fashion_sustainable_brands_mara_hoffman_atelier_dore_4

Conscious Creations

2 months ago by

On est en avril et c’est bientôt la Journée de la Terre. Le moment idéal pour évoquer ces marques qui adoptent une démarche durable qui va bien au-delà du simple plan comm’. Promouvoir une mode durable et sensibiliser le public en matière de consommation est vital car l’industrie de la mode et du textile est l’une des plus polluantes au monde, juste après le pétrole. Toutes les étapes de la production des vêtements compromettent notre planète et ses ressources.

Ceux qui pensent qu’on ne peut pas réussir en créant des vêtements et des chaussures sympa n’ont pas suffisamment creusé le sujet parce que c’est exactement ce que font RE/DONE, Mara Hoffman et Veja… et ils ont quelques choses à nous dire à ce sujet.

fashion_sustainable_brands_mara_hoffman_atelier_dore_2

Mara Hoffman, New York City | @marahoffman | Model, Phoenix Anderson

Qu’est-ce qui vous a donné envie de produire de manière durable ? Est-ce un changement qui a été progressif ou est-ce que ça s’est fait d’un coup ?
J’ai commencé à réaliser que mon enfant allait hériter de ce que je laissais derrière moi, ça a vraiment joué un rôle dans notre démarche vers une production plus responsable… mais de manière générale, je dirais que c’est une prise de conscience progressive, une démarche qui s’enrichit avec le temps.

Cette approche durable a-t-elle eu une influence sur la création ? Est-ce que ça implique des contraintes et comment les contournez-vous ?
Absolument. Ça conditionne le calendrier, les tissus qu’on peut utiliser, les usines avec lesquelles on travaille. Ça a aussi un impact sur le type de vêtements qu’on crée. Quand on essaie de mettre en œuvre une approche durable et responsable en matière de création, de textile, de production, de packaging, cela impacte le prix du produit fini. On est aussi porteurs d’un message en invitant le consommateur à acheter moins, à porter ses vêtements plus longtemps, donc on veut être sûrs de pouvoir proposer des vêtements qui durent plus longtemps en termes de qualité et d’intemporalité. Bien sûr, moi aussi j’adore me faire un petit plaisir de temps à autre, mais de manière générale, je préfère des pièces interchangeables, qu’on peut dépareiller, qui créent un uniforme quotidien. Pour ce qui est des contraintes, il faut être entouré d’une équipe pleine de bon sens, et qui fait tout pour réduire l’impact négatif de la marque. J’ai de la chance d’avoir autour de moi des gens qui sont prêts à tout pour arriver à quelque chose de bien malgré les obstacles.

Vous pouvez nous en dire un peu plus sur les choix responsables que fait Mara Hoffman en termes de production ?
Il y a beaucoup d’étapes qui jalonnent le processus de production, on essaie de les réévaluer et de les améliorer en permanence. En ce moment, on travaille sur notre packaging, nos maillots de bain sont proposés dans des sachets compostables. On est passé à l’impression numérique pour éviter de gaspiller de l’eau. On utilise des fibres et tissus comme l’ECONYL® fabriqué à partir de chutes de nylon, le coton bio et le Lenzing Tencel® réalisé à partir de pulpe d’arbres coupés de manière responsable, mais aussi du Polyester à base de polymères recyclés pour réduire le gaspillage. Au-delà des aspects visibles d’une approche responsable, on essaie aussi de sensibiliser nos partenaires aux problématiques de l’environnement et du respect des conditions de travail. On apprend sur le tas, et on essaie de trouver une approche équilibrée.

La production à grande échelle induit forcément la consommation de masse. Pensez-vous qu’une marque puisse allier rentabilité financière et approche durable ?
Oui, bien sûr. On ne pourra jamais faire du tout-durable, à moins de ne plus rien produire du tout. En adoptant une approche durable, les coûts ont augmenté, donc la création des vêtements a changé, elle intègre plus d’éléments indispensables, on dit à nos clients d’acheter moins mais de porter leurs vêtements plus longtemps, de les porter davantage entre deux lavages. C’est tout un équilibre à trouver entre l’aspect financier et le cœur même de notre entreprise. J’ai plein de nouvelles idées à mettre en pratique en termes de production responsable et autre, mais il faut évaluer ce qu’on a la capacité de faire, et à quel moment.

fashion sustainable brands mara hoffman atelier dore photo

Un conseil à donner à une personne qui voudrait consommer de manière plus responsable ?
Lisez les étiquettes, regardez la composition de vos vêtements. Commencez par mener l’enquête au sein des boutiques et des marques que vous aimez. Achetez du vintage si vous pouvez, et si vous achetez du neuf, achetez quelque chose que vous porterez plus longtemps qu’une saison. Au-delà de ça, faites, vous aussi la différence : lavez vos vêtements à la main pour moins gaspiller d’eau, ou si un ourlet se défait, que vous avez perdu un bouton : prenez le temps de réparer le vêtement plutôt que de le jeter.

