FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_OPENER-1

4 weeks ago by

Il y a tant de choses dans nos vies aujourd’hui qui sont jetables. Depuis les boîtes de nos take-out jusqu’au contenu qui envahit nos fils d’actualités. La manière dont nous sommes toujours en train de consommer peut être épuisante avant même de sortir du lit. Nous avons donc décidé d’appuyer sur le bouton pause et de prendre une minute pour réfléchir, collectivement, aux objets de nos vies dont nous ne pourrions jamais nous séparer. Ceux qui nous apportent la stabilité. Nos héritages familiaux.

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_8

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_7

Vanessa : Pour commencer, je dois dire que mon collier de coquillages puka ne fait pas partie de mes héritages familiaux. Je l’ai acheté à Mexico pour 5$ mais qui sait, peut-être qu’un jour il le deviendra.

Je viens d’une famille de bijoutiers donc j’ai principalement hérité, naturellement, de bijoux. Ma mère a acquis les bijoux que je porte (sauf les coquillages) à différentes étapes importantes de sa vie et me les a transmis.

Je porte quotidiennement les bagues et le bracelet. En revanche la montre n’est pas en très bon état (puisqu’on en parle, Mary vient juste de la faire tomber par terre) donc je ne l’ai pas portée ces dernières années. Elle a brutalement arrêté de fonctionner et elle se détériore depuis mais je me souviens que j’aimais bien avoir l’illusion de pouvoir stopper le temps pendant quelques millièmes de secondes chaque jour.

Je suis proche de ma mère mais nous avons des styles complètement opposés. Elle est beaucoup plus féminine que moi, elle m’encourageait toujours à porter des jupes et des robes. (Elle le fait toujours. Toujours en vain). Du coup, je suis heureuse d’hériter de bijoux et non de vêtements puisque nous sommes d’accord dessus. Les bijoux sont la Suisse des héritages familiaux.

Je porte ces bijoux parce qu’ils me rappellent ma mère. Mon père. Et le fait que les divorces ne peuvent quasiment rien apporter de bon. Mais c’est une de ces bonnes choses. Ma mère n’aime probablement pas penser aux bijoux que mon père a créés spécialement pour elle puisqu’ils sont maintenant divorcés, mais cela la réconforte de savoir qu’elle a donné une nouvelle valeur sentimentale à ces objets en me les transmettant.

Le temps change à une vitesse qui est de plus en plus effrayante. Il ne restera de nous que quelques photos, sauvées sur un cloud quelque part. Ou qui sait, des hologrammes peut-être ? Quelque chose d’étranger et inquiétant. Plus de lettres. Plus d’empreintes physiques. Le saut technologique entre une génération et la suivante est tellement immense que ces héritages familiaux peuvent peut-être aider nos enfants à se souvenir d’époques plus lentes (plus belles ?) et plus tactiles.

Family Heirlooms

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_14

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_15

Christina: C’est ma mère qui m’a donné cette veste ! Elle me donne beaucoup de ses anciens vêtements (ou je lui vole). Elle portait cette veste quand elle avait mon âge. C’est drôle, je trouvais que, jeune, elle avait un peu le même style que moi. Nous aimons toutes les deux ce qui est oversize et nous sommes amoureuses des vrais classiques.

Ma mère et moi sommes proches et nous avons des goûts et un style très semblables. Du coup, je vole toute sa garde-robe. Elle a les meilleures archives. Nous ne sommes pas très sentimentales, ni l’une ni l’autre, mais j’aime porter des pièces qui me font penser à elle.

En général, j’aime bien l’idée de prendre soin de ses vêtements pour pouvoir les donner à quelqu’un lorsque tu ne les veux plus. Cela a plus de sens que d’acheter de la fast fashion et c’est meilleur pour l’environnement.

Je porte toujours cette veste. Vous feriez pareil non ?

Family Heirlooms

Sarah:Je crois que ma mère m’a donné ce sac Chloé il y a 6 ou 7 ans. De temps en temps, elle fait un grand ménage dans son placard et elle me donne ce dont elle ne veut plus.

Je ne sais pas pourquoi je ne l’utilise jamais ! Je le trouve très beau mais il ne quitte pas mon placard. Et la seule fois où je l’ai pris, j’ai quasiment perdu tout ce qu’il y avait dedans. Ce n’est pas vraiment le sac le plus sûr, ah, et donc c’est peut-être pour ça que je ne le porte pas.

Je suis une version plus jeune de ma mère, mes soeurs et mon père disent toujours que nous ne sommes qu’une seule personne. Elle m’a déjà fait don de plusieurs choses, il y en a que je vends, d’autres que je garde et certaines que je porte tout le temps.

