pardon_my_french_garance_dore_richard_christiansen_atelier_dore_1

Richard Christiansen: Where Dragons Live

1 month ago by

Pardon My French est de retour ! Et pour lancer cette deuxième saison, je vous propose de faire la connaissance de Richard. Depuis que je le connais, j’ai toujours eu envie de savoir comment il arrive à faire bouger/à provoquer les choses. Richard est le fondateur d’une agence de créa géniale, Chandelier Creative, mais il est aussi bien plus que ça. J’ai l’impression qu’il est inventif et créatif jusque dans la façon de mener sa vie. Que ce soit ses excursions au pôle Nord, les maisons qu’il partage avec ses employés, ou les gens avec lesquels il choisit de travailler, il y a toujours une dose de nouveauté, d’inattendu, d’enthousiasme chez lui.

Aujourd’hui, Richard m’a accueillie dans sa nouvelle maison de Los Angeles, un véritable paradis. Comment en est-il arrivé là ? Ecoutons-le…

podcast cover

Richard Christiansen: Where Dragons Live

Pardon My French with Garance Doré
Richard Christiansen: Where Dragons Live

00:00
00:00

Croire au travail…
Mes parents croyaient qu’il fallait travailler dur pour réussir, et ils le démontraient au quotidien. J’ai beaucoup de respect pour les gens qui initient des choses. J’adore les gens qui ont monté leur boîte. Je pense que l’avenir appartient aux gens qui peuvent démarrer un moteur. A l’agence, j’aime beaucoup voir des gens qui ont déjà tenté des trucs, ou même qui ont échoué, mais que ça n’a pas découragé. J’ai beaucoup de respect pour eux.

Concernant la ferme familiale devenue attraction touristique…
C’était de la créativité débridée. A l’époque, j’étais au lycée, je m’en fichais un peu… mais je suis content, parce que ça m’a permis d’apprendre. A penser de manière créative et dynamique : « Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Comment on gagne de l’argent ? » Si je n’avais pas vécu cette expérience enfant, je ne serais pas directeur artistique aujourd’hui.

pardon_my_french_garance_dore_richard_christiansen_atelier_dore_2

pardon_my_french_garance_dore_richard_christiansen_atelier_dore_3_NEW

A propos de sa vocation…
J’ai toujours su comment je voulais me sentir… je voulais me sentir créatif tous les jours. Créer quelque chose tous les jours.

Le luxe d’un bon bain…
Au départ, j’ai vécu dans l’East Village avec une douzaine de personnes. J’ai vécu dans plusieurs appartements avec plein de colocs, souvent il n’y avait qu’une salle de bains. Je bossais dans des bars pour me faire de l’argent. J’économisais tous mes pourboires, et une fois par mois, je me prenais une chambre d’hôtel avec une baignoire, je me commandais un cheeseburger et je prenais un bain en regardant un film. Ça me semblait être d’un luxe inouï !

Ses idoles…
Walt Disney. Je l’adorais, pour moi, c’était quelqu’un qui avait créé son propre univers, selon ses goûts. Il a su monétiser sa passion, et créer tout un univers. J’aime aussi beaucoup Richard Branson. En ce moment, on travaille avec Virgin, c’était vraiment un rêve de gosse de pouvoir travailler avec lui, donc j’ai beaucoup de chance. J’ai beaucoup de respect pour les gens qui ont façonné leur histoire. Et les outsiders. Moi, je me suis toujours identifié à eux : je manquais de confiance en moi, j’étais complexé, je n’assumais pas mon côté créatif puisque je n’avais pas de formation. Je n’avais pas de réseau, et je crois que c’est pour ça que j’ai travaillé deux fois plus, pour pouvoir me sentir légitime.

Sur le besoin de sortir de sa zone de confort…
C’était un moment où la boîte s’était beaucoup développée, et c’est vrai que le fait de savoir qu’il y a de plus en plus de personnes qui dépendent de vous, qu’il faut aller se vendre, ça induit énormément de stress. J’étais vraiment épuisé. J’allais avoir 40 ans, et j’ai décidé qu’il fallait que je sorte de ma zone de confort. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de tenter l’ascension de l’Everest, puis de faire le Triangle d’or, à savoir l’Everest, le pôle Nord et le pôle Sud. Alors que je n’avais jamais mis les pieds dans une boutique Patagonia jusque-là !