fashion sustainable brands mara hoffman atelier dore photo

__________________________________________________________________________

Conscious Creations

fashion sustainable brands redone atelier dore photo

RE/DONE | Sean Barron et Jamie Mazur, Los Angeles | @shopredone | Model, Marie Ollivier

Qu’est-ce qui vous a donné envie de produire de manière plus responsable ? Est-ce que ça a été quelque chose de progressif ou un changement radical ?
En toute sincérité, au départ, notre objectif n’était pas de produire des vêtements responsables. Etant noté la nature de nos produits, nos créations n’étaient qu’une forme de produit dérivé. Mais à mesure que notre activité s’est développée, au-delà de simples jeans Levi’s vintage customisés, la production responsable est devenue un élément incontournable de nos nouveaux produits. Et en ce sens, oui, je dirais, que le changement s’est fait de manière progressive.

Votre souci d’être plus responsable a-t-il eu une influence sur les créations de la marque ? A-t-il été source de contraintes et si oui, comment les avez-vous contournées ?
Proposer des produits responsables nous a obligés à travailler davantage, mais je ne dirais pas que c’est une contrainte. C’est un défi, qui nous oblige à faire preuve de créativité, mais le jeu en vaut la chandelle.

Pouvez-vous nous parler des choix en termes de production durable que vous faites chez RE/DONE ?
En moyenne, il faut 10 000 litres d’eau pour produire un jean. Pour fabriquer un jean à partir de pièces vintage, il ne nous faut que 200 litres d’eau soit l’équivalent de deux machines. On est aussi très fiers de tout fabriquer à Los Angeles même. En produisant local, on réduit notre empreinte carbone et on stimule l’économie locale.

fashion sustainable brands redone atelier dore photo

fashion sustainable brands redone atelier dore photo

La production à grande échelle induit forcément la consommation de masse. Pensez-vous qu’une marque puisse allier rentabilité financière et approche durable ?
Depuis la création de RE/DONE, on a recyclé environ 60 000 paires de jeans qui auraient sinon encombré des décharges, donc on contribue à réduire la pollution de l’air et le gaspillage de l’eau. Plus on vend, plus on réduit le gaspillage !

Est-ce un mode de vie que vous adoptez chez vous aussi, en privilégiant la fonctionnalité et l’esthétique plutôt que la surenchère ?
Absolument. Chez moi, on aime tout ce qui est artisanal. Je préfère acheter moins, mais de qualité, des pièces plus durables.

Un conseil à donner à une personne qui voudrait consommer de manière plus responsable ?
Faites des recherches ! Assurez-vous que les marques que vous achetez ont une vraie démarche responsable, au-delà du simple buzz.

__________________________________________________________________________

fashion sustainable brands veja atelier dore photo

Veja Sneakers | Sébastien Kopp and Ghislain Morillion, Paris | @veja

Qu’est-ce qui vous a donné envie de produire de manière plus responsable ?
On a créé VEJA en 2005…on avait 25 ans. On ne connaissait rien à la mode, mais on avait envie d’un projet de sneakers respectueux des gens et de l’environnement. Notre objectif était d’aller chercher les matériaux à la source, de maîtriser toute la chaîne de production. On a cherché à allier tout ça à une esthétique sympa, en privilégiant des designs qu’on aurait envie de porter au quotidien.

On est allés chercher le caoutchouc au Brésil dans la forêt amazonienne, en l’achetant directement aux seringueiros (ceux qui récoltent le caoutchouc). Toutes les semelles de nos chaussures en sont composées. On procède de la même manière pour notre coton bio équitable qui vient du nord du Brésil. On travaille aussi avec un mesh innovant composé à 100 % de bouteilles en plastique recyclées, et on a recours au tannage végétal pour nos cuirs. Du coup, quand on nous demande : « En quoi sont faites vos sneakers ? », on peut répondre de manière détaillée. Et ça fait 12 ans qu’on travaille comme ça.

Quand et pourquoi avez-vous décidé d’intégrer des pratiques éthiques et écologiques à votre démarche ?
En créant Veja, on voulait prouver qu’une entreprise peut fonctionner de manière responsable et écologique, avec davantage de justice économique et sociale. Notre philosophie : on n’a qu’une seule planète. Il n’y a pas les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. Nos amis entrepreneurs nous voient comme des militants, nos amis qui bossent dans des ONG, comme des entrepreneurs. Pouvoir faire le lien entre ces deux univers, c’est génial. On rencontre plein de gens intéressants, on a un véritable impact.

Cette volonté d’une production éthique a-t-elle engendré des contraintes et comment les gérez-vous ?
Bien sûr ! Mais les contraintes, ça stimule l’imagination. Pendant des années, on a uniquement utilisé du coton bio et équitable. Maintenant, on a développé des tissus plus écologiques. Rétrospectivement, ces contraintes ont été salutaires. Ça nous a permis de ne pas nous perdre dans l’infinité des possibilités de production. On a dû innover et inventer notre propre voie.