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_17

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_16

Gabby: Mon grand-père a acheté cette croix en or en Italie. C’était un cadeau pour ma grand-mère. Je l’ai reçue récemment, après le décès de ma grand-mère. Je crois que c’est mon amour pour l’or et tout ce qui est italien qui m’a attirée dans ce bijou.

J’ai été élevée dans une maison italo-américaine où les grandes familles, les traditions et le dîner du dimanche soir avaient beaucoup d’importance. Ma mère, tout comme moi, était très proche de ma grand-mère. Le genre de relations où l’on discute plus d’une fois par jour, où l’on est heureux de passer du temps ensemble comme des amis, où l’on partage des secrets et où l’on compte sur l’autre pour tout. Je dirais que ma mère est ma personne préférée. Nous avons un lien très fort, mère/fille mais aussi en tant qu’amies. Au-delà de ce bijou, ma mère m’a aussi transmis son rire caractéristique, sa passion des rouges à lèvres rouges, des belles jambes, une personnalité impulsive, des recettes et une manière légère de prendre la vie. Je suis très fière d’elle et j’ai beaucoup de chance de l’avoir pour mère.

Family Heirlooms

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_18

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_20

Bogdana:Ma mère m’a fait cette chemise il y a environ cinq ans, alors que j’étudiais encore à Kiev – la capitale géographique, culturelle et politique d’Ukraine. Là d’où je viens, les gens ne sentent pas aussi connectés à leur culture d’origine donc j’imagine qu’elle a pensé que cette chemise serait mon ticket d’entrée pour le monde merveilleux de l’Ukraine.

Je ne l’ai portée qu’une seule fois. Heureusement que ma mère ne parle pas anglais, autrement cela la rendrait triste. Mais ce n’est pas très facile à porter…

Ma mère est une créative qui n’a jamais fait son coming-out mais pour moi, elle a tricoté des pulls (elle le fait encore), des bonnets, des écharpes, elle m’a cousu des robes (même celle pour mon bal de fin d’année au lycée). Elle m’a aussi fait une magnifique couronne de fleurs pour mon mariage, que vous avez peut-être déjà vue sur le site. J’aime de plus en plus ces objets avec les années. Ce sont des symboles du soin qu’elle a porté à mon bien-être. Mais quand j’étais enfant, je lui en voulais de me faire des vêtements au lieu d’acheter des choses qui avaient l’air “faites à la machine”. C’est ce que je lui disais. Stupide, je sais.

Lorsque je regarde cette chemise brodée, une Vyshyvanka comme on l’appelle, je suis fière de là d’où je viens. Je n’ai pas été élevée en étant patriote mais cette pièce me rappelle la culture et les traditions transmises d’une génération à l’autre par les habitants courageux et fun de mon pays. Regardez cette chemise ! Et imaginez-vous porter ça tous les jours au 16e siècle. Tellement plus fun que la marinière que je porte là tout de suite.

Je pense que la famille est vraiment la colonne vertébrale de notre société. Être connecté à ses racines rend plus respectueux, plus réfléchi. Même ceux qui sont les plus stupides et rebelles dans leur jeunesse espèrent être entourés de gens qui les aiment et les comprennent. Je pense que les héritages familiaux, quels qu’ils soient, nous forcent à regarder en arrière et créent un lien avec ces gens.

J’ai quelques autres pièces brodées ou faites à la main que m’envoient ma mère ou ma grand-mère et cela me fait pleurer dès que je les reçois par courrier. C’est comme si je pouvais toucher leurs mains puisqu’elles ont passé tellement de temps sur cet objet en particulier, à le tenir, qu’il garde une part d’elles.

Family Heirlooms

Emily: Cette bague est un cadeau fait à ma grand-mère par son oncle, qui était bijoutier, pour ses 13 ans. A cette époque, dans la religion juive, les filles ne célébraient pas de Bat Mitzvah comme elles le font aujourd’hui donc c’était un cadeau très symbolique pour marquer son passage à l’âge adulte dans la religion juive. Ma grand-mère a offert cette bague à ma mère pour sa Bat Mitzvah et elle me l’a donnée pour la mienne. Si j’ai une fille, je lui donnerai aussi.

Je ne porte cette bague que pour les occasions spéciales. J’y suis très attachée et je suis un peu trop cavalière avec mes bijoux au quotidien donc elle aurait des marques et serait abîmée. Je ne la sors que quand je m’habille pour sortir ou pour participer à une réunion familiale symboliquement forte.

Cela me reconnecte avec ma foi juive – et honnêtement, ce n’est pas quelque chose que je ressens régulièrement. Et elle me fait penser à ma grand-mère !

