lifestyle_things_ive_learned_brie_noel_taylor_atelier_dore_1

Things I Learned in Silicon Valley

6 months ago by

Photos Kyle Peters

J’ai grandi entourée de femmes : dans ma famille, il n’y avait que des femmes (moi, ma mère et mes sœurs), et j’ai fréquenté une petite école de filles de la campagne anglaise.

Moins de 10 années plus tard, je bossais dans la Silicon Valley, à gérer certaines des politiques produit les plus délicates de Facebook. Bien sûr, il y avait plein de femmes fortes et douées dans la Silicon Valley, mais ça restait un milieu très largement dominé par les hommes. J’ai dû réapprendre à utiliser ma voix, à diriger dans un secteur qui avait adopté des méthodes de travail et de communication habituellement masculines, tout ça sans sacrifier la force que m’apportait le fait d’être une femme.

Voici quelques-unes des choses importantes que j’en ai tiré.

1. Tout le monde fait caca

Je me suis toujours dit qu’une fois que je serais à la tête d’une grande société prestigieuse, tout coulerait de source. Mes réunions auraient un ordre du jour clairement défini. Les délais seraient tous respectés. Il n’y aurait plus de raté. Et pourtant, quand j’ai commencé au sein de la direction de certaines des boîtes de technologie les plus influentes, tout le monde m’a paru incroyablement humain. Les gens faisaient des erreurs, se laissaient déborder, oubliaient des choses. “Evidemment”, m’a rétorqué mon meilleur ami quand je lui en ai parlé. “On est tous humains. Tout le monde fait caca.”

J’ai adoré cette façon de dire les choses, et je me le remémore régulièrement. Finalement, tout le monde est humain, et l’erreur est humaine. Il ne faut pas idéaliser la perfection chez les autres, mais savoir pardonner les erreurs que l’on est tous amenés à faire, inévitablement. Et pour conclure : quel que soit le prestige d’un poste, on va tous aux toilettes.

2. Réussir n’est pas une honte

C’est un peu ridicule, mais au même titre que je me sentais tout le temps obligée de faire mes preuves en tant que femme dans la Silicon Valley, j’étais aussi constamment en train de minimiser mes réussites. Je me souviens d’une réunion mensuelle, au cours de laquelle chaque membre de mon équipe partageait avec les autres sa progression sur les projets du mois. Je me suis prise à frénétiquement supprimer la rubrique ‘les objectifs que j’ai remplis haut la main ce mois-ci’ de ma présentation, parce que le collègue qui intervenait juste avant moi en avait rempli beaucoup moins et que je ne voulais pas lui faire de l’ombre.

D’où est-ce que ça vient ? J’imagine que ce sont de vieux réflexes patriarcaux qui font que je ne voulais pas paraître intimidante, arrogante ou désagréable. En tout cas, c’est complètement idiot, et il fallait que ça cesse. On a le droit d’être doué dans ce qu’on fait. Et on a le droit d’être fier de ça. J’ai eu du mal à l’intégrer, et j’ai encore du mal à dire que je suis « douée » pour certaines choses, mais c’est vraiment hyper important de savoir s’affirmer. Personne ne pourra le faire à notre place.

3. Dire non et l’assumer

Dire non, c’est une chose. Mais le dire sans avoir honte et se sentir obligée de compenser en se forçant à accomplir une autre tâche épuisante, c’en est une autre. Moi, j’étais du genre à absolument vouloir faire plaisir aux autres et avant d’apprendre à dire : “Non”, c’est moi qui prenais des notes pour l’équipe, qui rédigeais la Newsletter, qui restais tard le soir, qui gérais les urgences pendant le WE. Dire non (et l’assumer !) aux bons moments, permet de garder son énergie pour du travail plus stratégique.

4. Si ça ne vous plaît pas, alors ce n’est pas fait pour vous

Dans votre boîte, il y des snacks gratuits, des espaces de sieste, une déco sympa, une salle de jeux vidéo…. Et pourtant, vous ne vous y plaisez pas. C’est que le problème vient de vous, non ? Ne pas se sentir épanouie dans une boîte pourtant désignée comme meilleur lieu de travail vous fait passer pour une enfant gâtée et ingrate. Mais au final, si quelque chose ne vous convient pas, c’est ce qui compte. Peu importe ce que les autres en pensent, c’est vous qui partez travailler tous les jours.

5. Il n’y a pas que le travail dans la vie

Je suis intrinsèquement carriériste. En cas de dilemme dans ma vie, je privilégie toujours le travail. Une fois, je suis sortie avec un mec qui m’a lancé “Moi, je bosse pour financer mes loisirs”. Je l’ai dévisagé, décontenancée. Après avoir passé cinq ans à me tuer au travail, à passer quatre heures dans les transports chaque jour pour aller bosser, à assister à toutes les réunions, je me suis rendu compte que je ne pouvais pas m’épanouir exclusivement par le travail. C’est génial d’avoir une carrière épanouissante, mais il est aussi important d’avoir des espaces de détente, de loisirs, de cultiver des relations humaines.

