lifestyle_michael_ventura_atelier_dore_1 (1)

How to / Lead with Empathy

3 months ago by

A peine cinq minutes après notre rencontre, Michael Ventura a fait une blague à mes dépens. Tout à fait mon style de personne. Et puis, Michael Ventura fait partie de ce type de gens qui semblent trop beaux pour être vrais – en tout cas moi, je n’y croyais pas.

En 2005, Michael a fondé Sub Rosa, un cabinet de stratégie et de design qui compte Nike, GE et même la Maison Blanche d’Obama parmi ses clients. Sub Rosa se distingue des autres par l’accent porté sur une empathie réfléchie, utilisée pour comprendre un problème et proposer une solution.

Comme si ça ne suffisait pas, Michael anime aussi un podcast, donne des cours à Princeton, pratique la médecine chinoise et est guérisseur. Oh, il dirige aussi une formidable boutique du West Village, Calliope, avec son épouse Caroline. Il a récemment publié un livre, Applied Empathy (l’empathie appliquée) sur ses différentes expériences de l’usage de l’empathie, à la fois dans le cas de ses propres rôles de leader et dans ceux des vies de ses clients.

Après après avoir passé une heure à discuter d’empathie avec Michael, je peux témoigner qu’il est extraordinaire. Il est éloquent, drôle, sincère, et surtout, empathique.

________________________

…sur la manière dont il a affronté sa plus grande peur…

J’ai fait une école de commerce donc j’ai eu un diplôme en business. L’école s’appelle Babson, c’est une toute petite école de commerce, vers Boston, et son programme entrepreneurial est tous les ans classé numéro un du pays.

Ce que Babson sait le mieux faire, c’est enseigner la manière de diriger une entreprise. Quand j’y suis arrivé, même si j’étais délégué des élèves et capitaine de mon équipe de sport au lycée, j’avais une peur bleue des prises de parole en public. Dans un de mes cours obligatoires en première année, chacun devait se lever et présenter une idée d’entreprise. L’école donnait 3K à quelques élèves pour lancer leur business. J’ai fait partie des 60 étudiants qui se sont levés et j’ai dit que je trouvais que vendre de l’eau serait une bonne idée – l’eau était horrible sur le campus- et que nous pourrions faire des livraisons dans les chambres.

L’idée a plu et a été sélectionnée pour l’étape suivante. Il faut construire son équipe au premier semestre et, au fur et à mesure que des idées sont éliminées, il faut entraîner des camarades dans son projet. A la fin du premier semestre il y a deux équipes de trente personnes et au deuxième semestre, il faut faire tourner l’entreprise. Et j’étais CEO d’une de ces entreprises. Il fallait donc que je fasse des rapports hebdomadaires à environ deux cents personnes. Un vrai baptême du feu pour parler en public.

Je suis passé d’une peur absolue et paralysante à “ je fais ça tous les jours”.

lifestyle_michael_ventura_atelier_dore_2

…sur la manière dont il a commencé à s’identifier avec l’empathie…

Je pense que j’ai toujours senti que j’incarnais l’empathie mais ce n’était pas un terme que j’utilisais ou auquel je m’identifiais jusqu’à il y a 6 ans. J’ai lancé cette entreprise quand j’avais 23 ans, j’en ai désormais 37 ans et pendant toutes ces années nous avons fait du bon travail mais nous ne parlions pas “empathie appliquée”. Et puis, il y a 5 ou 6 ans, nous nous sommes dit “il nous faut un élément différenciant” donc nous nous sommes tous assis et nous nous sommes demandés quels étaient nos meilleurs projets dans les 3 ou 4 dernières années. Nous avons sorti nos études de cas “qu’est-ce qu’on a fait de bien ici ?” “Pourquoi est-ce que c’est intéressant ?” “Qu’est-ce qui nous a plu ici ?”

Nous avons alors commencé à voir que ce n’était pas en nous asseyant dans une salle, en fermant la porte et en disant “et si on faisait…?” que nous avions fait notre meilleur travail. C’était en ouvrant la porte, en quittant la pièce et en sortant discuter avec des gens, en posant des questions, en expérimentant, et en prêtant vraiment attention aux gens afin de comprendre le problème à résoudre.

Et ensuite on rassemblait toutes ces informations pour en faire quelque chose. Et c’est là que nous nous sommes dit – ça, c’est de l’empathie. Mais en soi, l’empathie peut être passive. Il est possible d’éprouver beaucoup d’empathie mais de ne rien faire. De s’asseoir dessus.