La production à grande échelle induit forcément la consommation de masse. Pensez-vous qu’une marque puisse allier rentabilité financière et approche durable ?
On se développe lentement, sans faire de pub, exclusivement grâce au bouche à oreille. Et quand on se développe lentement, on n’oublie pas les principes fondamentaux, on les améliore avec le temps. On ne cherche pas à lever des fonds, on n’est pas dans le management à la papa. On prend notre temps, mais on est solides. Notre société a vraiment un problème avec la vitesse. Nous, on est rapides mais on prend notre temps pour prendre les bonnes décisions. Le choix des partenaires, les nouveaux projets, la conception des nouveaux modèles. Et le temps a toujours été de notre côté pour l’instant. Aujourd’hui, l’équipe Veja compte 50 personnes. Notre plus grande fierté : l’équipe de gens talentueux qu’on a construite et qu’on voit à l’œuvre chaque jour. Tous les jours, VEJA montre l’exemple en matière d’innovation sociale et économique. C’est notre objectif principal. Et ce n’est que le début.

Un conseil à donner à quelqu’un qui cherche consommer et à vivre de manière plus éthique et écologique ?
Faites ce qui vous plaît, vivez comme vous le sentez, mais sachez que le moindre de vos gestes façonne le monde de demain.

fashion sustainable brands veja atelier dore photo

Conscious Creations

9 comments

Ajouter le votre
  • i’m really supportive of sustainable fashion!

    -Kirsten // http://www.porkandcookies.com

  • So great that you and your blog is growing like that and see you going in this direction .I am really happy, I am a reader from the beginning., loved ,read and heard the most part of your work . never left a comment;) So today I want to say from my heart and soul that,the post of today is great, also very natural I think ,for people who live consciously. We have only one Earth.The time is really mature for all people to notice that… Happy to see and feel that this way of life becomes more and more attention.We (me and my family) live that way since 30 years and our small family company runs like this, never promoted this way of work , grown up organic ,with love and surrounding by nice people as customers and suppliers and families. All work done in Europe, by small manufacturer ,and sold directly to customer without retail.So very good quality for reasonable prices.now we are happy to share this with you and other people who have the same Awareness. Maybe see you on our Website or in real life. I think we are responsible as women to give love in all our projects we do.As we give love to our family, partners, children and relationships,we have to give love even to people that we don`t know in Person,but in my opinion we are all connected .I wish you all the best for your wonderful new ATELIER DORE.keep on going and growing by your hearts,as you always did.Thank you for sharing all your feelings opinions and more. xoxo Elisa

  • Thank you for this post. I have so much respect for the direction in which this blog is headed.

  • Would love to shop more vintage, but I feel like I don’t know how. How do you make it look modern/hip? I have an aversion to vintage, because I forever equate it with thrift stores and old looks, but my everyday style is more minimalist and simple and modern. Not sure how to merge the two.

  • Brilliant piece!
    I love my Vejas (yes, one pair has traveled throughout the world, so I bought another pair for week-ends in Paris) and most of my friends have some.
    I’m discovering Mara Hoffman as well – makes me want to buy some swimwear ;)

  • for clothing that is truly sustainable, creative, made with Organic materials, designed and made in America (Seattle), *whose very successful company and word of mouth marketing exists outside of the conventional fashion industry*, and started by 2 very artistic enterprising young women, check out Prairie Underground – PrairieUnderground.com.
    and no, i don’t work for them! ;)

  • … the other question is, why two labels this conscious conform to the industry standards when it comes to sizing (biggest size at Mara Hofmman is 12, biggest Jean size at Re/Done 30). I for one can’t participate in their sustainable efforts. and I guess I’m not the only one. Why make sustainable clothes if the sustainability is just for a few?

  • I applaud the effort for sustainability, but I do wish it were more inclusive for sizes.
    http://blackbirches.com

  • It is good to see that sustainable fashion no longer remains an issue only for the few, but it is developing more and more as a corner stone for stylish sustainable consumption and a business case for trendsetting companies. Warm regards from Germany!

From the Archives

On The Road
  • On The Road
  • In her words
  • French Gurus
  • Wellness
  • 10 Years of the Site
  • Pardon My French
vacation garance dore photo

Vacation

Wide Open Road

Wide Open Road

kazu harry makino blonde redhead horse riding equestrian fall garance dore photos

Run Wild

Upstate team retreat Garance Dore studio photos

Smells Like Team Spirit!

road trip maine neada garance dore photos

Road Trip To Maine

road trip beauty photo garance dore

Beauty On The Road

Southampton Getaway

Southampton Getaway

hitting the highway road trip audrey hepburn garance dore photos

Hitting the Highway

upstate guide travel garance dore photos

Weekend Guide : Upstate