pardon_my_french_joseph_altuzara_garance_dore_atelier_dore_1

Success in Style: Joseph Altuzarra

7 days ago by

In Partnership With MATCHESFASHION.COM

Je suis toujours hyper impressionnée par les gens qui arrivent à pérenniser un succès fulgurant. Et puis j’ai toujours ressenti quelque chose de particulier pour Joseph Altuzarra. Pas simplement parce qu’il est français et adorable, mais aussi parce que ses créations ne parlent pas qu’aux initiés, elles sont pour toutes les femmes, de tous les âges.

Du coup, j’ai été hyper contente de pouvoir discuter avec lui à la soirée organisée par MATCHES à l’occasion des 30 ans de MATCHESFASHION.COM, à New York. C’était un moment passionnant, avec plein de gens fabuleux. Merci à MATCHES FASHION et sa super équipe pour sa précieuse collaboration et sa délicatesse dans l’organisation de cette rencontre ! Maintenant, je laisse la parole à Joseph !

podcast cover

Success in Style: Joseph Altuzarra

Pardon My French with Garance Doré
Success in Style: Joseph Altuzarra

00:00
00:00

pardon my french joseph altuzarra photo

Success in Style: Joseph Altuzarra

Sur la façon dont il s’habillait quand il était ado…
Je ne le dirai jamais assez. Ado, j’étais un vrai nerd. Je me sentais très différent des autres, je n’étais pas très bien dans ma peau. Je n’ai pas été un lycéen très heureux, et je crois qu’à un moment, je me suis dit que les vêtements pouvaient changer tout ça. J’avais déjà perçu le pouvoir sublimateur des habits… qui ne marchait pas vraiment sur moi. En fait, je portais déjà à peu près ce que je porte aujourd’hui. Mon style n’a pas beaucoup évolué depuis le lycée.

Ce job dans une agence de mannequins qui lui a permis de comprendre que la mode n’était pas frivole…
En fait, ça m’a permis de comprendre que la mode était un business. Une fois que j’ai saisi ça, que j’ai perçu cette sphère avec les rédacteurs, les RP, le retail… Tout ça m’a donné envie de travailler dans ce secteur.

A propos de son stage chez Marc Jacobs…
J’étais à la fac et je n’avais pas encore été diplômé. J’ai envoyé mon CV à pas mal de monde. J’ai reçu un appel de chez Marc Jacobs, ils avaient besoin de quelqu’un tout de suite, j’étais disponible, donc ils m’ont embauché. Après, je me suis rendu compte qu’ils classaient les CV qu’ils recevaient par ordre alphabétique. Heureusement, je m’appelle Altuzarra, je suis le premier qu’ils ont appelé !!

Travailler avec Riccardo Tisci…
J’ai rencontré Riccardo quand il était chez Givenchy, il cherchait un créateur. Rétrospectivement, j’ai eu beaucoup de chance qu’il me choisisse parce que j’étais très jeune, j’avais peu d’expérience et il m’a donné ma chance. J’ai commencé à travailler avec lui chez Givenchy. Ça a été une expérience merveilleuse, intense, et j’ai beaucoup appris, à la dure. Je crois que ma façon de penser et de travailler a été façonnée à ce moment-là.

pardon my french joseph altuzarra photo

pardon my french joseph altuzarra photo

pardon my french joseph altuzarra photo

Le dessin, constante artistique dans sa vie…
Depuis tout petit, j’ai toujours dessiné. Surtout des princesses. Il y a souvent un aspect mode dans mes dessins. Mon côté gay s’est aussi manifesté très tôt. Le dessin m’a toujours accompagné et m’accompagne encore aujourd’hui. Je pense 80 % de mon temps à dessiner, pour mon travail.

A propos de sa décision de lancer sa propre marque…
De manière très pragmatique, je me suis dit que j’étais encore relativement jeune, et que si ça ne marchait pas, ce ne serait pas la fin du monde. Je devais avoir 26 ou 27 ans, et comme j’avais l’énergie et la motivation, je me suis dit que c’était le bon moment !

