love-style-life_garance-dore_2

In Her Words: Lauren Bastide

8 months ago by

Lauren est journaliste. Quand je l’ai rencontrée, elle travaillait au Elle Français. Elle a été l’une des premières à s’intéresser aux blogs, à trouver ça nouveau et fascinant. On a toujours beaucoup parlé ensemble des médias, de la presse, de notre rôle dans tout ça. C’est pour cela que quand elle m’a dit qu’elle allait devenir chroniqueuse pour l’émission la plus mythique de la télé française, je me suis dit que ça allait être intéressant, qu’elle pourrait apporter un point de vue nouveau et excitant au petit écran…

Un an plus tard, elle a un tout nouveau projet, une toute nouvelle perspective, et j’ai trouvé que c’était le moment parfait pour elle pour nous raconter son année dans le PAF…

________________

Lauren Bastide | Journaliste

Pendant un an, j’avais tous les soirs de la semaine ma tête à la télé, sur une grande chaîne française. C’est un truc qui aujourd’hui, quand je le dis, me semble encore bizarre et irréel. C’est une idée, d’ailleurs, qui me réveillait la nuit, l’été précédent ma « rentrée télé ». Je me revois en août 2015, dans mon petit hôtel à Tinos en Grèce, me redresser dans mon lit à deux heures du matin, avec des sueurs froides et les deux mains en éventail sur les joues (comme l’émoticone qui panique) : « Mais qu’est-ce qui m’a pris de dire oui ?! »

Ce qui m’avait pris, c’est qu’on m’avait fait cette proposition folle de devenir chroniqueuse au « Grand Journal » de Canal Plus. Tout le monde en France connaît cette émission, diffusée chaque soir à 19h depuis plus de dix ans. Cela faisait 10 ans que j’étais journaliste au ELLE. C’est long 10 ans. Et cette opportunité de faire un grand saut dans un grand bain complètement nouveau était trop belle, trop rare, pour la laisser filer. Mais quand même. Ma tronche. A la télé. En direct. TOUS LES SOIRS. Quelle idée !

Et puis je me suis retrouvée perchée sur un tabouret autour d’une grande table triangulaire avec plein de projecteurs éclairant ma figure. Chaque soir, face à moi, des gens qui, comme on dit, « font l’actualité ». Il y a eu des moments « WOW » comme l’émission spéciale Martin Scorsese, ou ce moment incroyable, pendant le sommet de la COP21 où dans la même semaine nous avons reçu deux de mes plus grandes héroïnes : Naomi Klein et Vandana Shiva. Il y a eu des moments « BOOOUH » comme cette émission où nous avons reçu un type qui proposait de former tous les Français à des techniques de commando en cas de nouvelles attaques terroristes (WTF). Chaque soir des polémiques, des petites phrases, surtout très petites, les phrases, parce qu’à la télé tout doit aller très vite et qu’on n’a pas trop de place pour la complexité. Moi, j’ai compris, très vite aussi, que, dans tout ça, je n’étais qu’une femme à la télévision. Que mon rôle était d’être le mieux habillée possible, aussi bien coiffée et maquillée que possible (les coiffeurs et maquilleurs de télévision sont des magiciens capables de me rendre lumineuse et fraiche même les jours où j’arrivais avec une énorme gueule de bois grippe), et surtout de sourire. Je m’étais mis en tête que peut-être, vue l’audience que j’avais, j’aurais la possibilité de changer un peu le monde, de passer des messages, notamment sur les droits des femmes. Mais non. Pas là. Pas le temps. Il fallait que je rigole aux blagues et que mes questions aillent surtout dans le sens de l’émission. Dans le sens de la télévision. Pour vous dire la vérité, je me suis beaucoup ennuyée, à la télé.

N’allez surtout pas croire qu’on m’arrêtait dans la rue pour faire des selfies. Ça n’arrivait jamais. Les gens, déjà, de nos jours, ne regardent plus la télé. Et puis à Paris, quand on croise une « célébrité », surtout une minuscule, on ne va pas lui taper sur l’épaule. Moi, par exemple, je vois tout le temps Marina Foïs au café en bas de chez moi. Bon bah je ne suis jamais allée lui dire que je l’avais trouvée super dans « Le Bal des Actrices » (alors que pourtant, c’est grave le cas ). Non, ma vie n’a pas changé, à part qu’un salaire confortable tombait sur mon compte chaque mois, que je ne voyais plus jamais mes enfants le soir et que tout le monde avait envie, dans les diners, que je raconte « comment c’était la télé ».