On voulait essayer d’imaginer une méthodologie pour appliquer et comprendre l’empathie. Mais à quoi pourrait bien ressembler cette méthodologie ? Nous avons écrit une conférence de 40 minutes que j’ai commencé à donner, et puis Princeton m’a demandé de préparer un cours et nous avons préparé un programme de 12 semaines, enseigné trois fois à Princeton. Cela a conduit à autre chose, et de fil en aiguille, nous avons été identifiés comme “les gens de l’empathie”, et c’est assez génial.

…sur sa pratique de la philosophie orientale…

Je suis un grand défenseur et praticien de la médecine chinoise et des médecines alternatives. Les médecines orientale et occidentale sont vraiment différentes. Dans la médecine occidentale, vous arrivez en disant “j’ai mal à la gorge”, et on vous donne quelque chose pour la gorge. Dans la médecine chinoise, vous arrivez en disant “j’ai mal à la gorge” et on essaye de trouver ce qui dans votre corps provoque une douleur à la gorge. C’est peut-être la nourriture dans votre estomac qui fait des bulles, peut-être la nécessité d’exprimer vos sentiments. Ils ne vont pas simplement traiter le symptôme. Ils vont chercher la racine du problème et je pense que cette approche est une part importante de notre travail.

…sur les gens qu’il admire pour leur empathie…

Cela dépend du contexte. Je crois qu’il y a une idée fausse très répandue selon laquelle faire preuve d’empathie correspond à être gentil, n’est-ce pas ? Mais non. Le coeur de l’empathie repose dans la compréhension et la création d’un lien avec les autres, et même honnêtement avec soi-même, tel que vous pouvez comprendre quelque chose beaucoup plus profondément qu’avant.

Par exemple, dans un contexte professionnel, si je parle d’Elon Musk, les gens vont dire que c’est un connard. Certes, c’est possible, je ne l’ai jamais rencontré et je ne sais pas mais il ressent une putain d’empathie. Si vous regardez les entreprises qu’il a créées, PayPal, The Boring Company, des entreprises ouvertes sur le monde qui comprennent parfaitement le contexte, les besoins et les désirs des gens, ce qu’ils pensent, avant de les réaliser exactement.

Toutes les entreprises qu’il a créées ont été des précurseurs puisqu’il a su voir la vague avant la marée.

Je pense que la meilleure empathie consiste à donner aux gens ce qu’ils veulent.

How to / Lead with Empathy

…sur sa technique pour aider les entreprises à développer leur empathie…

Habituellement, ce sont plutôt des personnes haut placées qui font appel à nous. Un membre de l’organisation dit qu’il y a un problème à résoudre. Le problème est souvent très différent, selon leur identité. Parfois on fait appel à nous pour construire une culture et développer un potentiel. L’entreprise nous dit qu’ils veulent devenir plus innovants, plus diversifiés et plus résilients – ou parfois c’est un problème externe comme une nouvelle cible à approcher et la manière d’y parvenir. Nous voulons nous développer en Asie du Sud-Est, comment pouvons-nous le faire ?

On nous demande alors d’avoir une idée pour résoudre un problème et ensuite d’utiliser l’empathie pour enrichir l’idée et pouvoir la mettre en oeuvre.

Dans les grandes entreprises en particulier, nous cherchons souvent à faire remonter les idées par le bas, même si ce n’est pas conforme à la culture d’entreprise.
Par exemple, nous avons travaillé avec une banque qui a 450 000 employés dans le monde. Comme toutes les entreprises, elle avait une mission qui avait été développée dans une perspective spontanée. Mais si vous alliez demander à n’importe lequel de ces 450 000 employés quelle était la mission de la compagnie sans leur donner d’indice, seulement 1,5 % d’entre eux pouvaient donner la bonne mission. Terrifiant.

S’il n’y a qu’1,5% de vos employés qui savent vraiment pourquoi ils viennent travailler pour vous tous les matins, c’est terrible. Et donc comment pouvons-nous identifier le point de blocage, l’endroit où les roues se séparent du bus ? Où est la scission ? Est-ce cassé au milieu ou plus haut ? Ou plus bas ?
Parfois, cela m’évoque la chirurgie exploratrice.

Personne ne veut en avoir, mais c’est un peu ce qu’il faut faire pour trouver la racine du problème.

…sur sa définition d’un leader…

Vous pouvez être leader d’une seule personne. La plupart des leaderships naissent d’abord à un niveau individuel et personnel. Si vous ne savez pas qui vous êtes, comment vous apparaissez et comment vous vous tenez dans le monde, c’est impossible de guider qui que ce soit d’autre. On ne peut pas faire confiance à quelqu’un qui doute de soi en permanence. Le leadership naît de l’intérieur. Le leadership est une reconnaissance tacite de nos propres imperfections. Aucun leader n’est parfait. Chaque leader a des défauts, mais les meilleurs connaissent leurs faiblesses et soutiennent les autres afin que leurs forces comblent leurs propres défauts.