Concernant les différences entre la France et l’Amérique dans la manière dont les femmes abordent la mode…
L’identité de la marque repose principalement sur cette double nationalité, française et américaine. Je pense que les françaises trouvent sexy d’aimer leur corps, quel qu’il soit. Et ça, c’est quelque chose de très important pour moi. La mode américaine est très pragmatique. C’est très compartimenté, il y a du sportswear, du workwear, … c’est ce mélange des deux cultures qui m’intéresse vraiment.

Sur l’importance de rester ouvert et à l’écoute quand on crée…
Dans la mode, on peut très vite se laisser enfermer… et oublier que les vêtements, au final, seront portés par d’autres. A Paris, je faisais très attention à cet aspect. Je voulais créer une marque, être à l’écoute et créatif, donner vie à une certaine vision, une silhouette, une idée chaque saison. Mais je voulais rester attentif, être capable d’aller en boutique discuter avec mes clientes, les femmes qui portent mes créations pour savoir ce qu’elles n’aimaient pas, ce qui n’est pas toujours évident à entendre, mais nécessaire.

Success in Style: Joseph Altuzarra
Success in Style: Joseph Altuzarra

Sur sa première rencontre avec Anna Wintour…
Je suis allé à Paris vendre ma collection. J’étais censé rencontrer Anna à mon retour. J’ai pris un vol Air France, toute ma collection de 15 ou 20 pièces était dans la même valise. On était lundi, je voyais Anna le mardi, et Air France a perdu mes bagages. Evidemment, j’étais en mode panique totale, parce que ma valise avait été oubliée quelque part à l’aéroport de Paris, impossible de la retrouver. J’ai dû appeler Anna, annuler mon rendez-vous avec elle, ce que j’ai fait la mort dans l’âme. Elle en a fixé un autre dix jours plus tard, et j’ai récupéré mes bagages entre temps. Mais sur le moment, j’étais là : « NOOOON ! »

A propos des tendances…
A un moment, il faut savoir ce qu’on fait vraiment, qui sont nos clientes, identifier ce qui oui ou non cadre avec son identité. Ça vaut pour tout le monde au quotidien mais aussi quand on a son entreprise.

Concernant sa décision de publier son mariage dans Vogue…
Vogue avait envie de le couvrir, notamment parce que c’était le premier mariage gay à apparaître dans Vogue. D’un point de vue sociétal, je trouvais que c’était très important. Je trouvais ça super qu’on puisse montrer ça. J’ai reçu plein d’adorables messages de jeunes gays, de tout le pays, qui étaient hyper contents de voir un mariage gay dans Vogue. Eux aussi pouvaient imaginer se marier un jour. Ça a vraiment suscité de belles réactions.

Concernant sa préparation pour sa nomination aux CFDA…
Je n’avais rien préparé la fois où j’ai gagné, et le lendemain, j’ai reçu un e-mail de quelqu’un me proposant les services d’une personne pour m’aider à préparer mon texte la prochaine fois. En gros, il me disait que mon speech avait été nul !

Success in Style: Joseph Altuzarra

Un grand merci à MATCHES FASHION qui a rendu cet enregistrement possible. Pour découvrir Altuzarra et suivre la marque, c’est par ici !

List of other things we discussed…
Gypsy Sport
Harry Potter Series, J.K. Rowling
Sies Marjan
CFDA

4 comments

Ajouter le votre

From the Archives

The Skin You're In
  • The Skin You're In
  • In her words
  • French Gurus
  • Wellness
  • 10 Years of the Site
  • Pardon My French
Flaws and All

Flaws and All

would you illustration garance dore

Would You?

beauty viva la bush sonia sieff garance dore photo

Vive le Bush!

Living Raw with Mimi Kirk

Living Raw with Mimi Kirk

Jaws

Jaws

Hands

Hands

Sun

Sun

Body Happy

Body Happy

Stranger Things

Stranger Things