Richard Christiansen: Where Dragons Live

Le besoin de rester centré, de faire dégonfler son ego…
Je n’oublierai jamais ce moment. J’ai cru que tout ce que j’avais fait jusque-là était raté. Parce que j’avais passé toute ma vie à essayer de faire toujours plus grand. Je voulais une grosse carrière, une grosse maison, avoir beaucoup d’influence, un nom qui claque. Et c’est là que je me suis rendu compte que c’était bien que je reste plus modeste. Je me suis allongé – et je sais que ça va paraître un peu fleur bleue -, mais je me suis dit : « Je fais partie de ce monde, de toutes ces étoiles, j’ai rencontré plein de gens qui gravissent cette montagne, qui ont leur propre histoire, sans doute plus intéressante que la mienne. » Jusque-là, j’avais été au centre de mon monde. C’est là que je me suis dit qu’il fallait que je fasse dégonfler on égo, que je reprenne un peu prise avec le réel, que je renoue avec un côté plus humain…

L’effet que l’Everest a eu sur lui…
Ce trip m’a pas mal secoué. J’ai décidé qu’en rentrant, je mettrais à profit mes connaissances pour faire ce en quoi je crois. Changer le monde, créer de la culture. C’est quelque chose que j’ai beaucoup dit, mais l’agence que j’ai créée, elle favorise l’expression, l’étincelle, les couleurs, l’amusement… mais on est aussi très concernés par l’environnement, la politique, les droits de l’homme. Il y a une dichotomie : on gagne notre argent sur une chose, et on dépense nos ressources sur une autre. En rentrant, j’avais envie de me consacrer davantage à cet aspect.

Sur les ressources du corps humain…
Je me suis beaucoup entraîné pour ce trip. Mais c’est intéressant, quand on écoute son corps, de voir ce dont il est capable. J’ai marché 12 heures par jour alors que jusque-là, j’avais passé 12 heures par jour devant mon bureau… donc le corps est flexible. Je n’ai jamais été aussi en forme qu’en redescendant de l’Everest… j’ai d’ailleurs pris beaucoup de selfies !!

De l’importance d’explorer ce qui est en marge…
Sur les vieilles cartes de pirates, il y a toujours un endroit où ça dit : « Attention, dragons ! », et c’est souvent un endroit du monde, inexploré, où des monstres ont vécu. C’est à cette partie du monde qu’il faut qu’on s’intéresse, maintenant. Quand ces cartes ont été établies, tout le monde pensait que la planète était plate, et ensuite, on s’est aperçu qu’elle était ronde. Sauf que le monde est à nouveau devenu plat, avec les réseaux sociaux. Tout est pareil, ça manque de relief. Tous les aéroports se ressemblent, avec leurs boutiques. Pareil pour les hôtels. C’est vraiment difficile de trouver de la singularité… Difficile de trouver cet endroit de la carte où des dragons se cachent.

Richard Christiansen: Where Dragons Live

On en a aussi parlé…

Walt Disney
Benetton
Jane Goodall
COLORS Magazine

Un grand merci à Richard qui nous a permis d’enregistrer chez Flamingo Estate à Los Angeles. Allez jeter un œil à Chandelier Creative et à leur compte Instagram!

25 comments

Ajouter le votre
  • I have missed this podcast so much. So excited you are back!!

  • Thank you for such an interesting interview. Richard is someone most of us would never have heard of, yet he has so much to admire and inspire.
    BTW, how can I get you on Stitcher? Or is there another non-Apple podcast app that carries you and that allows me to download for off-line listening?

  • Je me souviens, c’est là (Mermaids ranch) où tu as emmené ton équipe l’an dernier. Et tu étais fascinée par son évolution et ce qui se tramait à L.A avec la permaculture etc … Heureusement qu’il y a des gens comme vous, qui habitent leurs rêves et les réalisent. c’est tellement régénérateur de savoir que vous existez. Mon rêve est d’aller au pays du Dragon, le Bhoutan !

  • Oh…my…god. Thank you! This is such a perfect timing and subject to me!

  • what a beautiful interview, we are all so glad PMF is back <3

  • I dissected this interview, with bullet points and all, so many crucial concepts. His own story makes me think and reflect on my own creative journey and makes me want to get out there and kill it! Thank you both, Richard and Garance!