S’il y a une chose que vous devez retenir de ce topo, c’est celle-ci.

_________________________

Brie Noel Taylor has been a long reader of the site and reached out to us asking if we were hiring freelancers. Her thorough pitches and can do attitude drove me to meet for coffee. She’s since left Facebook and you can find more about her current work here and here.

17 comments

Ajouter le votre
  • Thank you for sharing your wisdom with us Brie! I loved your insights. x

  • Wonderful thoughts. So hard sometimes to follow through on these points but ultimately, advice that is necessary to navigate work and life. We tend to not want to shine but that is what make us successful.

  • There was a nice article in Vogue about Margaret Atwood talking ambition at Tory Burch’s foundation. When Margaret Atwood started writing, she was asked « Do men like you? » and « How do you find time to do the housework? » and Tory Burch was once asked by a journalist « Are you ambitious? », a question seldom asked to men.

  • Real women like Brie are the reason why I return back to Atelier Doré again and again. Love reading their stories. Thanks for sharing your insights!

  • Thanks, great post!

  • Je suis ambitieuse dans mon travail et très exigeante, mais ce que j’ai aussi appris, c’est que si demain ma vie devait s’arrêter, je ne passerais pas mes derniers moments au boulot et je m’en ficherais complètement…en résumé, ce n’est pas ce qui compte le plus. Si j’étais amené à devoir faire le point sur ce qui est gratifiant ce ne serait pas le travail en soit, sinon le fruit du travail et des relations humaines…En plus on a tout a fait le droit de n’avoir pas d’ambitions professionnelles.

  • I’m one of the few men who read and comment
    regularly on this site . I have always worked in environments that were mainly women and the opposite does not exist. My voice was always respected. However I did notice women we’re unkind to each other .
    The answer lies in the modeling of the upper level in any organization. I’m excited to see these things changing as the work place becomes more balanced in the amount of women in high positions. Bring it on I will always work for and with women .
    Jandrew
    Dress The Part
    http://www.jandrewspeaks.com

  • Danielle korneliussen 29 avril 2018, 8:23 / Répondre

    This was a short and concise read, Brie. Your list seemed really clear… I was glad for your sake that your list was not too long and circuitous.
    Now, about that EVERYONE POOPS idea! Check out your local bookshop for a kids book written/Illustrated by Japanese author Taro Gomi. I sold a ton of this charming book back in the Stone Age whe I owned a Children’s book shop. This will take you through some slippery roads ahead… And you will smile and laugh instead of parking your fanny in front of the freezer filled with slightly aging boxes of ice cream on a tough day at work.

  • I love this article! I truly believe that feminism is also about finding out about how to fit in and find your place in a world that traditionally was led by men, without loosing yourself or destroying everything.

  • Jennifer Holiday Quinn 29 avril 2018, 3:32 / Répondre

    Your article was great and your artwork is so gorgeous! Thank you for the inspiration and beauty.

  • Ah I loved this post! I’m a women working in the tech industry too – I really related to this, and Brie your advice was on point! Cheers :)

  • Please, more like this. I’ve never commented before, but I needed this so much today. I want to hear more from Brie about working in male-dominated environments. It feels like there is so little writing out there for the perceived mundane yet complex realities of corporate leadership, where there are SO FEW WOMEN. Especially in tech- it’s lonely! Thank you for this wonderful piece!!!

  • What I need to read on a Monday. Thank you!

  • I really liked this :) Go Brie! X

  • Jacqueline 1 mai 2018, 11:02 / Répondre

    I don’t think that being a “career woman down to the marrow” is necessarily a virtuous thing….historically there are many women with this mantra who have made life difficult, if not unbearable, for other women in the workplace. Jealousy, competitiveness, and general mean spirited behaviors exist amongst women in the workplace stemming from one dimensional types who have based all of their self worth on a job.

  • One of the most beautiful things I’ve read, and happy to read you have freelance opportunities. The minimizing the success part is so interesting, a lot of us women need to unlearn that!

  • Loved this! I live and work in SV and I totally get everything you mentioned. Thanks Brie!

From the Archives

London Town
  • London Town
  • Happy Holidays!
  • #AtelierDoréDoes
  • How To...
  • Things I Learned
  • Three looks
5 Carlos Place

5 Carlos Place

A CREATIVE HUB IN LONDON

A CREATIVE HUB IN LONDON

caroline issa asia typek garance dore photo

Caroline Issa’s London

sketch restaurant london regent street interiors garance dore photos

At Sketch

anya hindmarch studio london garance dore photos

At Anya’s Studio

sheherazade goldsmith style story garance dore photos

Style Story / Sheherazade

Anya Hindmarch Spring 2015 Handbag

Stuck On You

Sandra Semburg Ji Hye Park London Street Style Photo

The Suspenders

Pernille Teisbaek London Fashion Week Sandra Semburg Photo

Long Sleeved