Ces objets portent en eux de nombreuses histoires et c’est pour ça que je les aime tant. Ils m’ont permis de garder avec moi des souvenirs de mon passé pendant les moments importants de ma vie, ajoutant encore de la valeur à ces expériences. La capacité à raconter des histoires fait partie de ce qui nous définit en tant qu’humain, tout comme la capacité à accorder une valeur symbolique à un objet fait de cet objet autre chose qu’un simple bien matériel, quelque chose qui nous lie à une famille, une culture, une religion, une foi… C’est incroyablement puissant… Tout particulièrement à notre époque de consumérisme fou.

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_21

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_22

Veronica: C’est mon grand-père maternel qui m’a offert cette bague.

Les trois diamants viennent de l’alliance de mon arrière grand-mère. Anatasia s’est retrouvée veuve jeune, avec quatre enfants, dans une Croatie déchirée par la guerre (la Yougoslavie à l’époque). Elle a alors pris la douloureuse décision de laisser ses enfants avec ses parents en Croatie et de partir à Los Angeles, dans l’espoir d’y construire une vie meilleure pour sa famille. C’est là qu’elle a rencontré son deuxième mari, donné naissance à mon grand-père, et réussi à gagner assez d’argent pour faire venir ses autres enfants à Los Angeles, où ma famille vit depuis.

Anatasia est morte alors que mon grand-père se battait pendant la Deuxième Guerre mondiale, elle serait morte de l’angoisse de ne pas savoir si elle reverrait son plus jeune fils. Pour son mariage, mon grand-père a fait incruster les diamants de sa mère sur cette bague, en cadeau à sa fiancée, ma grand-mère. Ils sont restés mariés 68 ans, jusqu’à la mort de mon grand-père, il y a quelques mois.

Cette bague est la chose la plus précieuse que je possède. Je la porte tous les jours et je pense à mon grand-père à chaque fois que je l’aperçois – des dizaines de fois par jour.

La mort de mon grand-père a été la première mort importante de ma vie. Nous connaissons tous la phrase “il ne se passe pas une journée sans que je ne pense à toi”. Et bien, je ne savais pas à quel point cette phrase était vraie jusqu’à maintenant.

J’ai lu quelque part que le chagrin était simplement l’amas de tout l’amour que l’on éprouve pour quelqu’un, et qu’il n’y pas d’espace physique pour le déverser. C’est là que le chagrin peut devenir accablant, les émotions montent en crescendo.

Porter cette bague tous les jours fournit un exutoire à mon chagrin (ou à mon amour), petit à petit.

Il me rappelle aussi quotidiennement (particulièrement vu la situation actuelle) que tout parent souhaite une vie meilleure pour ses enfants. Mon arrière-grand-mère a tout risqué pour ses enfants et j’espère que, à un certain niveau, elle sait que sa famille bénéficie encore de son courage et de sa force.

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_1

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_2

Mary: Mon héritage familial me vient de ma mère, mais appartenait originellement à ma Mimi (ma grand-mère maternel). Ma Mimi a reçu à la fois le bracelet et la bague Trinity de son époux, mon Pop Pops (grand-père) pour leur premier anniversaire de mariage. Ma mère me les offerts parce qu’ils m’ont toujours fait penser à ma Mimi.

Quand j’étais petite, je savais toujours quand Mimi s’apprêtait à entrer dans une pièce parce que ses bracelets s’entrechoquaient, et elle me laissait toujours jouer avec sa bague trinity. Je n’arrivais pas à comprendre que les trois anneaux entremêlés ne puissent pas se défaire !

En toute honnêteté, je ne les porte pas autant que je le devrais parce qu’ils sont trop importants pour moi, et si beaux ! Même si à 25 ans je devrais être capable de ne pas perdre mes affaires, ma mère les garde en général dans son coffre chez elle… Merci Maman. :)

Malheureusement, il y a eu beaucoup de pertes dans ma famille et même si, généralement, les héritages sont des objets matériels, chacune des pièces qui m’a été transmise a une histoire, un sens profond et c’est pour cette raison qu’ils occupent une place très importante pour moi. Ils me rappellent la chance que j’ai d’avoir des objets qui m’évoquent ma famille, leurs histoires et leurs parcours de vie.

Malheureusement, il ya eu beaucoup de pertes dans ma famille et même si, généralement, les héritages sont des objets matériels, chacune des pièces qui m’a été transmise a une histoire, un sens profond et c’est pour cette raison qu’ils occupent une place très importante pour moi. Ils me rappellent la chance que j’ai d’avoir des objets qui m’évoquent ma famille, leur histoire et leurs parcours de vie.

Family Heirlooms

Carie:J’ai la grande chance d’avoir, même adulte, de plus petits doigts que toutes les autres femmes de ma famille en vie et prêtes à se battre, du coup j’arrive à récupérer la plupart des bagues. Ma mère m’a donné la bague perle qu’elle portait au lycée. La bague carrée est vraiment un héritage familial puisqu’elle me vient de ma grand-mère paternelle, dont j’étais assez proche. Elle était très classe et elle avait l’habitude de bien s’habiller juste pour rester assise dans son appartement, et fumer en écoutant de la musique.

