lifestyle_studio_visit_allied_maker_atelier_dore_1

Studio Visit / Allied Maker

4 months ago by

Je crois que parmi tout le contenu du site, nos Studio Visits ont ma préférence, tout du moins pour leur préparation. J’ai l’opportunité de jeter un œil aux coulisses de certaines marques et d’assister au processus de création et de fabrication de certains objets. Aujourd’hui, on poursuit nos explorations avec Allied Maker, un atelier de création et production de luminaires créé par un couple, Ryden et Lanette. Leurs collections sont élégantes, sublimes et privilégient un design sensible. Un peu à l’image du couple qui nous a accueillies, Pia et moi, dans leur espace de production et création, nous ont régalées des meilleurs bagels qu’on ait jamais dégustés, nous ont appris à faire du café avec un siphon, et ne nous ont pas laissées repartir sans le café préféré de Lanette, Graffeo, qu’elle se fait envoyer depuis San Francisco. Tous deux font en sorte de s’entourer de choses qu’ils aiment, il est donc assez logique que leurs lampes représentent un peu plus qu’une manière de s’éclairer.

Allied Maker Atelier Dore

Allied Maker Atelier Dore

Allied Maker Atelier Dore

Ryden, ce nom d’Allied Maker vient de l’idée que tu as eue de constituer un collectif qui s’engagerait à créer deux objets à vendre par semaine. Puis en voyant que tu étais le seul à respecter cet engagement, tu as persévéré, seul. Qu’est-ce qui t’a poussé à reprendre le garage de tes parents pour y fabriquer des luminaires ?

Sans vraiment que je m’en rende compte, le design de luminaires était assez logique, vu mon background. J’ai passé toute mon enfance dans l’atelier de bijouterie de mon père, ça m’a permis de me familiariser avec les matériaux, le travail artisanal. Les luminaires sont souvent considérés comme les bijoux de la déco. Mon passage par une école d’art m’a donné envie de sculpter, et finalement, je sculpte la lumière. Mon programme s’articulait autour de la notion de fonctionnalité, mais avec suffisamment de liberté pour pouvoir explorer des façons inattendues de penser les objets. Quand j’ai repris le garage au départ, je voulais juste être libre de pouvoir créer. Je voulais avoir mon atelier et pouvoir donner vie à mes objets.

Peux-tu nous dire pourquoi tu considères le laiton comme le métal parfait et pourquoi tu privilégies son utilisation dans tes créations ?

Le laiton est le matériau parfait parce qu’il est malléable, et qu’il offre une finition magnifique en surface. On peut facilement lui donner d’autres formes, et pourtant, c’est un métal suffisamment solide pour maintenir ensemble un assemblage de pièces. Lorsqu’il est illuminé, il prend aussi une teinte chaleureuse. Notre aspect préféré du laiton, c’est la finition. C’est le cuivre présent dans le laiton qui permet de créer ces magnifiques patines comme la finition Blackened Brass. Si je suis aussi féru de nos finitions, c’est parce chacune s’adapte à son environnement, le rendu est différent dans chaque maison. Nos finitions laiton foncent avec le temps, tandis que les finitions noircies peuvent s’estomper si la lampe est par exemple posée à proximité d’une fenêtre. Une finition en laiton brut va permettre à la lampe de se patiner naturellement en fonction de la pièce dans laquelle elle est installée, et je trouve ça très authentique. Un peu comme pour un jean ou un sac en cuir qu’on adore.

Allied Maker Atelier Dore

Allied Maker Atelier Dore

En visitant l’atelier et en observant tous ces employés qui donnent vie à ces objets avec leurs mains, je me suis vraiment rendu compte de tout le travail physique et personnel demandé par ces objets… et aussi pourquoi une lettre manuscrite aura toujours plus de saveur qu’une lettre tapée à l’ordinateur. Quelle est la première chose que tu te souviens d’avoir fait de tes mains ?

La cuisine et la musique. C’est un peu la même idée : créer quelque chose d’unique et agréable qui aura un impact sur un moment, une expérience personnelle. Faire quelque chose de simple ou de compliqué, c’est pareil. Parfois, on est inspiré et cette idée imprègne chaque ingrédient, chaque note. Parfois, on tente quelque chose qui ne fonctionne pas. Mais en fin de compte, c’est faire des essais, se tromper, recommencer, qui permet de forger quelque chose d’exceptionnel qui aura un impact… ne serait-ce que sur une personne. La création, c’est ça : ça change la trame de ce qui existe.

Comment trouves-tu un équilibre entre la partie production et la partie création ? Ton cerveau se partage-t-il entre ces deux univers ou est-ce que tu fais en fonction des priorités du moment ?