C’est drôle, parce que dans ma vie, j’ai fait pas mal de trucs chouettes. J’ai écrit un bouquin d’histoire sur les Rois de France quand j’étais étudiante (#funfact). J’ai écrit un tas d’articles passionnants dans le ELLE. J’ai même, à un moment, été nommée rédactrice en chef. Mais jamais, jamais on ne m’a autant congratulée que quand j’ai été prise à la télé. « Ohlala, mais c’est géniaaal! » C’est drôle, comme aux yeux de la société, être mise dans la lumière est perçu comme un accomplissement. Au fond de moi, c’était le vide, pourtant. Plus on m’étalait des couches de poudre sur le visage, plus je me sentais creuse et inutile.

Et puis un jour, l’étincelle est revenue. Je n’avais pas la place de parler, alors j’allais me la créer, la place. Un podcast. J’allais créer mon podcast. Un podcast où je recevrais des femmes, uniquement des femmes que j’admire, et où j’allais leur poser toutes les questions qui m’ont toujours animée : Comment sont-elles devenues femmes ? Comment habitent-elles leur corps de femme ? Qu’ont-elles dans le ventre et dans la tête ? Sont-elles féministes ? Et comment le sont-elles ? S’entendent-elles bien avec leur utérus ? (oui j’ai une petite obsession pour l’utérus). J’allais passer un message à celles qui m’écouteraient. On s’en fout d’où tu es née, on s’en fout que tu sois pourvue d’un vagin : tu peux être qui tu veux. Et surtout, on s’en fout de la lumière, d’avoir le nez bien poudré et le blond bien frais. La voix. C’est la voix qui compte, qui porte, et qui change le monde.

Dès l’instant où mon projet de podcast a commencé à germer dans mon esprit, mes joues sont redevenues roses. J’ai retrouvé une énergie dingue. J’ai eu le sentiment de pouvoir tout faire. Tiens d’ailleurs, je me sentais creuse ? Alors j’allais me remplir. Et je me suis mis en tête de reprendre mes études, et de m’inscrire en Master de Gender Studies à l’Université Paris 8. Le soir, je souriais sous les couches de poudre et les projecteurs. La nuit, je remplissais des dossiers d’inscription en ligne et je cherchais des sponsors pour mon podcast, que, du coup, j’appellerais « La Poudre », parce qu’elle est cosmétique et corrosive, légère et sulfureuse, féminine et explosive (un peu comme moi, ouais, je sais, merci).

Aujourd’hui, un an et trois mois après mes premiers pas à la télévision, je me sens fière, puissante et pleinement épanouie. Nan, je rigole. Je suis débordée, je ne vois toujours pas assez mes enfants, je ne gagne plus un sou et je ne fais pas la maline quand je dois rendre une fiche de lecture pour la fac sur la « Standpoint Theory » de la philosophe féministe américaine Sandra Harding (ne me questionnez pas, j’en suis encore à me débattre avec le deuxième paragraphe). Mais putain que c’est bon d’être son propre chef et de mettre du putain de sens dans ce qu’on fait, bordel ! (pardonnez mon français).

Les gens qui autrefois me disait « WAHOU à la télé génial!! » me disent maintenant : « euh… un podcast ? T’es sûre ? » Oui, je suis sûre que la révolution podcast – que vous lecteurs de Garance Doré, avez déjà expérimenté grâce à Pardon My French – est sur le point d’arriver en France. D’ailleurs, avec Julien, mon associé – oui, car j’ai un associé, ce qui est ultra-classe, vous en conviendrez – on a monté un studio qui s’appelle « Nouvelles Écoutes » et qui s’apprête à produire les podcasts les plus cool que la France ait jamais connu (même, si je vous l’accorde, elle en a connus peu). En attendant, abonnez-vous à La Poudre et dites-moi ce que vous en pensez. Scoop : Dans quelques semaines, vous pourrez y entendre la douce voix – en français – de l’adorée Garance Doré. Que je remercie du fond du coeur, puisque je suis là, pour son soutien précieux et inconditionnel à chacune des étapes de ce récit. Car tout ceci, sans ami(e)s, je ne l’aurais jamais accompli.

Abonnez-vous au nouveau podcast de Lauren, La Poudre, sur iTunes ! | Nouvelles Ecoutes | @laurenbastide | @nouvellesecoutes

29 comments

Ajouter le votre
  • Lauren Bancale 14 novembre 2016, 9:27 / Répondre

    Bonheur et podcast powaaa! Wish you all the success, audience, guests you deserve, Lauren!

