectées. Et l’orgasme commence aussi avec la quantité de temps et d’attention que l’autre personne accorde au plaisir et à la beauté du partenaire. Enfin, comme c’est souvent le cas, le timing est essentiel. Les femmes sont plus lentes, et le cerveau et le corps ont besoin de temps pour que l’excitation naisse. Se concentrer sur ce processus nous permettra de nous sentir en lien avec notre libido. Cela prépare le cerveau à autoriser les hormones et la neurochimie d’une femme à apporter plus de plaisir à son corps et à son expérience. Les femmes flirtent naturellement. Nous flirtons en permanence avec nos amies, et nous nous amusons avec tout ce qui nous intéresse. Les femmes apprécient la beauté, la nôtre et celle qui nous entourent. Quand nous nous sentons à l’aise dans notre propre pouvoir et que nous nous concentrons sur notre place, alors nous nous sentons vivantes et nous pouvons diriger notre libido vers notre propre plaisir. A ce moment-là, une femme met en avant son corps et sa voix donc elle écoute la communication entre eux. Sa sexualité est un état d’excitation ! Regarder une femme détendue et dans un état d’excitation en commandant un sandwich au fromage ou en prenant soin de son jardin fait chaud au coeur.

Peux-tu me décrire tout ce qui se passe, dans l’ordre, dans le cerveau féminin pendant l’amour jusqu’à l’orgasme, et l’orgasme lui-même ?

L’oestrogène nous rend plus réceptive au sexe tandis que la testostérone va nous faire convoiter et avoir envie de flirter avec presque tous les partenaires potentiellement acceptables. Pendant le sexe, la testostérone peut nous influencer pour nous rendre plus sûres de nous et plus lubriques. La dopamine est déclenchée par la testostérone, ce qui crée un sentiment d’euphorie et accentue l’excitation. L’ocytocine est libérée par les câlins, les contacts physiques et la stimulation des tétons, qui augmente aussi la testostérone et la dopamine. Nos cerveaux enchaînent des réactions en boucle qui apportent une proximité, du plaisir et de la détente.

Quand on fait attention à notre clitoris, à notre col de l’utérus et à notre vagin, alors de l’ocytocine et de l’oestrogène sont libérés en plus. Cela permet à nos muscles vaginaux de se détendre, et donne cette envie d’être pénétrée parce que l’oestrogène nous rend sexuellement plus réceptives et nous lubrifie. Cela déclenche encore plus d’ocytocine donc nous pouvons nous sentir encore plus proche de notre partenaire sexuel. Pendant l’orgasme, l’afflux sanguin dans le cortex du lobe frontal, le cerveau exécutif, diminue tandis que notre cortex somesthésique, soit la part du cerveau qui enregistre les sensations provenant des différentes zones du corps, est activé. Il y a ensuite une augmentation de l’afflux sanguin dans le centre émotionnel, l’amygdale, avec la libération de l’ocytocine. L’ocytocine est à son pic au moment de l’orgasme et provoque des contractions utérines. A ce stade, la dopamine et les endorphines améliorent nos récepteurs sensoriels et nous guide vers l’orgasme.

Après l’orgasme, je crois que nous sommes toutes d’accord pour dire que nous nous sentons un peu différentes, au moins plus détendues. Pourquoi ? Est-ce que c’est à cause des molécules chimiques libérées dans le cerveau ?

La sérotonine est à son pic après l’orgasme. Cela peut nous faire nous sentir heureuses, sexuellement satisfaites et détendues. Certaines femmes se sentent somnolentes et moins excitées après le sexe, puisque de la prolactine est sécrétée. D’autres femmes se sentent prêtes à repartir pour un ou deux tours parce que toute cette testostérone, ocytocine, norépinéphrine et dopamine libérées pendant l’amour déclenche d’autres désirs sexuels. L’ocytocine fait partie de l’orgasme et de l’après-orgasme et cause cette sensation de relaxation, le désir de faire des câlins et de se frotter peau contre peau.

Et donc… en gros les orgasmes font du bien au cerveau ? Et à nous ?

Exactement ! Cela fait baisser la pression sanguine et stimule notre système immunitaire, ce qui détend à la fois le corps et l’esprit. Les orgasmes peuvent nous faire nous sentir nourries, connectées, détendues et nous donner de la hauteur. Beaucoup d’endorphines sont libérées, ce qui améliore le flux sanguin sur la paroi vaginale et peut aider les femmes qui souffrent de problèmes de fertilité, de ménopause, d’endométriose et autres. Cela peut aussi faire baisser notre cortisol, soit une des causes de déséquilibres hormonaux que je vois le plus au quotidien. Les orgasmes favorisent notre élan vital !

__________

Vous pouvez en apprendre davantage sur Nicole Ohebshalom en allant sur son site ici ou en la suivant sur Instagram ici !

2 comments

Ajouter le votre
  • I can’t believe it ! The word « heart » is never said ! The energy of love makes the difference to have one orgasm. There are so many different. And I am surprised : the masculin organ « prostate » is inside and absolutely needed when men want to have sexual relationship. Otherwise the explanation is very interesting. The neurotransmitters are so important and it’s very helpful to know how it works.

  • Great article! I really needed it today! The Universe send it to me through you. Thank you! I really love your content it’s inspiration now that I’m starting 2 blogs.
    http://www.illariic.com & http://www.shewearsmalbec.com
    Reading you is my way to practice my french… hope next comment I can do it in french.

From the Archives

Paris, je t'aime
  • Paris, je t'aime
  • This or That
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
Studio Visit / Petites Luxures

Studio Visit / Petites Luxures

À la Française

À la Française

Lift Off! A PFW Recap

Lift Off! A PFW Recap

A True Home: Edwina’s Charming Interior

A True Home: Edwina’s Charming Interior

Emmanuel’s Paris Apartment

Emmanuel’s Paris Apartment

Chez Moynat

Chez Moynat

camille charriere cozy days paris garance dore photos

So Cozy!

megan bowman gray hero paris restaurant interiors garance dore photos

At Hero

baylee zwart le meurice paris le soir evening night garance dore photos

Le Soir