Créer un objet pour notre atelier, c’est bien plus que trouver une simple idée. Il faut concevoir et tester les matériaux. Créer des prototypes et s’assurer que les différents éléments fonctionnent bien ensemble. Quand tous les éléments fonctionnent, la coordination en vue de la production semble finalement assez simple. Quand on arrive vraiment à communiquer ce qu’on veut à notre équipe, ça peut aller très vite. La croissance de la boîte et l’inspiration en vue de nouveaux projets se développent en parallèle. On trouve nos meilleures idées – que ce soit pour de nouvelles pièces ou développer l’atelier – pendant nos voyages, quand on échange avec d’autres designers et qu’on prend le temps de réfléchir à notre vision idéale de l’Atelier.

Allied Maker Atelier Dore

Allied Maker Atelier Dore

Allied Maker Atelier Dore

On a abordé la façon dont Instagram vous a permis de lancer votre marque, votre entreprise…. surtout quand vous avez figuré sur la page d’accueil d’Instagram en tant que « designer à suivre ». Tu peux nous dire comment vous avez capitalisé sur la technologie pour tisser un réseau de clients ?

Pour Instagram, ça a commencé assez simplement… j’ai juste partagé l’histoire de notre processus de création avec des photos. Au départ, j’ai mis pas mal photos des débuts de l’Atelier. Je voulais illustrer tout ce qui tourne autour de la création, les gens s’enthousiasmaient de voir Allied Maker se développer. Mes followers étaient d’autres artisans créateurs, j‘ai eu le sentiment de faire partie d’une communauté qui me soutenait. Avec le temps, des décorateurs d’intérieur et architectes ont aussi commencé à me suivre. Les gens adoraient pouvoir identifier la provenance d’un produit, la manière dont il était fait. On a développé un super réseau de designers contemporains qui nous suivent pour voir où on en est. Ils s’inspirent des matériaux qu’on utilise pour rester à l’avant-garde dans leurs créations. On produit énormément de pièces, variées, et donc c’est génial de pouvoir utiliser cette plateforme comme outil marketing. C’est à la fois notre newsletter, notre catalogue. On peut aussi voir comment les gens réagissent à tel ou tel produit, et s’adapter en temps réel.

Tu disais que chacune de vos collections partageait un trait commun qu’on retrouve dans ses composants et son design. Qu’est-ce qui vous inspire pour raconter l’histoire d’une collection ? Y a-t-il une pièce ou une collection qui a été inspirée par quelque chose d’inattendu ?

Notre atelier crée des luminaires, on expérimente de nouvelles idées, on essaie d’innover en permanence. L’inspiration provient souvent des formes géométriques qui s’inscrivent dans notre processus de fabrication : un cône ou un arc en métal. Les assembler peut donner un résultat intéressant. Une conception méticuleuse, une finition artistique, un travail artisanal d’excellence, le tout documenté de façon esthétique. Et voilà, vous avez une pièce Allied Maker. Cela dit, certaines pièces sont simplement nées à l’atelier, à partir d’essais, alors que d’autres vont être inspirées par des lieux, des besoins, des idées.

Allied Maker Atelier Dore

Tu as un fils de deux ans, quelle est la première chose que tu as envie de lui apprendre à créer ?

On a envie de voir ce qui l’intéresse lui et l’aider à s’épanouir dans ce qu’il aime. Ce sera intéressant d’observer dans quelle mesure il aura été inspiré par l’expérience Allied Maker, mais également de voir comment ses propres goûts influencent Allied Maker à l’avenir. C’est une question à laquelle il est difficile de répondre : il y a forcément la réponse logique, c’est-à-dire celle qui suit la progression et l’expérience. Mais la progression sera peut-être différente parce que dans un ou deux ans, il sera intéressé par des matériaux qui auront un impact sur nos choix, on décidera peut-être de lui enseigner telle ou telle technique en fonction de ses goûts.

5 comments

Ajouter le votre

From the Archives

#AtelierDoréDoes
  • #AtelierDoréDoes
  • Happy Holidays!
  • How To...
  • Things I Learned
  • Three looks
  • Career Stories
Come Join us in Chile!

Come Join us in Chile!

The Art of Self Discovery

The Art of Self Discovery

A Week in Marrakech

A Week in Marrakech

Style Story / Jamie Pelayo

Style Story / Jamie Pelayo

How To / Tell A Story

How To / Tell A Story

Rituals at the Hammam

Rituals at the Hammam

Georgia on the Go

Georgia on the Go

Morgane Sezalory: A Freedom Inside

Morgane Sezalory: A Freedom Inside