J’étais assez proche de ma grand-mère, elle a vécu avec nous à la fin de sa vie donc nous passions beaucoup de temps ensemble. Elle portait toujours beaucoup de bijoux, c’est une des choses dont je me souviens le plus chez elle. Elle a pris un amant assez tard dans sa vie (!), il était très généreux et j’ai la chance d’être aujourd’hui la bénéficiaire de cette liaison même si cette bague ne vient pas de lui.

Parfois je la perds dans les profondeurs de mes propres sacs et j’entre dans une panique absolue qui ne s’arrête que quand mon copain me dit de me calmer puisque tout ce que je perds est toujours quelque part dans les profondeurs de mon sac.

Je crois que les héritages familiaux n’ont pas besoin d’avoir une valeur financière. Elle peut être uniquement sentimentale, mais ce sont aussi toujours des moyens formidables d’avoir un aperçu d’une autre époque, du passé d’un proche, et de voir comment une tendance du passé se mélange à l’époque et au style actuel. Je dirais qu’environ 95% des bijoux que je possède et porte ont appartenu à quelqu’un de ma famille avant moi et c’est vraiment un sentiment unique de pouvoir évoluer dans le monde en portant un souvenir et une petite part d’eux avec moi.

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_12

FAMILY_HEIRLOOMS_ATELIER_DORE_11

Caitlin: Ce gant était à ma grand-mère ! Elle l’utilisait petite, son frère lui avait donné…. Ce gant a joué un grand rôle dans sa décision de commencer à faire du sport, puis de continuer à en faire toute sa vie (elle en fait encore ! Hello fans de pickleball !). J’ai eu le gant quand j’ai commencé à “jouer” au softball et plus tard mon frère l’a aussi eu un temps… Il s’est en fait révélé être un excellent joueur de baseball donc il a fini par avoir son propre gant qu’il a beaucoup utilisé et aimé.

Ce gant a permis à ma mère d’avoir du pouvoir, à une époque où les femmes en avaient peu. Il lui a permis de découvrir des passions qu’elle n’aurait pas découvertes autrement et lui a donné les qualités comme la force, la confiance, l’esprit sportif, qui ont régi sa vie en tant que mère, amie, prof, soeur et toujours sportive.

Je crois que nous sommes toutes les deux un peu sentimentales – nous sommes toutes les deux d’accord sur le fait que ce gant, qui est tellement plus qu’un gant de softball, est unique, avec son histoire.

Les histoires qu’ils évoquent sont uniques, quelque soit le sens de ces souvenirs – mais chaque histoire, chaque personne et chaque héritage est différent.

Family Heirlooms

Vous devriez également aimer

5 comments

Ajouter le votre
  • Great Piece! Really loved this one ?

  • Emilie Bondu 21 juillet 2018, 8:26 / Répondre

    Bonjour dans la traduction française le témoignage d’Émily n’apparaît pas.
    Belle journée
    Emilie

  • Veronica 23 juillet 2018, 9:08

    Hi Emilie! hmm. It seems to be working on our end. maybe your browser just needs to be refreshed? xx

  • I am not a person who is very concerned with things . My parents had no expensive jewelry or objects, however they were avid photographers and my collection of these photos is a visual history of our lives . Both my Mum and Dad have passed and I am so glad for what they left me . Great post !
    Jandrew
    Dress The Part
    http://www.jandrewspeaks.com

  • My family comes from Eastern Europe and during communism gold was relatively affordable so my grandmother travelled to Ukraine and Russia buying as much as she could afford. She gave me her cocktail rings which I wear often, especially my favourite one with single amethyst. I always think about her when I put it on and I feel it brings me luck. My father is a photographer and I inherited his old cameras which I love because it’s as if they have a soul! My family had nothing left after the war but I feel like these pieces are building blocks of our family history again.
    Ana
    http://www.saschaandtheboys.com

From the Archives

#AtelierDoréDoes
  • #AtelierDoréDoes
  • Happy Holidays!
  • How To...
  • Things I Learned
  • Three looks
  • Career Stories
Come Join us in Chile!

Come Join us in Chile!

The Art of Self Discovery

The Art of Self Discovery

A Week in Marrakech

A Week in Marrakech

Style Story / Jamie Pelayo

Style Story / Jamie Pelayo

How To / Tell A Story

How To / Tell A Story

Rituals at the Hammam

Rituals at the Hammam

Georgia on the Go

Georgia on the Go

Morgane Sezalory: A Freedom Inside

Morgane Sezalory: A Freedom Inside