    Mercedes
    @maisoncorazon

  • I’m so excited PMF is back. Been waiting a long time for a new episode. I love your outfit by the way!

  • Such an inspiring interview! I hope you don’t mind but I am pretending he was speaking directly to me and cheering me on my own efforts to grow my blog and business.

    Cheers,
    xo
    http://www.luxeodette.com/

  • That last answer is solid gold.

  • What a great interview. What a great friend .This interview helps to remind us all about being small . The Tao of Jandrew says small is small is small , what is small , it contains judgement to be small , let’s just be big or small . No judgements
    Jandrew
    Dress The Part
    http://www.jandrewspeaks.com

  • Loved your interview with Richard. He is really inspiring and makes you think what really matters in life.
    You two seem to really connect. I look forward to hear more conversations with you. Merci

  • Je suis contente que PMF est rentré. C’est un interview brillant. J’aime bien cette post

  • It would be so nice to see more pictures about how people live. This is always so inspiering.
    Rooms, furniture, fabrics and the character whom lives in. I wish you would show more of this :)

  • Oh, we couldn’t go to Richard’s Flamingo Estate and not take pictures. Coming soon :) In the meantime… have you seen his Art of Life story we published last year? x

  • Myriam Traore 19 septembre 2017, 12:59 / Répondre

    Richard, Africa is not a country. It’s a continent with 53 countries! I enjoyed listening to your insights until you kept repeating « im going to Africa »…. how difficult is it to simply state the country (countries) you are going to?
    It’s tiring to hear westerners refer to Africa as if it were that remote tiny piece of land out there in the universe.
    You are well traveled, you have been exposed to diversity. Don’t make that faux pas of referring to our continent as one country.

  • good interview. Some great aspects even. But that tension between serving a firm that pushes sugar at developing nations and then going to that nation to serve the natives is old. It is called hypocricy. You serve a company that you know is making people sick. It may even be called being blind with open eyes. It’s like people promote fast fashion companies, like Zara, and old navy knowing they are running sweat shops.

  • This might be my favourite PMF yet…after Esther Perel. Your conversation is empowering, yet has so much vulnerability and humanness and raw honesty.

  • Great PMF
    The best is the luxury of a bath! What a soul to know true luxury and take the time and effort to truly enjoy – for me this epitomises luxury (a word used very loosely these days)

  • I LOVE THIS EPISODE!!!

    I forgot how many times i hit the rewind button just to keep on listening to that « here be dragons » part. And also how he discussed about going back to being small. It is so relatable and downright inspiring.

    I look forward to hearing more episodes like this one Garance!

  • Stay small – my new mantra! I Thanks for that! LOVED listening to you two. Maybe you offer a retreat together one day? Would love to book it. Have a lovely day in the future (LA), best, Steffi

  • So happy pardon my french is back! And this episode was sooo inspiring! Especially about monitizing your purpose in life; it was refreshing as many people claim to be idealist and don’t care about money.. (or people that don’t care about ideals and only about money) which holds back so many people that want to go after their their dreams and purpose but simply cannot take care after themselves (and there loved ones) without any income. You really can have both

  • Such a great and motivating conversation and the energy coming from Richard. I can feel his burning fire. I miss it a lot cause I simply don’t allow or trust my fire to go big. Thx a lot. I always look forward to your PMF episodes. This kind of information is not available anywhere else.

  • Yay it’s back! Garance, I have truly missed this. These were (and now are!) a part of my weekly routine! Thank you!

  • So glad you’re back!!! Fantastic, inspiring interview!! Thank you x

  • Priscilla Saravia 5 octobre 2017, 11:17 / Répondre

    What a wonderful podcast! It makes me ponder on other aspects of my life.I love this and Violette’s podcast as well. :)

From the Archives

New York Street Style
  • New York Street Style
  • Three looks
  • Career Stories
  • Morocco!
  • Only the Essentials
  • Style stories
fashion street style madelynn furlong atelier

Madelynn at The James

Do You Uniform?

Do You Uniform?

Elegant Alice

Elegant Alice

Modern Femme

Modern Femme

Something Old, Something New

Something Old, Something New

fashion sissy atelier dore photo

A Coffee Break with Sissy

fashion street style alyssa coscarelli atelier dore photo

Alyssa in the City

fashion street style ally walsh atelier dore photo

Ally in New York

fashion street style anahita moussavian atelier dore photo

Reevaluating the Ruffles