  • Bravo et bon vent ! Votre générique est génial, intelligent et pétillant :) Vivement le 1er décembre!

  • mademoiselle mauve 14 novembre 2016, 10:04 / Répondre

    il faut dire que Lauren est arrivée dans l’émission quand celle-ci n’était plus au top. ça a été dur notamment pour sa présentatrice principale. du coup cela n’a pas eu le même impact que dans les années précédentes. je trouve aussi, même si je comprends bien le fait d’avoir accepté un tel enjeu (ça reste une sacrée expérience), que Lauren n’était pas tellement à sa place. je la sentais éclipsée par d’autres chroniqueurs à l’aura télévisuel plus fort, comme le gars littéraire. je pense qu’elle est davantage une fille de l’écrit (ou du moins, principalement). en tout cas je salue sa volonté d’orienter son énergie vers d’autres univers. du talent, elle en a ! go Lauren, go!

  • Wow « La Poudre » … d’escampette, explosive, j’adore ce titre ! Bon je regardais parfois à la tv et je me disais « Mais qu’est-ce qu’elle fait là ? » genre elle a sorti « une » phrase ou deux A la fin plus rien ! Donc vive la poudre d’escampette et bravo pour le retour aux sources !

  • Bien! Bonne chance

  • En fait je me demande si on est dans une société de l’écoute, on est plutôt passé à l’heure de l’ego, non ? Tout ce temps passé sur les réseaux sociaux, pfff… misère ! Quand à la télé, elle nivèle par le bas et cherche le buzz/audience à tout pris. . Pour le reste, on pioche à droite à gauche sans surprise, puisqu’on va chercher ce qui à priori nous intéresse, alors que ce qui est vraiment intéressant, c’est de se faire surprendre,, d’être ému, par des récits inattendus. L’idée des postcast c’est cool, mais est ce que les gens ont le temps pour ça ? Moi par exemple, je n’écoute pas ceux de Garance (pas le temps). J’ai bien peur que si on ne fait pas un « casse » chez les gens, il y a de grande chance pour que la vacuité s’installe durablement. Seuls les plus érudits chercheront à comprendre et à continuer d’apprendre. Le fossé va se creuser de plus en plus. Mais faut y croire, bravo !

  • mademoiselle mauve 15 novembre 2016, 1:59

    les podcats c’est génial pour les tâches telles que le repassage ou la cuisine ! :)

  • Je suis définitivement une très grande fan de cette femme.
    Je ne l’ai pas découverte dans l’émission LGJ, sur laquelle j’ai fait une croix après le départ de Denisot, mais je la trouve très touchante et vraie. J’ai hâte d’écouter les 1er podcast.

  • Je ne la connais pas mais je ne vis plus en France depuis plusieurs decades, alors…… Un podcast intitule La Poudre ! Cela incite a la curiosite et a la decouverte. Bonne chance pour cette nouvelle orientation.

  • It is very inspiring to hear about women who are going after their dreams! I’ve subscribed to your podcast Lauren, thanks for sharing your story.

  • Merci de partager cette expérience ! C’est super enthousiasmant et ça me donne envie de choisir aussi de faire des trucs intéressants de ma vie haha ! Bravo pour avoir eu le courage de dire non au joli salaire et au rôle de femme figuration.. Puisque que je suis française, habituée de la radio ET féministe je m’en vais écouter ton podcast sur le champ… (je regrette un peu de devoir installer Itunes quand même).
    Merci encore de nous montrer que vagin et poudre ne vont ps (forcément) de pair ! ;) Tout mes encouragements !

  • Un nouveau podcast à suivre, super ! Je viens d’écouter la bande-annonce et je suis déjà fan. Hâte d’être au 1er décembre :)
    Bonne chance pour cette nouvelle aventure Lauren !

  • Quelle énergie, quelle volonté et quel parcours. Je dis bravo d’aller au bout de ses envies, de ses convictions et de ne pas se laisser griser par quelques paillettes…

  • Bravo Lauren, quel beau projet ! Il faut avoir le courage de faire les choses pour sa petite personne même si c’est moins glamour sur le papier (on s’en fou non?) et surtout pour s’aimer de nouveau soi-même. Hâte d’écouter tes podcasts !
    Ali
    http://www.alidifirenze.fr

  • Bravo Lauren, je trouve ce projet excitant et j’ai hâte d’entendre le 1er épisode! Cette idée est vraiment géniale et surtout quel sujet, pour la féministe que je suis, et qui peine à trouver des médias où l’on a une place juste, sans être un gadget. Il y a tellement de choses à partager sur le sujet, de raconter nos expériences, et même à un petit niveau ce qu’on peut subir comme humiliations. Cette bande-annonce m’a mis l’eau à la bouche! Bravo d’avoir osé et de continuer dans cette formidable aventure. Je serais au rendez-vous :)

  • Initiative géniale. On manque de podcasts en france et celui-ci parait extrêmement prometteur. J’en suis!
    Plus largement, bravo pour le courage, l’envie de donner du sens et l’énergie de le faire vraiment, et la folie libératrice d’aller contre le courant.