Je suis un très bon généraliste, mais pas vraiment un spécialiste. J’arrive à voir beaucoup de choses et à avoir une vision globale, mais il faut ensuite des spécialistes pour mettre en oeuvre les idées, et je pense que c’est ce qui fait un bon CEO.
Par exemple, je suis juste assez bon en finance pour n’être que peu dangereux quand je regarde un PNL. Si j’étais CFO, j’échouerais quotidiennement. Mais j’ai une CFO géniale qui me permet de diriger à ma manière parce qu’elle dirige elle-même à sa manière.

…sur son travail avec la Maison Blanche d’Obama…

C’était vraiment agréable d’être du bon côté de l’Histoire.

Vous devriez également aimer

9 comments

Ajouter le votre
  • He is my dream person! Where can I meet someone like him??!!

  • JustAGirl 1 juin 2018, 7:36 / Répondre

    He is dead right. Too many people confuse niceness and charisma with empathy and they are very different. I really enjoyed reading his profile.

  • empathy – maybe. compassion?

  • Nancy V. 2 juin 2018, 3:43

    I thought that exactly! It is the same meaning ,only empathy is a word of greek origin which means compassion

  • Paula Martin 2 juin 2018, 11:10 / Répondre

    If this is the definition of empathy, then 45 is an « empath ».

  • Yuna Trong 2 juin 2018, 4:28 / Répondre

    There’s something about this viewpoint that doesn’t sit right with me. I feel that he, like many westerners I’ve come across are fetishizing our methods. The term « Eastern medicine » has become some a catch all for anything that’s non-western, that the nuances needed to define certain practices get jumbled in practices that really reflect new age spiritualism that has nothing to do with traditional chinese or asian medicine.

    His description feels no different from the way westerners misuse Buddhism to satiate their moral/spiritual relativism, or with the way westerners have diluted nuances of vedic astrology to make people believe that astrology is only about sun signs, vapid retrogrades and daily horoscopes.

    Eastern medicine definitely has great benefits (acupuncture and tai chi being great examples), and you could certainly take herbal ingredients to help soothe a sore throat, but please don’t place  » it might be that you’re not verbalizing feelings that you’re having that you need to say » in the same space or realm as eastern medicine.

    Having maintained residencies in both the east and west, even if I did go to remedy something like bronchitis, my herbalist would never tell me, « oh you have a sore throat, it’s because you’re not verbalizing something that needs to be said. » His speech would more or less be the same as how a western doctor will speak to you, the only difference being that the remedy is herbal.

    If anything, the greatest thing about eastern medicine that I don’t see westerner’s speaking about as much is the accessibility to facilities and the universal health coverage.

    Instead of exhausting your willpower and privilege to make sure everybody can afford and get healthcare, so many westerners are concerned with making their maladies seem « special » « alternative. »

  • What a great man and a great post . So many people speak hollow words on the subject of empathy . What I gained in this post is the idea that empathy is really about understanding at a new level . I have mastered sympathy and only slightly understand empathy . But both have a path , I will try and follow. Thanks
    Jandrew
    Dress The Part
    http://www.jandrewspeaks.com

  • Article vraiment passionnant,
    je suis étudiante en école de commerce en ce moment, et c’est marrant nous avons eu un « Leadership Seminar » la semaine dernière où on nous expliquait ce qu’était un bon Leader. et évidemment, l’empathie est une qualité qui revenait essentiellement. Et la différence entre un manager et un leader c’est aussi que le leader est capable d’avoir une véritable vision, d’avoir des objectifs sur le long-terme; alors que le simple manager va en quelque sorte effectuer les tâches pour y parvenir.
    Et je trouve que c’est clé de se connaitre parfaitement soi-même afin de pouvoir manager les autres.

  • thanks so much for these empowering interviews.!!! I love this blog.

From the Archives

#AtelierDoréDoes
  • #AtelierDoréDoes
  • Happy Holidays!
  • How To...
  • Things I Learned
  • Three looks
  • Career Stories
Come Join us in Chile!

Come Join us in Chile!

The Art of Self Discovery

The Art of Self Discovery

A Week in Marrakech

A Week in Marrakech

Style Story / Jamie Pelayo

Style Story / Jamie Pelayo

How To / Tell A Story

How To / Tell A Story

Rituals at the Hammam

Rituals at the Hammam

Georgia on the Go

Georgia on the Go

Morgane Sezalory: A Freedom Inside

Morgane Sezalory: A Freedom Inside