  • Joli nom La Poudre, hâte de voir ce que ça donne. Et bonne chance à Lauren pour ce beau projet !

  • C’est drôle ce qu’elle raconte. Elle a elle-même été victime des mêmes préjugés sur la tv que son entourage. Quand on lui a proposé une chronique tv (après 10 ans dans la presse papier déclinante…), une opportunité si rare – et si grande – elle ne pouvait pas refuser ! Et pourtant, elle a bien regretté…

  • Merci Lauren de vous lancer dans cette aventure, pour l’inspiration. J’adore tomber sur cette nouvelle ce matin !

  • Impatiente d’écouter le 1er podcast ! 10 ans que je lis Garance, 2-3 ans que je suis Lauren sur Instagram… C’est toujours positif et « inspiring » comme disent les américains ;) de voir que vous continuez, vous avancez, vous construisez !

  • Lauren, mon idole ?

  • I am a podcast nut, but it’s true I haven’t found any in French. I just subscribed to La Poudre. Thanks!

  • I adore this! Congratulations on having such wonderful guts and honesty!!

  • C’est en entrant dans la vie active que je me suis intéressée a la place de la femme au travail. Je m’accroche a tout livre, podcast, interview, etc qui me permet de trouver des réponses à mes questions et de me battre dans un environnement profondément défavorable aux femmes. Alors merci beaucoup pour ce podcast en français, j attends le premier episode avec impatience!

  • Je n’ai jamais vu Lauren au Grand Journal (je vis à l’étranger) mais son texte ici est plein de sens…Allez savoir pourquoi elle me ait penser à Laurence Benaïm…( le côté féministe, l’écriture…allez savoir!.) L’important n’étant pas de réussir dans la vie (la télé, etc..) mais de réussir SA vie ( ce qui fait que les choses ont du sens et que si demain on doit s’en aller on ait l’impression d’avoir été cohérent avec soi-même). Allez, je vais écouter La Poudre!

  • C’est super! J’ai découvert les podcasts avec Garance et ses ‘pardon my french’, depuis je suis accro! Alors un podcast sur les femmes, j’accours! :)

  • Merci Garance !
    Je connaissais pas non plus pcq je n’habite plus en France depuis quelques années mais j’écoute beaucoup de podcast, sur France Inter principalement (Les Pieds sur Terre ou LSD la série documentaire) mais aussi en anglais par Radiotopia (Strangers, The heart). Et j’ai super hâte d’écouter La Poudre! Je pense qu’il y a un vrai besoin pour des discussions sur le féminisme en France.
    Belle histoire en tout cas.

    Si jamais Lauren passe par là:
    J’adorerais savoir quelles ont été vos inspirations podcast pour ce projet? Ou si vous avez des podcasts à recommander sur le féminisme? (en anglais aussi)

  • Whaou !! Quelle fraicheur ! Une bouffée d’oxygène et aussi une femme qui nous emmène dans un autre monde !
    J’ai hâte d’écouter les podcats ! Une pure inspiration pour moi. La femme reste le centre de mes intérêts . VIVE LA FEMME.

  • J’ai connu depuis peu La poudre … et c’est tout simplement génial !!! J’écoute les interviews dans ma voiture (je fais beaucoup de route) Bravo vos interviews sont hyper bien faits. Je vous écoute également sur France Inter le samedi Sublime émission. Vous êtes une très grande journaliste

From the Archives

On The Road
  • On The Road
  • In her words
  • French Gurus
  • Wellness
  • 10 Years of the Site
  • Pardon My French
vacation garance dore photo

Vacation

Wide Open Road

Wide Open Road

kazu harry makino blonde redhead horse riding equestrian fall garance dore photos

Run Wild

Upstate team retreat Garance Dore studio photos

Smells Like Team Spirit!

road trip maine neada garance dore photos

Road Trip To Maine

road trip beauty photo garance dore

Beauty On The Road

Southampton Getaway

Southampton Getaway

hitting the highway road trip audrey hepburn garance dore photos

Hitting the Highway

upstate guide travel garance dore photos

Weekend Guide : Upstate